NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Manifeste de grève essentiel pour le 8 mars

Nous sommes les femmes qui sont essentielles à la guérison du monde entier de la pandémie. Nous faisons un travail essentiel et pourtant nous nous trouvons dans des conditions misérables : notre travail est sous-payé et sous-évalué; nous sommes surchargés de travail ou sans emploi; nous sommes obligés de vivre dans des endroits surpeuplés et de renouveler constamment nos permis de séjour. Nous sommes confrontés à une lutte quotidienne contre la violence masculine, à la maison et sur nos lieux de travail. Nous en avons assez de ces conditions violentes et d’exploitation et refusons de garder le silence ! Nous avons commencé à nous organiser ensemble dans un réseau qui relie les femmes, les migrants et les travailleurs en difficulté en Europe centrale, orientale et occidentale : il s’agit de luttes autonomes essentielles transnationales (EST). Le 8 mars, nous appelons tous ceux qui luttent contre la violence capitaliste, patriarcale et raciste à se joindre à notre grève!

Le 8 mars, nous nous sommes déclarés contre l’exploitation de notre travail productif et reproductif. Grâce à notre travail essentiel en tant qu’infirmières, nettoyeurs, enseignants, travailleurs d’épicerie, travailleurs logistiques et saisonniers, travailleurs domestiques rémunérés et non rémunérés et soignants pour les enfants, les personnes âgées et les malades, nous maintions la société à flot. Surtout avec les écoles et les jardins d’enfants fermés, le fardeau de la garde d’enfants et du travail domestique est sur nos épaules. Pendant la pandémie, beaucoup d’entre nous ont perdu leur emploi, entre autres parce qu’à la maison, nous avions des enfants à s’occuper et du travail domestique à faire. Notre travail est essentiel, à la maison et sur le lieu de travail, et pourtant dégradé.

Le 8 mars, nous nous en sommes à l’encontre du durcissement de la violence patriarcale ! Les gouvernements nationaux utilisent la pandémie comme une chance de renforcer l’emprise du patriarcat: en Pologne, avec la tentative de limiter davantage la liberté d’avortement; en Turquie, avec la proposition de se retirer de la convention d’Istanbul; en Hongrie, avec les restrictions des droits des transgenres et un programme anti-LGBTQ. Alors qu’on nous a dit de « rester à la maison, rester en sécurité », beaucoup d’entre nous n’ont pas de maisons du tout. Et pour beaucoup d’autres, leurs maisons sont tout sauf un espace sûr car ils vivent avec des partenaires violents et luttent contre l’augmentation de la violence domestique pendant les confinements. Une attaque ouverte a été menée pour nous faire nous en tenir au rôle des serfs de la société, subordonnés à la maison et exploités dans le monde extérieur.

Le 8 mars, nous nous en prenons aux régimes racistes et d’exploitation de la mobilité ! En tant que travailleurs migrants de soins et saisonniers d’Europe de l’Est, nous avons été « autorisés » à atteindre les pays occidentaux pour effectuer un travail essentiel ici, mais nous avons dû le faire à nos propres risques, sans protection ni sécurité sociale. Notre travail soutient les soins (de santé) en Occident, tandis qu’à l’Est, les systèmes de santé s’effondrent sur les épaules des travailleurs surchargés de travail et sous-équipés. Les migrants et les réfugiés de l’intérieur et de l’extérieur de l’UE vivent dans des dortoirs, des camps et travaillent dans des environnements dangereux, alors qu’ils n’ont jamais droit à la même aide monétaire que les populations locales. Sur la carte inégalement divisée de l’Europe, les migrants paient le prix le plus élevé de la pandémie, car ils paient généralement le prix le plus élevé de l’exploitation.

Le 8 mars, nous faisons grève parce que nous refusons d’être considérés comme essentiels uniquement pour être exploités et opprimés !

Nous refusons d’être considérés comme essentiels uniquement pour être exploités et opprimés! Inspirés par les luttes anciennes et continues, nous nous construisons sur les expériences de la grève mondiale des femmes, de la grève des femmes polonaises et des luttes féministes en Argentine pour le droit à l’avortement. Nous attendons les protestations et les grèves des infirmières, des médecins, des travailleurs de la garde d’enfants, des travailleurs logistiques et saisonniers en Bulgarie, en Géorgie, en Autriche, en Roumanie, au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie, en Allemagne et en France. Nous apprenons de la lutte contre la loi roumaine interdisant la discussion sur le « genre » dans l’éducation, des mobilisations transnationales des migrants et des manifestations pour la vie des Noirs. S’en s’insurdant de ces expériences collectives de lutte et de leur pouvoir de remettre en cause le statu quo, nous appelons les femmes, les travailleurs, les migrants et les LGBTQI+à se joindre à nous dans une grève essentielle le 8 mars. Notre grève s’efforce de perturber les conditions actuelles de notre oppression et de nous réclamer une voix dans les conditions de la reconstruction. Avec notre grève, nous nous battons pour les revendications suivantes:

