NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Mohamed Bouazizi et la Tunisie : 10 ans plus tard

MEETING de SOLIDARITE ANTI-IMPERIALISTE VENDREDI 15 JANVIER à partir de 18h (heure française)

Quelles réponses face à l’aggravation des menaces impérialio-sionistes et réactionnaires au Maghreb et au Sahel ? Quelles défenses efficaces des Etats nationaux dans l’intérêt des masses populaires ? Quelles initiatives de solidarité avec les luttes des peuples Sahraoui et Palestinien ?

Avec la participation de :

Saïd BOUAMAMA, Georges Abdallah IBRAHIM (message de la prison de Lannemezan), Adel SAMARA (Ramallah, Palestine occupée), Mohamed SIDATI (Front Polisario, RASD), Aziz MNEBHI, Tahar ELMOAEZ, Roland DIAGNE, Michèle DECASTER, Kamel BADAOUI

Pour rejoindre le Meeting sur la plateforme numérique ZOOM : https://us02web.zoom.us/j/822131323…

 HABIB AYEB     


Ce billet de blog marque le 10e anniversaire de la mort de Mohamed Bouazizi, qui, le 17 décembre 2010, s’est immolé le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid dans un acte d’auto-immolation qui a fait de lui le martyr emblématique de la révolution tunisienne.

Par Habib Ayeb

Le nom de Mohamed Bouazizi est familier à tous ; son histoire l’est moins, bien que les faits de son histoire soient bien connus et documentés. Cet article de blog explorera les liens entre les différentes séquences de processus de «  protestation ’’ en Tunisie, des frappes de 2008 dans les champs de mines aux manifestations les plus récentes (2017-20) d’El Kamour dans le sud-est du pays. Il examinera également le concept de solidarité de classe socio-spatiale, à la fois en faisant d’un suicide individuel l’étincelle d’un soulèvement majeur, et en facilitant la résistance collective et son rôle dans de longs processus révolutionnaires.

Deux questions clés se posent : ce qui dans le profil, la vie et les circonstances de Bouazizi était d’une telle importance que son suicide a déclenché un énorme soulèvement populaire dont l’impact, direct et indirect, a été ressenti dans le monde entier. Et que peut-il nous apprendre sur l’origine, l’ampleur et la longévité de la révolution tunisienne ?

Il faut donc examiner le suicide de Mohamed Bouazizi dans son contexte familial et personnel, mais aussi dans le contexte plus général des manifestations politiques contre la dictature de Ben Ali, et surtout contre les processus de dépossession, d’appauvrissement et d’exclusion. Sidi Bouzid était clairement au centre des manifestations et de la résistance qui se propageaient alors dans les régions marginalisées de la Tunisie. Les grèves minières prolongées de 2008 ont été une étape clé dans les actions.

Né dans la pauvreté, Mohamed Bouazizi a été élevé par sa mère après avoir perdu son père à l’âge de trois ans. En tant que fils aîné, il a grandi avec une « obligation » morale de soutenir sa mère, au détriment de son éducation, et il a quitté l’école sans diplôme. Quelque temps avant son acte dramatique, il a acquis une brouette et des balances et a commencé à vendre des légumes, mais son entreprise informelle a attiré des tracas administratifs sans fin et le harcèlement de la police. Enfin, le 17 décembre 2010, la police a saisi son maigre équipement pour mettre un terme à son commerce. En colère, frustré et désespéré, il s’est tourné vers le seul acte de résistance qui lui paraissait encore ouvert et a ainsi déclenché involontairement le compte à rebours de la chute de Ben Ali, à peine un mois plus tard, le 14 janvier 2011.

Suicide «  individuel ’’ et solidarité de classe

Entre la grève minière prolongée de 2008 et les manifestations de solidarité déclenchées par l’auto-immolation de Bouazizi, de nombreux mouvements sociaux étaient actifs à travers la Tunisie. Parmi eux se trouvaient les protestations de Sidi Bouzid en juin et juillet 2010 par des paysans dont les revendications portaient sur un certain nombre de questions : l’accès aux ressources naturelles telles que les terres agricoles, l’eau potable et l’irrigation, les aides d’État et le problème complexe. de l’endettement.

