NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

INDES : Leçons pour les autres – Deux luttes dans une Inde en mutation : les grèves des moulins de Bombay et l’agitation des agriculteurs

par VANAIK Achin

L’abrogation des trois lois agricoles introduites par le gouvernement Modi est une condition nécessaire mais loin d’être suffisante pour améliorer de manière décisive l’agriculture indienne et la vie de ceux qui y sont liés. Pourtant, même si un compromis est trouvé au lieu d’abroger, il violera considérablement la popularité du régime Modi. ACHIN VANAIK explique pourquoi.

Contenu

La lutte en cours des agriculteurs en Inde est la mobilisation de masse la plus importante depuis des décennies et représente le plus grand défi pour le gouvernement Modi depuis son arrivée au pouvoir. Sa cause: les trois lois de réforme agricole forcées par le Parlement pendant le lockdown, que le BJP insiste sont nécessaires pour moderniser un système archaïque et obsolète.

Toutefois, les agriculteurs considèrent à juste titre que le démantèlement de la réglementation, du contrôle des prix et des engagements en matière de marchés publics existants met en péril leurs moyens de subsistance.

Ils craignent que l’ouverture du secteur des entreprises agroalimentaires et des intérêts financiers ne conduise à une plus grande polarisation des exploitations foncières avec un déplacement massif d’agriculteurs et de travailleurs vers un secteur informel (plus de 90 % de la main-d’œuvre totale) déjà incapable de fournir un emploi suffisamment ou suffisamment rémunérateur.

Depuis fin novembre 2020, des centaines de milliers d’agriculteurs, principalement du Pendjab, de l’Haryana et de l’ouest de l’Uttar Pradesh, ont campé dans la banlieue de Delhi, perturbant les routes principales menant à la capitale. Rejetant les offres de suspension des nouvelles lois, ils sont restés fermes en exigeant leur abrogation.

Le jour de la République 2021, quelque 5 000 000 personnes ont défilé le long des itinéraires précédemment convenus comme une expression symbolique que le jour leur appartient autant qu’à n’importe qui d’autre. Cependant, quelques milliers de personnes ont étonnamment pu prendre une route débloquée et se sont retrouvées au Fort Rouge, dans le centre de la ville, d’où un drapeau religieux sikh a été hissé et où des affrontements ont eu lieu entre manifestants et policiers.

Le Premier ministre Narendra Modi a rompu son silence pour déclarer les incidents du Fort Rouge une insulte au pays et insister pour que les réformes se déroulent sans relâche. Des centaines de personnes ont été arrêtées, des journalistes ont été inculpés, et les autorités ont ensuite décidé de bloquer les campements des agriculteurs avec du fil concertina tranchant, des pointes d’acier implantées dans le sol ainsi que la construction de murs de béton.

Mais lorsque le gouvernement de l’Uttar Pradesh a menacé d’expulser les agriculteurs avant minuit le 28 février, à la suite d’un appel à la direction, des milliers d’autres ont afflué vers les sites d’occupation, d’abord dans l’Uttar Pradesh, puis du Pendjab et de l’Haryana.

À un moment critique, au moment même où le gouvernement prévoyait de passer à une offensive forte, la lutte des agriculteurs a pris un second souffle puissant et les occupations et les résistances se poursuivent encore aujourd’hui.

 La grève du textile et ses conséquences

Comment pourrions-nous évaluer les chances de succès du mouvement agricole? Une façon est de la comparer à la dernière mobilisation d’une ampleur équivalente : la grève des travailleurs du textile de Bombay de 1982-1983. Puis, 2 24 000 travailleurs de l’usine de la ville se sont mis en grève, fermant l’industrie avec des demandes d’augmentation des salaires, de bien meilleures conditions de travail et la fin des lois restrictives du travail qui leur refusaient le droit de choisir un autre syndicat plus militant dirigé par Datta Samant à la place du seul syndicat pro-propriétaires officiellement reconnu, le Rashtriya Mill Mazdoor Sangh, qui n’avait rien fait pour eux.

