NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Pouvons-nous empêcher la Grande-Bretagne de devenir un État policier ?

L’action en petits groupes ne suffit pas. Nous avons besoin d’un mouvement de masse. Neil Faulkner écrit sur les stratégies de défense de la démocratie.

C’est vraiment si grave. Prenez le dernier développement: un organisme que les grands médias appellent « le chien de garde de la police » vient d’annoncer que les agents à la veillée commune de Clapham pour Sarah Everard a agi « de manière appropriée ». Apparemment, ils « ont fait de leur mieux pour disperser pacifiquement la foule; les policiers sont restés calmes et professionnels lorsqu’ils ont été victimes d’abus, et les policiers n’ont pas agi de façon inappropriée ou lourde ».

J’y étais. Je sais que c’est un mensonge. J’ai vu ce qui s’est passé. Vers 18h30, la police a fait irruption dans la foule sur le kiosque à musique pour empêcher les gens de parler et commencer à faire des arrestations. Lorsque la foule – plusieurs milliers de personnes fortes, la grande majorité des jeunes femmes – s’est fâchée, elle a envoyé plus de policiers. Puis ils ont envoyé des escouades à l’arraché et formé des phalanges pour transporter les personnes arrêtées à travers la Commune à des fourgons de police en attente.

Les chants d’entre eux ont dit : « La police se lève », « Vous ne nous protégez pas », « Vous êtes le problème », et « C’est une veillée: nous n’avons pas besoin de vos services ».

Pourquoi la police était là ? Pourquoi ont-ils choisi d’attaquer la veillée ? Pourquoi ont-ils transformé un événement pacifique, respectueux et digne pour se souvenir d’une jeune femme assassinée par un policier en confrontation?

Les chants d’entre eux ont dit : « La police se lève », « Vous ne nous protégez pas », « Vous êtes le problème », et « C’est une veillée: nous n’avons pas besoin de vos services ».

Parce qu’ils ont reçu l’ordre du ministre de l’Intérieur Priti Patel et du chef du Met Cressida Dick, ou alors nous sommes amenés à croire, car le rapport est que Patel était au téléphone à Dick la nuit, et Dick, à son tour, était en contact avec ses commandants sur le terrain.

À la fin, des milliers de jeunes femmes scandaient des slogans anti-police – y compris « police fasciste » et « the police » – et saluaient le poing serré.

C’était un désastre de relations publiques pour la police. Patel – un travail très méchant qui n’est pas seulement un tyran raciste et de travail anti-migrants, mais aussi un menteur en série – a immédiatement jeté sur Dick en mettant en doute les tactiques même de la police qu’elle avait ordonnées.

La mauvaise gestion de la veillée par l’État a donné naissance à un mouvement plus large contre le pouvoir policier, avec des manifestations locales dans des dizaines de villes, et, plus particulièrement, une série d’affrontements entre la police militarisée et des jeunes dans les rues de Bristol, où les flics ont utilisé des matraques, des boucliers, du gaz poivré, des chiens, des chevaux et des véhicules sur des foules non armées qui protestaient contre la police. , Crime, Sentencing, and Courts Bill, le plan conservateur pour un État policier.

Entrez le grand titre de l’Inspection de Sa Majesté des services de police et d’incendie et de sauvetage (HMICFRS) – ce que la presse dubs « le chien de garde de la police ». Ce n’est pas une telle chose. C’est un bras de l’État bourgeois. Il est dirigé par des personnalités pro-establishment sûres nommées par le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur. Son site Web proclame son rôle de « promouvoir l’amélioration des services de police et d’incendie et de sauvetage afin de rendre tout le monde plus sûr ». C’est faux. Sa mission n’est pas de « rendre tout le monde plus sûr ». Sa mission est d’assurer le bon fonctionnement de l’Etat dans son rôle premier de répression.

Nous pouvons laisser le feu et le sauvetage d’un côté. Nous sommes tous en faveur de services efficaces d’incendie et de sauvetage : ils sont un bien social non qualifié. Mais l’État bourgeois supporte le feu et le sauvetage avec un type très différent de « service » : la police.

Le rôle de l’État capitaliste

Marx et Engels, écrivant au XIXe siècle, définissaient l’État comme des « corps armés d’hommes » (et aujourd’hui de certaines femmes). Lénine, à l’époque de la Révolution russe, a relancé la théorie marxiste classique dans son État et sa Révolution,proclamant la nécessité pour l’appareil d’État répressif existant d’être renversé et un nouveau type d’État créé, un État populaire, basé sur la démocratie participative de masse, contrôlée par le bas par les gens ordinaires.