Selon plusieurs témoins interrogés à Sidi Bouzid, ainsi que deux membres de la famille, Mohamed Bouazizi a pris une part active à ces manifestations. Qu’il en soit ainsi ou non, j’identifierais un lien clair entre les «  manifestations ’’ paysannes de l’été 2010 et celles qui ont suivi l’acte désespéré de Bouazizi – un lien qui explique pourquoi ce cas particulier, contrairement à d’autres suicides, a déclenché un soulèvement populaire à travers le pays. Les premiers à descendre dans la rue après l’auto-immolation de Bouazizi furent les enfants d’autres paysans qui s’identifiaient à son acte fatal de résistance et de désespoir.

Voici un exemple clair de « solidarité de classe » parmi les populations locales directement touchées par les multiples problèmes sociaux et économiques de la région. [1] Au cours des prochains jours, cette même solidarité de classe a également trouvé une expression dans tout le pays, passant des zones « rurales » (y compris les « villes rurales »), aux quartiers populaires des grandes villes et enfin aux grands centres urbains, dont Tunis . [2] La progression des protestations suggère l’existence d’une conscience de classe distincte englobant toutes les classes « populaires », rurales et urbaines.

Depuis le début des années 1980, le gouvernorat de Sidi Bouzid a été le théâtre d’une intensification rapide et initiée par l’État de l’agriculture, conçue pour créer un pôle agricole moderne, orienté vers l’exportation, basé sur l’exploitation des réserves d’eau souterraines profondes et l’attraction de capitaux privés et publics. Au cours des quatre dernières décennies, Sidi Bouzid s’est transformée : d’une frange désertique semi-aride avec une agriculture extensive basée sur les olives, les amandes, les pâturages et les céréales d’hiver, elle est devenue la première région agricole de Tunisie, produisant plus d’un quart de la production totale du pays. de fruits et légumes.

Mais derrière ce succès technique incontestable se cache un véritable échec social et écologique. Sur le plan social, Sidi Bouzid reste l’une des quatre régions les plus pauvres de Tunisie (sur 26 au total), alors que sur le plan écologique le niveau de la nappe phréatique est en baisse, l’eau d’irrigation est de plus en plus saline et les dégâts des sols sont visibles, même aux yeux des non-spécialistes.

Ici, les investisseurs – qui sont pour la plupart des étrangers, souvent appelés « colons » par la population locale – accumulent des capitaux et des bénéfices ; pendant ce temps, les paysans accumulent les pertes, les tragédies et les suicides. Sans cette énorme faille socio-spatiale, qui divise la Tunisie entre un centre dominant et une périphérie dépendante, la mort de Mohamed Bouazizi n’aurait guère mérité d’être mentionnée. Et cette même fracture est également au cœur de plusieurs autres chocs qui seront abordés ci-dessous.

Après la fin du soulèvement de Sidi Bouzid avec la chute de la dictature de Ben Ali, plusieurs autres mouvements de protestation sont apparus, faisant tous partie des mêmes processus de résistance dans la périphérie sociale et spatiale. Dans le reste de cet article, je revisiterai deux des plus grands de ces mouvements, en examinant leurs contextes historiques, sociaux et spatiaux pour délimiter leurs origines, leur évolution et leurs liens avec les développements politiques globaux en Tunisie depuis les grèves minières de 2008 jusqu’à nos jours. Le mouvement des oasis de Jemna a débuté en 2011 et concernait les droits à la terre et aux ressources, tandis que le mouvement El Kamour (2017-20) concerne également les droits aux ressources locales et en particulier au «  développement ’’ : deux luttes différentes dont chacune constitue un moment clé / séquence dans le même processus de dissidence.