Grève des ouvriers du textile de Bombay de 1982 à 1983

Plus de 58 millions de jours-personnes ont été perdus, contrairement aux 29 millions de jours-personnes perdus par la grande grève des mineurs britanniques de 1984-1985. Malgré leur grand nombre, cependant, les circonstances objectives n’étaient pas en faveur des travailleurs.

Dirigés contre les propriétaires de grandes et moyennes usines et indirectement contre l’État, de nombreux propriétaires d’usines cherchaient à déplacer la production vers des métiers à tisser électriques à l’extérieur de la ville, et pouvaient s’attendre à une compensation substantielle grâce à la vente de terrains, tandis que le gouvernement du Maharashtra avait les yeux rivés sur la désindustrialisation de la ville en faveur de sa création d’un centre commercial-financier.

Un autre stimulant de l’intransigeance de l’État était sa prise de conscience que toute concession au syndicat samant étendrait le militantisme aux travailleurs d’autres industries.

Pour le gouvernement national, la rupture de la grève s’inscrit également dans des plans économiques plus larges. Le virage néolibéral de l’Inde vers une économie plus ouverte à l’échelle mondiale, avec une plus grande privatisation du secteur public et un secteur des services en pleine croissance, n’a pas commencé avec la crise économique de 1991, mais pendant cette période des années 1980.

La lutte fut alors héroïque mais isolée, malgré la sympathie du public des citoyens ordinaires de Bombay. Elle manquait d’un fort soutien de la part d’autres secteurs de la classe ouvrière ou du soutien inter-classes et était essentiellement laissée à elle-même par les grandes fédérations syndicales qui craignaient d’éventuelles désertions d’adhésion à Samant, s’il triomphait.


« Le changement néolibéral de l’Inde, avec une plus grande privatisation du secteur public et un secteur des services en pleine croissance, n’a pas commencé avec la crise économique de 1991, mais dans les années 1980. C’est alors que les grèves du textile ont eu lieu à Mumbai, exigeant une augmentation des salaires, de bien meilleures conditions de travail et la fin des lois restrictives sur le travail.


Aussi forte soit-elle, la grève était essentiellement une réaction défensive à des conditions terribles plutôt qu’une expression d’une conscience croissante de la classe qui pourrait changer la relation des forces entre le travail et le capital.

 Grève des chemins de fer

Ce changement aurait eu lieu si la grève des chemins de fer de 1974 avait été couronnée de succès. Cela est venu à la crête d’une vague plus large plus générale de militantisme syndical. Il s’agissait, jusque-là, de la plus forte grève jamais menée dans le secteur public, avec 1,7 million ou 70 % du total des employés des chemins de fer. Il a été annulé après 20 jours (7-28 mai) lorsque des milliers de personnes ont été arrêtées, beaucoup d’autres suspendues et que des militaires ont appelé pour commencer à faire circuler les trains.

Grève des chemins de fer en 1974

La grève des cheminots a eu lieu lorsqu’un mouvement de masse a été lancé par JP Narayan, qui avait déclaré que les jeunes sont le catalyseur d’une « révolution totale » contre la corruption, la classe, la caste et les antagonismes communautaires. Cette agitation s’est propagée à travers l’Inde du Nord urbaine. Il s’agissait du premier mouvement de masse anti-Congrès depuis l’Indépendance, réunissant la plupart des partis d’opposition.

Cette agitation, ainsi que la grève des chemins de fer, ont été des éperons importants à la déclaration d’urgence d’Indira Gandhi en juin 1975. La fin de l’urgence et la défaite du Congrès aux élections de 1977 n’ont pas eu comme conséquence une amélioration du militantisme de la classe ouvrière, bien que des mouvements sociaux de toutes sortes se sont produits.

 Mouvement des femmes et autres

Il s’agit notamment de la montée d’un mouvement de femmes autonomes déclenché par le viol collectif en garde à vue d’une jeune fille tribale, Mathura, qui a finalement conduit à la formation du Forum contre le viol en 1979, bientôt rebaptisé Forum contre l’oppression des femmes, puis l’inauguration en 1980 d’un réseau entièrement indien d’organisations autonomes de femmes.

