NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

2 mars 1919 Fondation de l’Internationale Communiste (Komintern)

LE PREMIER CONGRÈS – MARS 1919

Le 24 janvier 1919, la Centrale du Parti communiste russe ainsi que les bureaux étrangers des partis communistes polonais, hongrois, allemand, autrichien, letton et les Comités centraux du parti communiste finlandais, de la Fédération socialiste balkanique et du Parti socialiste ouvrier américain lancèrent l’appel suivant :

« Les partis et organisations soussignés considèrent comme une nécessité impérieuse la réunion du premier congrès de la nouvelle Internationale révolutionnaire. Pendant la guerre et la Révolution, se manifesta non seulement la complète banqueroute des vieux partis socialistes et social-démocrates et avec eux la II° Internationale, mais aussi l’incapacité des éléments centristes de la vieille social-démocratie à l’action révolutionnaire. En même temps, se dessinent clairement les contours d’une véritable Internationale révolutionnaire. »

L’appel décrit en douze points le but, la tactique et la conduite des partis « socialistes ». Considérant que l’époque actuelle signifie la décomposition et l’écroulement du système capitaliste qui est en même temps l’écroulement de la culture européenne, si l’on ne supprime pas le capitalisme. La tâche du prolétariat est dans la conquête immédiate des pouvoirs publics. Cette conquête du pouvoir public consiste dans l’anéantissement de l’appareil d’Etat bourgeois et dans l’organisation de l’appareil de l’Etat prolétarien. Le nouvel appareil doit incarner la dictature de la classe ouvrière et servir d’instrument à l’oppression systématique et à l’expropriation de la classe exploiteuse. Le type de l’Etat prolétarien n’est pas la démocratie bourgeoise, ce masque sous lequel se cache la domination de l’oligarchie financière, mais la démocratie prolétarienne sous la forme des Conseils. Pour assurer l’expropriation du sol et des moyens de production qui devront passer aux mains du peuple tout entier, il faudra désarmer la bourgeoisie et armer la classe ouvrière. La méthode principale de la lutte est l’action des masses révolutionnaires jusqu’à l’insurrection armée contre l’Etat bourgeois.

En ce qui concerne l’attitude des socialistes, trois groupes sont à considérer. Contre les social-patriotes qui combattent aux côtés de la bourgeoisie, il faudra lutter sans merci. Les éléments révolutionnaires du centre devront être scindés ; les chefs, critiqués incessamment et démasqués. A une certaine période du développement, une séparation organique d’avec les centristes s’impose. Un troisième groupe composé des éléments révolutionnaires du mouvement ouvrier devra être constitué. Suivait une énumération de 39 partis et organisations invités au 1° Congrès. La tâche du congrès consiste en la « création d’un organisme de combat chargé de coordonner et de diriger le mouvement de l’Internationale communiste et de réaliser la subordination des intérêts du mouvement des divers pays aux intérêts généraux de la Révolution internationale. »

Le 1° Congrès eut lieu le 02 mars 1919.

A cette époque, la Russie des Soviets était complètement bloquée, entourée de tous les côtés de fronts militaires, de sorte qu’un petit nombre seulement de délégués parvint ,au prix des plus grandes difficultés, à se rendre au congrès. Au sujet de la constitution de ce congrès, le camarade Zinoviev (dans son rapport au second congrès) écrit ce qui suit :

« Le mouvement communiste, dans les divers pays d’Europe et d’Amérique, à cette époque, n’en était qu’à ses débuts. C’était la tâche du premier Congrès de déployer l’étendard communiste et de proclamer l’idée de l’Internationale communiste. Mais ni la situation générale des partis communistes dans les différents pays, ni le nombre des délégués au premier Congrès ne permirent de discuter à fond les questions pratiques de l’organisation de l’Internationale communiste. »

Le congrès entendit les rapports des délégués sur la situation du mouvement dans leur pays, adopta des résolutions sur les directives de l’Internationale communiste, sur la démocratie bourgeoise et la dictature prolétarienne, sur la position vis-à-vis des courants socialistes, sur la situation internationale : elles étaient toutes rédigées dans l’esprit de l’appel de la fondation. La fondation de l’Internationale communiste fut décidée à l’unanimité moins cinq abstentions. On laissa au 2° Congrès la tâche de la constitution définitive de l’Internationale communiste, dont la direction fut confiée à un Comité exécutif, dans lequel devaient être représentés les partis russe, allemand, hongrois, la Fédération balkanique, les partis suisse et scandinave. Le congrès se termina par un manifeste au prolétariat du monde entier.

Pendant la première année, le Comité exécutif de l’Internationale communiste eut un travail difficile à accomplir. A peu près coupé de l’Europe occidentale, il dut rester des mois entiers sans journaux, privé de la plupart de ses membres qui ne pouvaient venir à cause du blocus. Il n’en prit pas moins position sur toutes les questions importantes, précisément dans la première année qui suivit la guerre, où l’on manquait tant de clarté ; les appels et les écrits du Comité exécutif eurent une valeur extrêmement précieuse.

La création de l’Internationale communiste donna un but et une direction aux masses ouvrières opposées à la politique de la II° Internationale. Il se produisit un véritable afflux des ouvriers révolutionnaires vers l’Internationale communiste. En mars 1919, le parti socialiste italien envoya son adhésion ; en mai, ce fut le tour du parti ouvrier norvégien et du parti socialiste « étroit » bulgare ; en juin, du parti socialiste de gauche suédois, du parti socialiste communiste hongrois, etc. En même temps, la II° Internationale se vidait rapidement de ses effectifs. L’un après l’autre, ses partis les plus importants la quittèrent. Si, lors de sa fondation, l’Internationale communiste était plus un drapeau qu’une armée, elle avait, au cours de sa première année d’existence non seulement rassemblé une armée autour de son drapeau, mais infligé de graves défaites à son adversaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 mars 2021 par dans COMEMORATION, COMMUNISME, DEVOIR DE MEMOIRE.
%d blogueurs aiment cette page :