NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

CONTRE LA CALOMNIE ET LA DIFFAMATION, EN SOUTIEN À HOURIA BOUTELDJA

CONTRE LA CALOMNIE ET LA DIFFAMATION, EN SOUTIEN À HOURIA BOUTELDJA

17 janvier 2021

Les commentaires antisémites qui ont visé la dauphine de Miss France 2020, April Benayoum, ont été unanimement, et évidemment à raison, déplorés et condamnés. Pourtant, l’une de ces réactions a valu à son auteure de se retrouver la cible d’accusations d’antisémitisme : sous la pression, Mediapart a dépublié le texte incriminé. Ces attaques viennent principalement des personnes et groupes qu’en général on retrouve en première ligne chaque fois qu’il est question de défendre l’État face aux avancées de l’antiracisme politique. Ces détracteurs ont-ils raison ? Houria Bouteldja, antisémite ?

À cette question, nous répondons sans hésitation : non. Que les idées qu’elle défend plaisent ou non, cela relève du débat démocratique. Mais l’antisémitisme, lui, est un délit qui relève du pénal. Ceux qui, la main sur le cœur, accusent Houria Bouteldja de tenir publiquement des propos antisémites, alors que précisément elle pointait dans son article les dérives antisémites à l’encontre de Miss Provence ainsi que l’hypocrisie des puissances occidentales qui s’abstiennent de voter une résolution de l’ONU proposant de combattre le néonazisme, sont de vulgaires tartuffes. Force est de constater que tout ce bruit n’aura été qu’une campagne diffamatoire profitant à un certain courant d’idées (qui essaime du Printemps républicain à Valeurs Actuelles en passant par l’extrême droite) et desservant la lutte politique contre l’antisémitisme.

A l’initiative de familles de victimes de violences policieres, pres de dix mille personnes ont defile de la Place de la Nation en direction de la Place de la Republique, pour denoncer ces violences et le racisme. Houria Bouteldja, porte parole du PIR, Parti des Indigenes de la Republique

Houria Bouteldja s’est déjà expliquée, notamment sur la phrase qui aura servi d’étincelle : « On ne peut pas être Israélien innocemment. » Résumons la lecture fallacieuse et indigne qui en a été faite par nos inquisiteurs : tout Israélien serait par essence coupable des crimes de la colonisation israélienne ; donc tout juif le serait aussi ; donc il serait permis de les haïr en tant qu’ils sont Israéliens, donc en tant qu’ils sont juifs. Si rien ne va dans cette lecture, c’est qu’elle fait mine d’ignorer la longue tradition littéraire et politique dans laquelle s’inscrit Houria Bouteldja, reprenant quelques fils qu’ont suivis des penseurs comme Aimé Césaire, Albert Memmi ou encore Jean-Paul Sartre. Réfléchissant à la manière dont les structures de domination (notamment coloniales) agissent sur les rapports sociaux entre groupes et entre individus, et sur les représentations collectives qui en découlent, ils en ont tiré la conséquence suivante : nul n’échappe à ces rapports sociaux, aux profits ou aux désavantages qu’ils confèrent. Mais dans la mesure où existe la liberté de se positionner, nul ne peut s’en déresponsabiliser.

Sauf à considérer les Israéliens comme des cas à part, ou bien à nier la réalité de la situation coloniale en Palestine, il n’y a pas de raison de s’émouvoir lorsque cette analyse leur est appliquée. Le bât blesse plus douloureusement pour nous, antiracistes, lorsque les accusations de nos détracteurs sont soutenues par l’amalgame entre judaïsme et sionisme, entre juifs et sionistes – là où il s’agirait plutôt de déconstruire et d’expliciter cette confusion dangereuse, ce que Houria Bouteldja a justement le courage de faire. Mais cette assimilation redoutable semble insufflée par une certaine doxa dominante depuis les plus hauts sommets de l’État, comme l’a montré la détermination d’Emmanuel Macron à faire entrer l’antisionisme dans la définition de l’antisémitisme.

Aussi, à la question complotiste de Marianne « Qui protège Houria Bouteldja ? », nous répondons : pas les médias mainstream, pas les institutions, pas les structures de pouvoir, pas les intellectuels de salon, pas des pouvoirs occultes et encore moins des forces honteuses d’elles-mêmes. Ceux et celles qui la soutiennent, c’est nous : des militantes et militants antiracistes et anti-impérialistes qui savent parfaitement reconnaître l’antisémitisme même sous ses formes les plus sophistiquées, comme nous savons reconnaître une authentique militante décoloniale.

Finalement, la polémique qui a suivi la publication du papier de Houria Bouteldja en dit bien plus sur le contexte de sa réception que sur son auteure. De son côté, elle n’a jamais cédé ni à l’essentialisation, ni au judéocentrisme. Au contraire, elle mobilise les idées indissociables de liberté et de responsabilité, pour elle-même comme pour les autres. Antisémite, Houria Bouteldja ? En aucun cas. Et l’en accuser relève non seulement de la calomnie mais aussi de la diffamation.

En revanche, nos détracteurs n’en finissent plus de se radicaliser dans la défense de l’État, de ses pratiques racistes et de ses structures inégalitaires comme ils sont tolérants vis-à-vis des discours islamophobes et négrophobes. Nous déplorons que, dans le contexte d’un débat sciemment saboté, la chasse aux sorcières ait toujours cours. Contre la calomnie et la diffamation, nous soutenons Houria Bouteldja.