A Jemna et El Kamour, comme dans d’autres cas, la clé de la mobilisation de masse réside dans les processus et les dynamiques de solidarité de classe socio-spatiale : «  C’est de là que je viens, j’appartiens à cette région et à ce groupe social, je suis privé de ressources matériellement et / ou symboliquement, je soutiens donc ceux qui osent dire « non » et résister ». En résumé, c’est ce que vous pouvez entendre à Kebili-Jemna, Tataouine-El Kamour et ailleurs ; ce que vous pouvez lire dans les reportages des médias sur les déclarations faites par les populations locales. Et sous-jacent à tout cela, « conduisant » la résistance et « cimentant » la solidarité, se trouvent de profonds sentiments d’injustice et des exigences de dignité.

Jemna : droits contre loi ; une légitimité disruptive

Suite à l’épisode de Sidi Bouzid et à la chute du dictateur, on a « découvert » en 2011 une oasis probablement nouvelle pour la majorité des Tunisiens. Située dans le désert, à mi-chemin entre Kebili et Douz, l’oasis de Jemna doit son apparition soudaine sur la carte à une nouvelle action collective significative, directement liée à des éléments spécifiques de l’histoire coloniale qui refont surface après la rupture du mur de silence placé autour d’eux ( Voir Ayeb, 2016, «  Jemna, ou la résistance d’une communauté déposéesédée de ses terres agricoles ’’ et Krichen, 2016, «  L’affaire de Jemna ; question paysanne et révolution démocratique ’’).

Alors que la plupart des colons français ont choisi de s’installer dans le nord ou le nord-ouest de la Tunisie et ont créé de grandes exploitations céréalières et / ou des entreprises d’élevage, voire des vignobles et des vergers, d’autres ont préféré se diriger vers le sud et se spécialiser dans la culture des dattes – en particulier la variété Degla, dont le marché d’exportation en France et en Europe était pratiquement garanti. Parmi ce dernier groupe se trouvait un Maus De Rolley qui, en 1937, créa une nouvelle plantation de palmiers dattiers autour du cœur de l’ancienne oasis de Jemna. La plantation couvre aujourd’hui quelque 306 hectares, dont 185 hectares plantés d’environ 10 000 palmiers dattiers.

Bien que les populations locales aient tenu ces terres comme des biens communs et indivisibles (tribaux), elles ont été dépossédées sans compensation sous prétexte que l’élevage nomade (pastoralisme) n’était pas une véritable activité productive et que la terre était donc inculte. À l’indépendance, ces populations – qui s’étaient battues contre les occupants – avaient de grandes espérances que les nouvelles autorités rendraient leurs terres volées.

Lorsque les terres coloniales ont été nationalisées en 1964, cependant, le gouvernement a décidé de les placer sous le contrôle de l’État, confiant leur gestion à l’organisme qui administrait les terres agricoles de l’État, l’Office des Terres Domaniales (OTD), qui est ainsi devenu le plus grand propriétaire foncier agricole de Tunisie. . La politique de collectivisation des années 60, qui visait à réorganiser les terres agricoles et à créer des coopératives d’État «  socialistes ’’, a renforcé cette stratégie (voir le livre 2019 de Bush et Ayeb). Pourtant, le véritable argument contre la redistribution des terres nationalisées était ailleurs : les petits paysans étaient jugés trop ignorants et archaïques, trop dépourvus des moyens financiers et techniques nécessaires, pour développer un secteur agricole intensif moderne – une stigmatisation qui se reproduit encore aujourd’hui à chaque discussion. revient sur ce sujet et / ou sur les questions des modèles agricoles et des choix politiques liés à l’agriculture et à l’alimentation.

Au cours des décennies suivantes, les héritiers ont fait quelques efforts pour récupérer ces terres, mais ce n’est que début 2011 que les premières occupations organisées des terres OTD ont été lancées par des populations locales se décrivant comme les successeurs légitimes. Parmi eux se trouvait la population locale de Jemna, qui occupait l’ancienne plantation De Rolley, revendiquant des droits de propriété et d’exploitation. Les autorités ont exigé la fin de l’occupation et l’impasse qui en a résulté a duré plusieurs années. Le gouvernement a soutenu que l’occupation était illégale, tandis que les occupants ont rétorqué qu’ils détenaient un droit légitime aux ressources et en particulier aux biens communautaires, y compris les biens communs indivisibles et inaliénables.

