NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Face aux agressions racistes, les livreurs se mobilisent ce vendredi !

La plateforme Uber Eats a annoncé la mise en place d’un bouton « antidiscrimination » pour permettre aux livreurs de signaler une agression. D’autres mesures sont attendues après un rassemblement prévu ce vendredi.

Insultes racistes, agressions à Laval et à Cergy… après plusieurs actes racistes rapprochés envers des livreurs, le Collectif des Livreurs autonomes des Plateformes (Clap) appelle à un rassemblement ce vendredi 18 juin, à 15 heures, place de la République. « Respect pour les livreurs. Stop insultes-agressions-racisme-mépris-dévalorisation », est-il inscrit sur leur banderole. Selon des informations de Franceinfo, la plateforme Uber Eats va également mettre en place un bouton « antidiscrimination » sur son application d’ici la fin de l’été.

Alors que l’activité connaît une baisse des commandes et des tarifs depuis la réouverture des restaurants, les livreurs rapportent de plus en plus d’agressions. Ces faits, loin d’être isolés, font presque partie de leur quotidien.

Des agressions rapprochées

« Dépêche-toi, esclave. Je vais te donner un centime, tu mérites que ça. » C’est le message violent qu’avait reçu Yaya Guirassy, un livreur Uber Eats de 34 ans, alors qu’il s’apprêtait à livrer sa commande à une cliente le 14 mai dernier. Choqué par ces propos et « blessé moralement », le livreur a décidé de ne pas honorer sa course et a porté plainte. La plateforme dit avoir suspendu le compte de la cliente. « Depuis, M. Guirassy, toujours choqué, n’a pas pu reprendre le travail. Il n’a plus de revenus, étant autoentrepreneur comme l’imposent la plupart des plateformes », révèle ce vendredi « le Monde ».

Le 30 mai dernier, vers 22h30, Dieugrot Joseph, livreur pour Uber Eats, a été aussi agressé alors qu’il venait chercher une commande dans un restaurant à Cergy. Un homme l’a frappé au visage puis a continué de le frapper alors qu’il était à terre, en l’insultant de « sale noir ». Entendant des cris, une jeune femme a appelé la police et a filmé la scène depuis sa fenêtre. Sur la vidéo, qui a vite fait le tour des réseaux sociaux, on voit l’agresseur insulter la riveraine d’« espèce de négresse » et de « sale pute ».

« Les livreurs baissaient la tête »

Comme le souligne le porte-parole du Clap, Jérôme Pinot, au « Monde », ces agressions ne sont pas nouvelles. « Mais jusqu’à présent, il n’y avait pas de vidéos, de plaintes déposées, de télés qui en parlent. Les livreurs baissaient la tête. Aujourd’hui, ils sont suffisamment nombreux à appartenir à une même communauté pour reprendre du poil de la bête », poursuit-il.

De son côté, la plateforme Uber Eats assure à Franceinfo faire preuve de réactivité après chaque signalement, et vouloir renforcer ce dispositif avec le nouveau bouton antidiscrimination, qui permettrait de rappeler en priorité la personne victime d’une agression et de fournir des informations aux forces de l’ordre, notamment grâce à la géolocalisation de la course. D’autres mesures sont attendues après la manifestation de vendredi, notamment la mise en place de « groupes de réaction-sensibilisation » par Facebook et Telegram, ou le boycott de certains restaurants.

AUSSI SUR MSN : Livreurs à domicile: le gouvernement espagnol valide la réforme qui en fait des salariés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s