Gil Anidjar, professeur, Columbia University (États-Unis)

Simon Assoun, éducateur spécialisé, militant Union juive française pour la paix

Eric Aupol, photographe, enseignant

Ariella Aïsha Azoulay, professeure de culture moderne (États-Unis)

Ludivine Bantigny, historienne, universitaire

Yesse Belkhodja, militante décoloniale, porte-parole du Collectif de défense des jeunes du Mantois

Omar Benderra, économiste

Mounia Bennani-Chraïbi, professeur ordinaire de politique comparée, Université de Lausanne

Amal Bentounsi, militante contre les violences policières

Elise Bernard, intermittente du spectacle

Judith Bernard, enseignante et metteuse en scène

Omar Berrada, écrivain, chercheur

Julie Billaud, professeur associée d’anthropologie, The Graduate Institute, Genève

Daniel Blondet, CGT Educ’action, militant anti-impérialiste

Patrick Bobulesco, libraire

Félix Boggio Ewanjé-Epée, professeur de philosophie

Mathieu Bonzom, universitaire

Marion Bordessoulles, CGT Spectacle

Alain Brossat, professeur émérite

Sébastien Budgen, éditeur Verso Books

François Burgat, politologue

Delphine Cerisuelo, enseignante

Ismahane Chouder, militante féministe

Thomas Coutrot, économiste, militant altermondialiste

Julie Crenn, historienne de l’art

Julien Crépieux, artiste

Alain Damasio, écrivain

Querelle Delmas, militant queer

Mathias Delori, chercheur CNRS en sciences politiques

Christine Delphy, sociologue, féministe

Laurent de Wangen, militant associatif

Daphné Dolphens, militante antiraciste

Tal Dor, sociologue

Baudouin Dupret, Sciences Po Bordeaux

Ali El Baz, militant de l’immigration

Annie Ernaux, écrivaine

Hervé Falcetta, maçon, CGT SLCBA

Olivier Fillieule, professeur ordinaire de science politique à l’Université de Lausanne et directeur de recherche au CNRS

Caroline Gay, comédienne 

François Gèze, éditeur

Anahita Grisoni, Sociologue et urbaniste

Georges Gumpel, Union juive française pour la paix, Partie Civile au procès de Klaus Barbie

Eric Hazan, éditeur

Choukri Hmed, maître de conférences, Université Paris-Dauphine

Rachid Id Yassine, sociologue, Université Gaston Berger, Sant-Louis

Philippe Jouary, cadre associatif

Saad Jouni, rédacteur en chef de Decolonial News

Stefan Kipfer, professeur, Université York, Toronto

Safi Khatib, syndicaliste

Farhad Khosrokhavar, sociologue

Anna Knight, traductrice

Richard Labévière, journaliste, rédacteur en chef de prochetmoyen-orient.ch

Thierry Labica, Université de Nanterre

Baptiste Lanaspeze, éditeur

Thomas Lancelot, militant antisioniste et féministe

Gaëlle Le Fur, sociologue

Alana Lentin, Western Sidney University

Raphaël Liogier, professeur des universités, Sciences Po Aix-en-Provence

M’baïreh Lisette, militant décolonial et anticolonialiste

Franco Lollia, Brigade antinégrophobie

Pierre Magne, professeur agrégé de philosophie et maître de conférences à l’École Polytechnique

Joëlle Marelli, traductrice

Joseph Massad, Columbia University

Gustave Massiah, économiste, altermondialiste

Pascal Menoret, professeur titulaire, Brandeis University (Massachusetts)

René Monzat, militant antiraciste

Dominique Natanson, animateur du site Mémoire juive & éducation

Melanie Ngoye Gaham, militante

Annie Ohayon, productrice

Tristan Petident, militant NPA

Alexandre Piettre, philosophe et sociologue du politique et des religions, Université de Lausanne

Charles Poitevin, écrivain

Geneviève Rail, professeure émérite, Institut Simone-De Beauvoir 

Ben Ratskoff, éditeur en chef de PROTOCOLS

Gianfranco Rebuccini, anthropologue, chargé de recherche au CNRS et militant queer

Jonathan Ruff-Zahn, UJFP, rappeur

Nordine Saidi, militant décolonial et membre de Bruxelles Panthères

Catherine Samary, économiste altermondialiste

Raphaël Schneider, co-fondateur de Hors-Série

Khadija Sendhaji, militante antiraciste, décoloniale (Bruxelles)

Michèle Sibony, militante antiraciste, Union Juive Française pour la Paix

Maboula Soumahoro, Présidente Black History Month

Isabelle Stengers, philosophe

Julien Théry, historien

Gavan Titley, University of Maynooth

Enzo Traverso historien

Karim Van Dromme, bénévole à l’Unafam et militant contre le validisme et la psychophobie

Ghyslain Vedeux, militant antiraciste, président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN)

Françoise Vergès, politologue, féministe décoloniale

Marianne VL Koplewicz, éditrice

Michel Warschawski, militant anticolonialiste israélien

Sarah Youbi, interne en médecine générale

Hela Yousfi, maître de conférences, Université Paris-Dauphine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 janvier 2021 par dans ANTISEMITISME, ANTISIONISME, CENSURE, ETAT POLICIER, FRANCE, SOLIDARITES.