La liberté de la violence patriarcale sous toutes ses formes! Nous voyons la violence à l’égard des femmes non pas comme un événement isolé, mais comme faisant partie de tout le système patriarcal qui veut nous faire nous en tenir au rôle des aidants naturels. Nous refusons de supporter le fardeau du travail essentiel qui nous est imposé par la violence et le harcèlement. Nous nous opposons aux attaques des gouvernements ultraconservants et exigeons un avortement et une contraception sûrs, légaux et gratuits dans tous les pays. Nous exigeons l’arrêt immédiat des attaques politiques et législatives contre les communautés LGBTQI+.

Des salaires plus élevés pour tous! Notre lutte féministe sur les salaires n’est pas seulement contre l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes, mais contre les conditions capitalistes qui produisent et reproduisent tant plus de hiérarchies salariales entre les sexes et les ethnies, les nationalités et des régions entières. Alors que les riches ont cherché la pandémie comme une occasion d’amasser plus de richesses, nous sommes laissés pour supporter le fardeau de l’austérité. Assez! Nous ne revendiquons pas simplement l’égalité salariale entre les sexes, mais des salaires plus élevés pour tous les travailleurs! Nous exigeons la redistribution transnationale des richesses ! Commençons à reprendre ce qui est à nous!

Bien financé et inclusif à l’échelle transnationale! Nous refusons les plans de reconstruction qui continuent de décharger les coûts des réductions de l’aide sociale qui s’édent depuis des décennies pour les femmes et les migrants. Nous voulons créer des liens transnationaux entre les luttes pour le bien-être, le sida et la sécurité sociale. Même si les conditions de bien-être diffèrent d’un pays à l’autre, elles sont fondées sur la division sexiste et raciste des différences de travail et de salaires qui créent des hiérarchies entre les femmes de différentes nationalités. Nous voulons faire de ces hiérarchies une lutte commune contre le bien-être patriarcal transnationalement !

Permis de séjour européen inconditionnel pour tous les migrants, réfugiés et demandeurs d’asile ! Nous rejetons la façon dont les gouvernements et les patrons font chanter les migrants en imposant des exigences économiques et institutionnelles impossibles nécessaires à l’obtention et au renouvellement des permis de séjour. Cela oblige les migrants, en particulier en provenance de l’extérieur de l’UE, dans des conditions de travail par ailleurs inacceptables.

Un logement sûr et meilleur pour tous! En mars 2020, nous étions déjà dans une crise profonde du logement. Tout au long de la pandémie, nos maisons se sont politisées encore plus au-delà de notre agence et de notre consentement! Nous exigeons des logements adéquats et financièrement accessibles à tous, exempts de surpopulation et de conditions précaires ! Nous appelons au relogement immédiat des personnes victimes de violences domestiques !

With our essential strike we want to show that our lives and our struggles are essential! Therefore, we need to join forces across the borders. On the 8th of March we want to call everyone to make visible the force of essential labour and use it as a weapon to impose our terms for the post-pandemic reconstruction! 

We call on everyone to organize strikes in the workplaces and outside of them, demonstrations, marches, assemblies, flashmobs, symbolic actions, pañuelazos, ruidazos! Let’s push unions to support the women strike! Let’s imagine together the ways to make our different struggles visible and connect them across borders. 

We call all women, migrants and workers who share our vision and demands to join us for a public assembly on the 21st of February where we will discuss the horizons of our essential strike!

Our work is essential, our life is essential, our strike is essential!

We invite everyone, who identifies with this manifesto to sign it, share it widely or translate it to their language so that it can reach more women, migrants and workers. 