Après une longue période de tension, un compromis a été atteint. D’un commun accord, l’Etat a cédé la gestion complète de la palmeraie à la population locale tout en conservant la propriété des terres. Ces derniers auraient-ils pu croire que ce règlement négocié était le seul compromis viable ?

À la base de la position du gouvernement, il y avait la crainte que toute solution impliquant l’octroi de la pleine propriété aux héritiers légitimes puisse créer un précédent juridique et donner l’exemple qui déclencherait un torrent d’autres revendications territoriales, toutes inspirées du même passé colonial et postcolonial. Mais l’occupation à elle seule avait déjà donné cet exemple, incitant d’autres populations locales à récupérer – avec quelques tentatives d’occupation – les terres arrachées à leurs grands-parents lors de la colonisation. En outre, je dirais que l’affaire Jemna a également servi à alimenter les revendications d’un droit légitime à d’autres ressources « naturelles » locales telles que l’eau, les minéraux (par exemple, les phosphates) et le pétrole qui ont mobilisé les populations de la région de Tatouine.

El Kamour : la «  volonté du peuple ’’

La résistance est entrée dans une autre phase, non sans succès, à El Kamour – localité située dans les steppes arides du sud-est de la Tunisie, au sud de la ville de Tatouine, sur la route goudronnée menant aux champs pétrolifères à l’extrême sud du pays . Le «  pipeline de dépossession ’’ transportant du pétrole brut vers le port de Skhira, à 50 kilomètres au nord de Gabès, passe par ici, et cette position géographique à proximité du pipeline est la raison immédiate de l’apparition soudaine d’El Kamour sur les cartes politiques de la Tunisie, ainsi que dans les médias.

Derrière El Kamour, cependant, se trouve le gouvernorat et la ville de Tataouine (Tataouine est la capitale du gouvernorat du même nom), avec plus de 180 000 habitants. Aride et stérile, cette région contient la plupart des réserves de pétrole de la Tunisie, produisant 40 pour cent de son pétrole et 20 pour cent de son gaz . Pourtant, Tataouine enregistre également certains des niveaux de pauvreté les plus élevés du pays : en 2017, par exemple, 28,7% de sa population active étaient au chômage (contre une moyenne nationale de 15,3%), tandis que pour les diplômés, le taux atteignait 58 % . pour cent .

Événements à El-Kamour, 2017-2020 : une brève chronologie

Le mouvement El Kamour a commencé le 25 mars 2017, avec des manifestations dans diverses localités du gouvernorat, toutes convergeant vers le centre-ville de Tataouine (pour plus de détails, voir ici ). Les manifestants réclamaient une part des ressources locales, en particulier du pétrole, ainsi que de meilleures opportunités d’emploi et le développement des infrastructures. Rencontrés par le silence du gouvernement, ils ont organisé le 23 avril un sit-in à El Kamour. Les tensions sont montées des deux côtés et une escalade est devenue inévitable après la visite du Premier ministre à Tataouine et la rencontre des manifestants. Ses plans pour calmer la situation avec quelques promesses symboliques ont échoué et les discussions se sont soldées par une impasse. Le 20 mai, la station de pompage a été occupée pendant deux jours avant d’être dégagée par l’armée et les tensions sont restées vives.

Finalement, le 16 juin 2017, un accord a été signé avec le gouvernement par la médiation de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), qui a agi pour garantir sa mise en œuvre. Les termes de l’accord promettaient la création de 3 000 nouveaux emplois dans le secteur environnemental d’ici 2019 et de 1 500 emplois dans l’industrie pétrolière d’ici fin 2017. Un budget de 80 millions de dinars était également alloué au développement régional. Mais, à la frustration de la population locale, l’accord n’a jamais été mis en œuvre. Le gouvernement a simplement attendu son heure, pariant que les militants se fatigueraient et que le mouvement s’essoufflerait.