Au cours de la même période, des groupes de la société civile comme Nivara Haq Sangarsh Samiti (publiquement soutenu par la star de Bollywood Shabana Azmi) et d’autres ont émergé pour mobiliser les habitants des bidonvilles et des trottoirs pour lutter contre les expulsions et les démolitions et pour les droits des sans-abri dans le Maharashtra, tandis que des mouvements étudiants ont éclaté dans les grandes universités centrales de Bombay [aujourd’hui Mumbai], Hyderabad, Delhi, le Bengale occidental et ailleurs.

Des groupes de défense des libertés civiles ont également vu le jour dans différentes provinces pour défendre les droits de l’homme, qu’ils soient violés par l’État ou d’autres. Ces groupes ont cherché à réseauter à l’échelle nationale dans un nouveau contexte où les tribunaux de tous les niveaux cherchaient maintenant à expier leur comportement supiné pendant l’urgence en divertissant les litiges d’intérêt public de toutes sortes.

 La lutte des agriculteurs

En ce qui a rien à voir avec la lutte des agriculteurs d’aujourd’hui, les chiffres ont atteint 5 000 000 ou plus, puisqu’il y a des allers-retours à grande échelle entre les sites d’occupation et les villages tous les quelques jours. La période de blocage durable aux frontières dure maintenant depuis plus de quatre mois et se poursuit. Par rapport à la grève du textile, plusieurs différences significatives sont apparentes.

L’agitation des agriculteurs va directement à l’encontre du Centre qui l’a pris en charge par les gouvernements des États, et indirectement contre les entreprises agroalimentaires. Avec le Centre comme adversaire initial, il a eu un impact beaucoup plus grand à l’échelle nationale, attirant une plus grande sympathie de partout au pays. Après tout, près de 50 % de la population est directement engagée dans l’agriculture ou les liens à l’envers ou dans la fourniture de biens et de services qui dépendent en grande partie des revenus des agriculteurs.

La sympathie interprotég professionnelle est beaucoup plus grande en raison des liens vivants avec les forces armées, la police, les bureaucraties gouvernementales de niveau inférieur et les salariés urbains de bas niveau de toutes sortes, des travailleurs indépendants aux travailleurs domestiques. Son effet, contrairement à la grève du textile, a été de mettre le Centre un peu sur la défensive.

La composition différente du mouvement agricole est également frappante. L’action n’est pas dirigée par ceux qui sont séparés des moyens de production ou que l’on peut appeler une partie de la classe ouvrière classique, comme en 1982-1983, mais par l’équivalent paysan de ce qu’on appelle parfois la petite bourgeoisie. Cela ne veut pas dire que la lutte n’est pas progressive, ce qu’elle est certainement.

À partir des années 1970 et 1980, et même dans les années 90, les riches agriculteurs ont dirigé les mouvements d’agriculteurs et ont été une force importante derrière certains partis politiques régionaux. Mais avec la crise agraire croissante, trois développements semblent avoir eu lieu.

Premièrement, le pouvoir des partis régionaux s’est érodé. Deuxièmement, la capacité de mobilisation et le leadership de ces couches plus riches ont largement cédé la place à ceux exercés par les petits et moyens agriculteurs organisés dans des syndicats souvent dirigés par des forces de gauche, en particulier au Pendjab. Troisièmement, une plus grande migration et une plus grande précarité du travail entre les sections inférieures et plus faibles de la paysannerie propriétaire ont sensibilisés les agriculteurs aux dangers de la corporatisation, à la perte des marchés publics et au prix minimum de soutien.

Par rapport à la grève du textile, les chances de succès sont certainement plus élevées, mais pas du tout certain. Une différence majeure est qu’un grand nombre de travailleurs du textile ont dû retourner dans leurs villages dans leurs États d’origine juste pour survivre, laissant une proportion considérablement plus faible chercher un soutien financier et de solidarité par le biais de manifestations, de grèves éclair, etc. de travailleurs d’autres secteurs industriels et de services à Bombay et dans le Maharashtra.