First signatures:

CLARA Collective, Czech Republic
Quantic Association, Romania
The Other Balkan, Balkan
a szem, Romania
zine fem, Romania
Editura Pagini Libere, Romania
LevFem, Bulgaria
Arthisteria, Czech Republic
Kırkyama Kadın Dayanışması, Turkey
Perempuan Mahardhika, Indonesia
KASZ, Hungary
Filaret 16, Romania
Leneșx Radio, Romania
One World Berlin Human Rights Film Festival, Germany
Colectiva Urzica, Romania
Romania – Țara muncii ieftine, Romania & EU
DREPT pentru îngrijire, Austria + Romania
New Course for Socialist Democracy (Yeniyol), Turkey
Precarious Disconnections, Italy
სოლიდარობის ქსელი / Solidarity Network, Georgia
Center for Women’s Studies, Serbia
Fractalia Press, Romania
Common Front for Housing Rights, Romania
Gazeta de Arta Politica – Political Art Gazette, Romania
Collectif Sans Papiers 75, France
Red Initiative, Serbia
WilPF magyar szekció, Hungary
Mossawat, Marocco
Assemblea delle Donne del Coordinamento Migranti, Italy
NEM!, Hungary
CUTRA, Romania
Laboratorio Smaschieramenti, Italy
B-Side Pride, Italy
Colectiva Autonomă Macaz, Romania,
Allt åt alla Kvinnofront Stockholm, Sweden
OV 05, Romania

Websites that have republished the manifesto:

[EN]

a szem (Romania):  https://aszem.info/2021/01/a-nelkulozhetetlen-sztrajk-marcius-8-i-manifesztuma/2/
The Barricade (Eastern-Europe): https://thebarricade.online/essential-strike-manifesto-8th-march/
Editura Pagini Libere (Romania): https://pagini-libere.ro/en/essential-strike-manifesto-for-the-8th-of-march-e-a-s-t/
LeftEast (international): https://www.criticatac.ro/lefteast/essential-strike-manifesto-for-the-8th-of-march/
Gender and its Discontents Blog (The New School For Social Research, NY, USA): http://tns-gssi.newschool.org/2021/02/02/essential-strike-manifesto-for-the-8th-of-march/?fbclid=IwAR0mKOZLqf4WXh-LJaVkpnEIVinXr9e6_Cacyy9dWb5Z0JRpX6t04DNVoHQ

[HU]

a szem (Romania):  https://aszem.info/2021/01/a-nelkulozhetetlen-sztrajk-marcius-8-i-manifesztuma
Editura Pagini Libere (Romania): https://pagini-libere.ro/en/essential-strike-manifesto-for-the-8th-of-march-e-a-s-t/  
Gazeta de Artă Politică (Romania): http://artapolitica.ro/2021/01/25/a-nelkulozhetetlen-sztrajk-marcius-8-i-manifesztuma/
Mérce (Hungary):  https://merce.hu/2021/01/26/nemzetkozi-sztrajkra-hivnak-a-nelkulozhetetlen-dolgozok-marcius-8-an/

[RO]

a szem (Romania):  https://aszem.info/2021/01/a-nelkulozhetetlen-sztrajk-marcius-8-i-manifesztuma/3/
Baricada (Romania): https://ro.baricada.org/manifestul-grevei-esentiale-de-8-martie/
Editura Pagini Libere (Romania): https://pagini-libere.ro/en/essential-strike-manifesto-for-the-8th-of-march-e-a-s-t/  
Gazeta de Artă Politică (Romania): http://artapolitica.ro/2021/01/25/manifestul-grevei-esentiale-de-8-martie/
Spectrul (Romania): https://spectrul.ro/2021/02/01/manifestul-grevei-esentiale-de-8-martie/?fbclid=IwAR1fYD1tJoM0zx9K3vrIPuZecBzOZ6kYNIbhmJ1UTnL7CPc5LvwmbCgR2hg
Cutra (Romania): https://cutra.ro/manifestul-grevei-esentiale-de-8-martie/

[BG]

LevFem (Bulgaria): https://levfem.org/blog/2021/01/25/manifesto-2021/
Baricada (Bulgaria): https://baricada.org/2021/01/26/stachka-8mart/

[IT]

Conessioni Precarie (Italie): http://www.connessioniprecarie.org/2021/01/25/manifesto-per-lo-sciopero-essenziale-dell8-marzo/
Laboratorio Smaschieramenti (Italie): https://smaschieramenti.noblogs.org/post/2021/02/03/manifesto-per-lo-sciopero-essenziale-dell8-marzo/

[SR]

Masina (Serbie): https://www.masina.rs/?p=16015 

[TK]

Imdat Fren! (Turquie): http://imdatfreni.org/8-mart-icin-hayati-grev-manifestosu-e-a-s-t/


Restez en contact avec nous sur Facebook (EAST – Essential Autonomous Struggles Transnational) ou par e-mail à essentialstruggles@gmail.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 février 2021 par dans Actualités des luttes, FEMINISME, femmes, LUTTES DES FEMMES.