Le rôle central de l’État existant reste inchangé. Il s’agit d’un mécanisme répressif – une infrastructure de police, de tribunaux, de prisons, de centres de détention, de frontières fortifiées et de forces militaires de secours – toujours en attente pour faire face à toute forme de dissidence, de protestation ou de résistance qui menace le système. Et par le système, je veux dire le système capitaliste qui, d’une part, enrichit une petite élite d’entreprise, et d’autre part, visite la dévastation sociale et écologique sur la masse de l’humanité.

Dépouillée de son essentiel, le rôle de la police est de défendre les intérêts de quelques-uns contre les exigences du plus grand nombre. Et parce qu’ils sont peu nombreux, et nous sommes nombreux, ils se déploient dans les rues comme une force militarisée, comme une violence organisée, comme une machine conçue, équipée et entraînée pour la répression physique.

Mais la répression nue risque de provoquer l’opposition. L’attaque contre la vigile Sarah Everard s’est retournée contre elle, et la tentative du HMICFRS de blanchir les violences policières a manqué l’ambiance. Un sondage d’opinion réalisé la semaine dernière a montré que 45% des adultes britanniques estiment que la police n’est pas tenue de rendre des comptes lorsqu’elle fait du mal (contre 21% qui le pensent).

Aujourd’hui, on est loin du soutien de la majorité à la résistance populaire aux attaques policières, mais on est aussi loin d’appuyer pleinement les plans des Tory visant à créer un État policier. C’est pourquoi l’ancien chef de la police de Durham, appuyé par d’autres hauts responsables de la police, a remis en question la nécessité d’un nouveau projet de loi et le passage associé à des formes plus paramilitaires de maintien de l’ordre.

C’est pourquoi de nombreux politiciens traditionnels ne donnent pas à la police un soutien sans équivoque – comme le candidat du Parti vert pour Avon et Somerset Police and Crime Commissioner aux prochaines élections de mai, qui dit: « Il est facile de blâmer les émeutiers, mais dans nos cœurs, nous savons que la situation est plus complexe, et Bristol a souvent été à l’avant-garde de ces mouvements , avec une forte histoire de protestation et de dissidence.

Le plus notable est la façon dont la révolte des jeunes contre le nouveau projet de loi a bloqué le grand-mouvement-droite-show qui est starmer’s Labour Party. Starmer, qui est maintenant à droite de Blair, faisant de lui le leader le plus à droite de l’histoire du parti, avait initialement l’intention de faire s’abstenir les députés travaillistes sur le projet de loi. Un projet de loi, rappelons-le, qui permettra à la police de décider qui peut démontrer, où, quand et comment, et qui consacrera des phrases draconiennes pour toute protestation efficace – comme, par exemple, abattre la statue d’un marchand d’esclaves, ou bloquer la route pour empêcher les entreprises de détruire la planète.

Starmer, qui est maintenant à droite de Blair, faisant de lui le leader le plus à droite de l’histoire du parti, avait initialement l’intention de faire s’abstenir les députés travaillistes sur le projet de loi.

Maintenant Starmer a soudainement décidé qu’il est « opposé » au projet de loi, et les députés travaillistes ont été chargés de voter contre lui en première lecture. Les tories, entre-temps, ont décidé de mettre le tout de côté, pour le moment, en espérant que la question va sortir de l’ébullition. C’est le pouvoir de la protestation. C’est l’œuvre de Sisters Uncut, des jeunes femmes qui assistent à la veillée de Clapham, et aussi des activistes de Bristol qui se sont dressées contre le genre de voyous policiers dont on peut s’attendre beaucoup plus si les tories obtiennent leur chemin.

Comment gagner ?

Nous sommes confrontés à une attaque générale contre la protestation et la démocratie, un virage qualitatif vers un État policier parce que la classe dirigeante anticipe une résistance populaire à grande échelle à mesure que la crise sociale et écologique s’aggrave. Nous sommes confrontés à une bataille de dix ans à l’échelle mondiale. L’enjeu est de savoir si le système capitaliste – la machine à profits, la machine à carbone, la machine militaire – continuera à dévaster la société et la planète, ou s’il sera mis fin par une révolution massive, démocratique et rouge-verte d’en bas.

D’autre part, la coercition nue ne peut qu’aggraver la crise de légitimité du système. La volonté vers ce que William I Robinson appelle « l’État policier mondial » est donc parallèle à ce que nous avons appelé le « fascisme rampant » – un cocktail de nationalisme, de racisme, de misogynie, d’homophobie, de transphobie, de militarisme et d’autoritarisme – conçu pour construire et maintenir une base de masse réactionnaire pour la politique des élites corporatives et des États policiers qui les défendent.

Ce sont les deux visages de la classe dirigeante néolibérale en cette période de crise : l’État policier et le fascisme rampant.

Mais ils sont peu nombreux et nous sommes nombreux. Plus de 80% de la population mondiale n’a aucun intérêt pour le système – aucun intérêt pour l’enrichissement du 1%, aucun intérêt pour la croissance du pouvoir des entreprises, aucun intérêt pour l’impérialisme et la guerre, aucun intérêt pour la destruction des écosystèmes de la planète. Mais cette grande masse d’humanité – environ 6 milliards de personnes – est un géant endormi. Elle doit être réveillée par l’action révolutionnaire. C’est l’œuvre de la lutte contre les avant-gardes.

La politique fonctionne comme une série de rouages, de petits rouages tournant des rouages moyens, des rouages moyens tournant de plus gros rouages. Les événements des trois dernières semaines en Grande-Bretagne ont fourni un exemple clair dans le microcosme.

Une nouvelle partie de la prison d’un état policier embryonnaire devait être construction. Le projet de loi sur la police, la criminalité, la détermination de la peine et les tribunaux devait être adopté rapidement. Puis plusieurs milliers de jeunes femmes ont répondu au défi des sœurs Uncut d’interdire à la police une veillée commémorative pour Sarah Everard. Un petit rouage déplaçant un rouage légèrement plus grand.

Lorsque la police a attaqué la veillée, ils ont transformé la veillée en une manifestation anti-police, ce qui a déclenché une révolte plus large des jeunes contre l’État embryonnaire de la police: un rouage encore plus grand était maintenant en mouvement.

Le premier est l’actes. Il est nécessaire d’agir. Quand une minorité passe à l’action, elle devient une avant-garde : elle expose l’injustice et la répression, elle montre que la résistance est possible, qu’elle donne l’exemple aux autres, qu’elle déclenche une mobilisation de forces plus larges; ou peut le faire.

Et un tel mouvement, une petite poussée au début, peut parfois gonfler dans une conflagration puissante. C’est donc avec Black Lives Matter l’été dernier, qui a grandi et s’est développé, envoyant le racisme policier violent au sommet de l’ordre du jour politique.

Le premier est l’actes. Il est nécessaire d’agir. Quand une minorité passe à l’action, elle devient une avant-garde : elle expose l’injustice et la répression, elle montre que la résistance est possible, qu’elle donne l’exemple aux autres, qu’elle déclenche une mobilisation de forces plus larges; ou peut le faire.

Quand un tel mouvement continue de croître, quand il inspire les autres à s’organiser et à se battre et à entrer dans la bataille, quand il va bien au-delà de l’avant-garde et commence à attirer les forces de masse de toute la classe ouvrière et des opprimés, alors nous nous dirigeons vers une situation révolutionnaire, où la question « qui gouverne? » est posée.

Cette question a été posée par le mouvement pro-démocratie à Hong Kong avant sa défaite par la dictature stalinienne chinoise. Mais que se passerait-il si ce mouvement s’était étendu au continent? Et si le grand géant endormi de la classe ouvrière chinoise était passé à l’action aux côtés de la jeunesse de Hong Kong ? Qu’est-ce que tu fais alors ? C’est le cauchemar qui s’attaque à l’esprit de nos dirigeants.

On peut gagner ? oui. Mais pas par des complots et des actions en petits groupes; seulement par un combat ouvert à la lumière claire du jour, où l’objectif est d’élargir et d’approfondir le mouvement, d’apporter le plus large éventail possible de forces, sur le plus large éventail possible de questions, dans la bataille.

Tuez le projet de loi ! Tout le monde dans la rue! Mobilisation maximale, résistance générale, pour forcer les tories à abandonner leur projet d’État policier.

Mais ensuite, pour casser le reste de leur cadre pour un État policier, y compris les lois antisyndicale, et pour affirmer notre droit d’organiser et de mobiliser, de protester et de grève et d’occuper et de bloquer et de saboter, tant que leur système nous menace de dévastation sociale et écologique.

La défense de la démocratie pourrait devenir une lutte révolutionnaire pour la transformation rouge-vert. L’enjeu est si grand.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 avril 2021 par dans ETAT POLICIER, GRANDE BRETAGNE, VIOLENCES POLICIERES.
%d blogueurs aiment cette page :