Dans la lutte actuelle des agriculteurs, les lignes de communication, le réapprovisionnement matériel et le renforcement numérique au besoin entre le backstop rural et les lieux d’occupation sont beaucoup plus proches et plus forts.

Peut-elle donc réussir seule ? Même le succès ne signifie pas que l’hégémonie d’Hindutva aura été sérieusement minée, ni qu’elle déplacera suffisamment la relation générale des forces entre le capital et le travail. Pour cela, une lutte collective beaucoup plus longue et plus large et l’émergence d’une alternative politique nationale sont nécessaires.

Certes, en cas de succès, il arrêtent pendant un certain temps considérable les progrès néolibéraux des entreprises dans l’agriculture indienne. La défaite, d’autre part, va accélérer la poussée néolibérale ainsi que de consolider davantage les liens entre le BJP et le capital.

Les lois agricoles doivent naturellement être opposées, et le respect est dû à la direction de gauche des syndicats qui ont constitué l’épine dorsale de la lutte mais qui a ses limites politiques et théoriques.

Contrairement aux syndicats industriels de travailleurs individuels, il s’agit de syndicats de propriétaires agricoles qui aspirent à augmenter leurs revenus dans un cadre capitaliste et qui, à eux seuls, ont peu de chances d’aller dans une direction de propriété coopérative éco-sensible et à plus grande échelle. C’est la seule vraie façon de surmonter la crise agraire, qui restera même si ces lois sont abrogées.

C’est-à-dire que l’abrogation de ces lois est une condition nécessaire mais loin d’être suffisante pour une amélioration décisive de l’agriculture indienne et de la vie des personnes liées à ce secteur.

 Où allons-nous ?

Première grande poussée réussie contre le gouvernement Modi, cette lutte a indéniablement encouragé d’autres formes d’opposition permanente. Les corps d’étudiants et d’enseignants à l’extérieur de la tente Hindutva sont également irrités par les efforts déployés par le Centre pour homogénéiser idéologiquement par le biais de changements de personnel et de programmes d’études dans le système public d’enseignement supérieur.

Les groupes progressistes de la société civile et les ONG s’inquiètent de l’assaut cumulatif contre les droits démocratiques pour freiner même les formes les plus douces de dissidence publique, tandis que les lois draconiennes sont utilisées pour effrayer, harceler, arrêter et punir les militants libéraux et de gauche.

De nombreux partis régionaux non-BJP savent qu’ils font face à une force pour les éliminer ou les suborn politiquement électoralement. Il y a alors des sections importantes de la population qui souhaitent le succès aux agriculteurs et qui sont enhardis à la soutenir pour leurs objectifs et leurs espoirs.

Mais la force du mouvement actuel vient du fait qu’il est (et considéré comme) indépendant des partis d’opposition. En outre, ce qui unit la pléthore de syndicats agricoles représentatifs en lutte, c’est leur objectif commun et spécifique de s’attaquer à la situation économique des agriculteurs et des travailleurs agricoles.

La lutte pour la défense et la poursuite des droits démocratiques et des besoins de toutes les couches de la société doit être confiée aux partis d’opposition. Jusqu’à présent, ces parties n’ont pas rempli cette responsabilité. Franchement, il est douteux qu’ils aient la capacité ou même l’inclination morale-politique de le faire.

Là où une unité plus large avec les agriculteurs peut être forgée – en effet une unité potentiellement assez puissante pour forcer le gouvernement Modi à concéder pleinement – serait l’unité avec la classe ouvrière organisée, elle-même fortement irritée par les dernières lois du travail. Celles-ci visent à faciliter l’embauche, à rendre extrêmement difficile la syndicalisation et les grèves légales, à promouvoir la désinvolture et à faire beaucoup d’autres choses en faveur des employeurs.