Le 20 mai 2020, cependant, les militants d’El Kamour ont repris leurs manifestations et sit-in à plusieurs endroits, exerçant la pression et bloquant plusieurs routes pour les interdire aux véhicules de l’industrie pétrolière. Le 3 juillet, ils ont organisé une nouvelle grève générale dans les services publics et les champs pétrolifères et, le 16 juillet, ils ont fermé la station de pompage, bloquant les oléoducs transportant les produits pétroliers vers le nord. Mais les militants d’El Kamour ont dû attendre le 7 novembre 2020 avant de pouvoir parvenir à un accord avec les représentants du gouvernement, en échange duquel les producteurs de pétrole et d’autres entreprises du secteur pétrolier devaient reprendre immédiatement leurs activités. Signé par le chef du gouvernement le 8 novembre 2020, l’accord contient un certain nombre de points clés, dont plusieurs qui figuraient auparavant dans l’accord de 2017 mais n’avaient pas été mis en œuvre. Ceux-ci comprenaient, un fonds de développement et d’investissement dédié de 80 millions de dinars pour le gouvernorat de Tataouine ; financement par crédit de 1 000 projets avant la fin de 2020 ; 215 emplois créés dans l’industrie pétrolière en 2020, plus 70 autres en 2021 ; 2,6 millions de dinars pour les communes locales et 1,2 million de dinars pour l’Union Sportive de Tataouine.

Conclusion

Les grands mouvements sociaux évoqués ci-dessus ont tous plusieurs points communs. Premièrement, ils sont très largement situés dans le sud, le centre, l’ouest et le nord-ouest de la Tunisie, ces mêmes régions marginalisées et appauvries qui, entre le 17 décembre 2010 et début janvier 2011, ont connu d’énormes manifestations de soutien à Bouazizi et contre les politiques sociales et économiques actuelles. Deuxièmement, tout en différant dans le détail, les principales revendications de ces mouvements portent toutes essentiellement sur le droit aux ressources, aux services et à un revenu décent. Aucune, ou pratiquement aucune, n’est liée à des revendications « politiques » (droits politiques, liberté individuelle). Troisièmement, dans leur choix de langage et de plusieurs actions « spectaculaires », ces mouvements sociaux affichent un radicalisme qui marque une nette rupture avec les jeux politiques qui se jouent dans et autour des centres de pouvoir. Finalement, presque tous ces mouvements sont dénoncés et accusés de régionalisme et de tribalisme, parfois même de séparatisme et de trahison. Les manifestants sont soupçonnés d’être manipulés, d’être des marionnettes entre les mains d’un parti politique ou d’une puissance étrangère.

Pourtant, ces mouvements ont connu un certain succès, quoique relatif, un succès impossible sans la solidarité de classe montrée dans les trois exemples évoqués ci-dessus, et les liens de domination et de dépendance qui depuis des décennies caractérisent les relations entre le centre de pouvoir de la Tunisie (la côte est ) et sa périphérie défavorisée et appauvrie. Enfin, ces mêmes exemples, et d’autres cas plus récents, démontrent que les processus « révolutionnaires » lancés début 2008 sont toujours actifs en Tunisie et le resteront probablement pendant de nombreuses années à venir.

Habib Ayeb est géographe et cinéaste. Il est président et fondateur de l’Observatoire de la Souveraineté Alimentaire et de l’Environnement (OSAE) et contributeur régulier de ROAPE.

Le blog est co-hébergé par OSAE et disponible en français sur leur site Web ici . Cette version a été traduite par Maggie Sumner.

Photographie en vedette : Paris, 15 janvier 2011 – Une manifestation française en faveur de Mohamed Bouazizi, « Héros de la Tunisie » ( Antoine Walter ).

Remarques

[1] . Voir Ayeb H. 2017. 2017. « Problèmes alimentaires et révolution : le processus de dépossession, de solidarité de classe et de soulèvement populaire : le cas de Sidi Bouzid en Tunisie ». Documents du Caire en sciences sociales . 34, non. 4 : 86-110

[2] . La population de la région est très largement rurale : 70% des habitants de la ville de Sidi Bouzid sont employés dans un emploi lié au secteur agricole (agriculteurs, ouvriers agricoles, saisonniers, etc.)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :