NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

« Marche lesbienne » à Paris : des milliers de personnes défilent en faveur de la PMA pour toutes

Le cortège a réuni 4 400 personnes selon la préfecture de police de Paris, et 10 000 selon les organisatrices.

Plusieurs milliers de personnes ont participé à la « marche lesbienne », dimanche 25 avril à Paris, notamment pour réclamer l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples lesbiens et aux personnes ayant entamé une transition de genre. Plusieurs personnalités se sont mêlées à la manifestation, telles la réalisatrice Céline Sciamma, l’actrice Adèle Haenel et l’élue écologiste parisienne et activiste lesbienne Alice Coffin. Le cortège dense a réuni 4 400 personnes selon la préfecture de police de Paris, et 10 000 selon les organisatrices.

« On s’attendait à rassembler 500 personnes, (…) c’est vraiment énorme, a réagi une membre de la coordination Collages lesbiens, à l’initiative de l’événement. J’espère que tout le monde se souviendra de cette date, que les gens se rappelleront que le 25 avril, c’est la journée de visibilité lesbienne. » « La PMA gratuite, pour toutes, ça ne se négocie pas »« Macron hypocrite, les lesbiennes vont en Belgique ! » ont été parmi les slogans repris en choeur par la foule.

La manifestation s’est déroulée dans le sillage des débats autour du projet de loi de bioéthique et du rejet par le Sénat, en février, de l’extension de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. Ce rejet a provoqué l’ire des militantes qui ont dénoncé une « loi au rabais » et une « parole lesbienne totalement absente » des débats.

La PMA pour touTEs, ça ne se négocie pas

Dimanche 25 avril, à la veille de la journée de la visibilité lesbienne, environ 10 000 manifestantEs ont défilé dans les rues de Paris lors de la Marche lesbienne, appelée par le collectif Collages lesbiens.

En débat dans le cadre de la loi bioéthique, la PMA a été rejetée en seconde lecture en février par le Sénat, ce dernier refusant ainsi aux couples de femmes et aux femmes seules la possibilité d’accès à la procréation médicalement assistée remboursée, et excluant les personnes trans du dispositif. Aucune date n’a pour l’instant été officiellement fixée pour le passage définitif du texte à l’Assemblée nationale, qui sera de toute façon une loi au rabais.

« Darmanin, t’es foutu, les lesbiennes sont dans la rue ! »

La marche lesbienne est apparue comme un moment incontournable pour porter nos revendications contre les tergiversations du gouvernement qui cède à l’extrême droite et aux réactionnaires. Les affiches du NPA que nous avions collées la veille sur le parcours de la manifestation ont été partiellement arrachées par quelques réacs. La manifestation s’est cependant déroulée sans encombre contrairement à la marche lyonnaise la veille lors de laquelle une cinquantaine de fachos ont attaqué les manifestantEs avec projectiles. Ces évènements nous rappellent encore une fois que l’extrême droite et les politiques réactionnaires sont les pires ennemies des LGBTI. Des slogans antifascistes ont été clamés tout au long de la marche. 

D’autres slogans ont été chantés avec succès dans un cortège du NPA massif et animé, majoritairement composé de jeunes femmes lesbiennes : « La PMA ! Maintenant ! Gratuite ! Pour toutes ! Ça ne se négocie pas ! », « Macron hypocrite, les lesbiennes vont en Belgique ! » ; « Darmanin, t’es foutu, les lesbiennes sont dans la rue ! »

Cette manifestation, dans un contexte politique de recul de nos droits et de montée réactionnaire, a montré le potentiel de mobilisation des lesbiennes. Cela doit nous faire réfléchir à la suite, comment construire un mouvement d’ensemble, porté par les LGBTI et qui permette de changer le rapport de forces pour imposer des victoires matérielles, à commencer par la PMA gratuite et ouverte à touTEs. L’absence de toute une partie du mouvement ouvrier à la marche atteste de la nécessité de porter les revendications de la lutte des classes au sein du mouvement LGBTI et inversement.

La lutte continue

Depuis le début de l’année 2021, les manifestations des personnes LGBTI marquent un tournant, elles ne se fixent plus sur le calendrier habituel des seules Pride et retrouvent des débuts de structuration. Elles sont aussi le témoin d’une radicalisation importante ces dernières années de la jeunesse et des LGBTI.

ArrivéEs à République, une grande partie des manifestantEs sont restés sur la place et ont écouté les prises de parole des Dégommeuses, Divines LGBTQI+, FièrEs. De notre côté, nous avons pris la parole depuis notre camion : « Nous sommes la commission LGBTI du NPA. Pour contrer Macron, pour contrer le Front national qui monte, il faudra bien plus qu’une manifestation ! Il faut se préparer à un grand mouvement d’ensemble, des travailleuses, des travailleurs, des LGBTI, des antiracistes, tout le monde uni pour dégager ce gouvernement, dégager l’extrême droite. Et construire une autre société, parce qu’il y en a assez de cette société qui opprime les trans, les gouines et les pédés. » 

La lutte pour gagner la PMA continue, à commencer par les marches des fiertés qui auront lieu dans de nombreuses villes ; dont le samedi 15 mai à Orléans, le 22 mai à La Rochelle, courant mai-juin à Lille, le 12 juin à Lyon, le 3 juillet à Marseille.

Nous nous donnons rendez-vous en juin à Paris aux côtés du NPA pour une Pride politique et revendicative, c’est dans ce sens que nous avons organisé une première réunion pour proposer une Pride parisienne dans un cadre collectif.

Commission LGTBI du NPA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s