Que les sections au sein des organes des agriculteurs ont maintenant appelé non seulement à une plus grande unité des agriculteurs pan-indiens, mais pour Kisan-Mazdoor Ekta est une avancée. Mais comment pratiquement opérationnaliser cela pour éroder sérieusement l’intransigeance du Centre de ne jamais abroger complètement les lois? Plus tôt espère que, à tout le moins, le gouvernement de coalition de l’Haryana dirigé par le BJP tomberait parce que le JJP retirerait son soutien, ont été démentis. Si, malgré une résistance aussi prolongée, cela ne s’est pas produit jusqu’à présent, il y a peu de raisons de penser que cela se produira plus loin, même si les professions se pourront.

Une grave défaite globale du BJP aux cinq élections à l’Assemblée où les sondages commencent ou commencent bientôt remonterait certainement le moral des agriculteurs et plus généralement celui des autres opposants au gouvernement Modi. Mais c’est peu probable. Le résultat global final est susceptible d’être plus mitigé avec des gains pour le BJP dans certains endroits pour peut-être plus que compenser les performances plus faibles ailleurs.

La clé n’est pas seulement de poursuivre l’occupation ou d’avoir des manifestations et des marches périodiques ou des manifestations de solidarité, mais aussi des grèves de masse! Cela frappe directement à l’autorité du gouvernement et nuit le plus à leurs grands entreprises, c’est-à-dire dans leurs poches.

Les fédérations syndicales centrales, à l’exception bien sûr du BMS contrôlé par le BJP, ont étendu leur soutien à la lutte des agriculteurs et mené des actions de solidarité. Mais précisément parce que ces fédérations sont contrôlées par leurs maîtres respectifs des partis politiques, l’unité ouvrière de base devient généralement plus fragmentée que promue.

 Leçons pour les autres

En effet, la façon dont les quelque 40 syndicats agricoles et autres organismes ont travaillé ensemble est une leçon d’objet pour les fédérations syndicales. Les nouvelles lois du travail représentent un arrêt de mort pour eux, de sorte que seul devrait être un stimulant suffisant à une telle action. Ici, rituel toute l’Inde grèves d’un jour, bien qu’utile, ne sont pas la réponse. Ce qu’il faut, ce sont des grèves à grande échelle tous les quelques jours dans différents secteurs industriels et États. De cette façon, le fardeau économique des grévistes est diminué puisque ces actions ne sont pas continues mais réparties dans le temps et entre les différentes sections, et se produisent dans différents endroits et régions.

« Une grave défaite globale du BJP aux cinq élections à l’Assemblée où les sondages commencent ou commencent bientôt remonterait le moral des agriculteurs et des autres opposants au gouvernement Modi. Mais c’est peu probable. Le résultat final est susceptible d’être mitigé, avec quelques gains pour le BJP pour compenser les performances plus faibles ailleurs. »

Il y a aujourd’hui l’occasion de forger avec les agriculteurs le genre d’unité dans la lutte qui peut infliger le coup le plus puissant à ce jour au projet néolibéral modi. On ne peut qu’espérer qu’il est pris.

« Les fédérations syndicales centrales, à l’exception bien sûr du BMS contrôlé par le BJP, ont étendu leur soutien à la lutte des agriculteurs et mené des actions de solidarité. Mais précisément parce que ces fédérations sont contrôlées par leurs maîtres de partis politiques respectifs, l’unité ouvrière de base devient généralement plus fragmentée que promue.

Même si cette occasion est perdue et que le résultat est un compromis, mais pas une abrogation totale des lois, politiquement, les choses ne seront pas les mêmes. Il y aura eu une violation plus durable de la popularité du régime Modi. Pour cela seulement, cette lutte des agriculteurs mérite notre profonde admiration.

Achin Vanaik


Ps.

• Le dépliant. 30 mars 2021:
https://www.theleaflet.in/two-struggles-in-a-changing-india-bombay-mill-strikes-and-farmers-agitation-rights/#

• Achin Vanaik est un auteur et militant social, un ancien professeur à l’Université de Delhi et un fellow à Delhi à l’Institut transnational d’Amsterdam. Son dernier livre est Nationalist Dangers, Secular Failings (Aakar Publishers). Les opinions exprimées sont personnelles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 avril 2021 par dans Actualités des luttes, AGRICULTURE, ASIE, INDE.