NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

USA : Les travailleurs de Volvo Truck font grève au sujet des salaires !

Les travailleurs rejettent l’offre des patrons et retournent sur les piquets de grève

PAR ARLENE RUBINSTEIN

MILITANT/TONY LANE Piquet de greve à l’usine de camions Volvo à Dublin, en Virginie, le 13 juin. Les membres de l’UAW avaient mis fin à la grève le 30 avril, puis rejeté les propositions des patrons à deux reprises par 90%. Ils sont retournés en grève le 7 juin.

DUBLIN, Virginie — Quelque 2 900 membres de la section locale 2069 des Travailleurs unis de l’automobile sont entrés dans leur deuxième semaine de grève chez Volvo Truck, luttant pour des salaires plus élevés et contre les demandes des patrons pour des concessions qui divisent.

Depuis la fin d’une grève de 13 jours à l’usine Volvo de New River Valley, ici, le 30 avril, les membres du syndicat ont rejeté à deux reprises les contrats proposés de 90 %. Les travailleurs se sont mis en grève le 7 juin. Volvo a réagi en coupant l’assurance maladie des grévistes le lendemain.

Le syndicat organise des piquets de caisse en tout temps à cinq portes, animées et bruyantes. Beaucoup de passants klaxonnent et donnent le pouce levé.

Un enjeu clé de la grève est le désir des travailleurs de se débarrasser des multiples niveaux de salaire que l’entreprise utilise pour maintenir les travailleurs divisés et faire baisser les salaires. En vertu du contrat actuel, les nouvelles embauches gagnent 16,77 $ l’heure, tandis qu’un « groupe de base » de travailleurs ayant le plus d’années dans l’usine gagnent 27,47 $.

« Mon fils est un nouvel employé, avec 2 ans et demi dans l’usine. En vertu de l’accord de principe, il ne fera jamais payer le plus haut salaire », a déclaré Vicky White, qui compte sept ans chez Volvo, au Militant. « Je me bats pour mes amis du « noyau dur » et mon mari qui est retraité. Je me bats pour tout le monde.

Debra Orren, avec 17 ans, a déclaré qu’elle avait perdu 7 $ de l’heure en vertu du contrat de 2008. « J’ai été mis à pied pendant plusieurs années et il a fallu attendre la fin du contrat de 2016 pour récupérer l’argent. »

En plus de lutter contre les niveaux de rémunération qui divisent, le syndicat défend les gains qu’il a gagnés au fil des décennies. Les patrons font pression pour quatre quarts de travail de 10 heures sans prime d’heures supplémentaires. Auparavant, les travailleurs étaient rémunérés au taux des heures supplémentaires après huit heures. Les patrons veulent également attribuer des offres d’emploi basées sur « l’expérience récente » – c’est-à-dire au gré de l’entreprise – au lieu de l’ancienneté, et augmenter la quantité de travail qui est sous-traitance à d’autres entreprises, où les travailleurs reçoivent des salaires et des conditions différents.

L’entreprise n’a pas retourné d’appel du Militant lui demandant sa position sur la grève.

Ce travailleur-correspondant a rencontré Carolyn Durham et d’autres membres de la section locale 2069 de l’UAW dans la cuisine de la salle syndicale où ils préparaient le déjeuner pour le changement de quart de piquetage.

Plusieurs faisaient partie d’un groupe de femmes qui se sont frayé un chemin dans l’usine en 1993. « Il y a eu un recours collectif qui a gagné. Nous en avons entendu parler et nous avons dit: « Super! » Beaucoup d’entre nous étaient des mères célibataires. Eh bien, nous avons aimé notre indépendance. Nous sommes restés dans les parse-temps », a déclaré M. Durham. Elle a 28 ans à l’usine de New River Valley et effectue maintenant des vérifications finales avant que les camions ne soient testés.

Les travailleuses renforcent les syndicats

Avec les 1 100 nouveaux emplois à l’usine depuis l’adoption du dernier contrat syndical en 2016, les travailleurs estiment que l’usine est maintenant à 40 % de femmes. Le travail des femmes et des hommes au travail et dans cette lutte contractuelle renforce le syndicat.

« Ma retraite sera de 1 200 $ par mois, mais je me retrouverai avec seulement 300 $, car les paiements d’assurance pour deux personnes s’élèvent à 900 $ chaque mois », a déclaré Durham. « Les grèves en cours aujourd’hui sont importantes », a-t-elle ajouté lorsqu’elle a vu un article militant sur la grève des mineurs de charbon de l’Alabama à Warrior Met. « Notre combat aide les mineurs. »

La grève de Volvo a lieu alors que les patrons agrandissent l’usine, budgétisant 400 millions de dollars pour des mises à niveau technologiques et d’autres préparatifs pour la construction de camions électriques – un article à vendre à chaud dans l’industrie du camionnage.

Selon les perspectives trimestrielles de FTR Intel, les prévisions de la demande de camions et de remorques sont « record », malgré les pénuries actuelles de pièces. De 20 % à 40 % des composants automobiles sont livrés en retard ou en quantités insuffisantes.

Volvo a repris les négociations le 15 juin. Matt Blondino, président de la section locale, a déclaré au Southwest Times que le syndicat restera en grève jusqu’à ce qu’un accord soit conclu et jusqu’à ce qu’il soit ratifié par les membres du syndicat. « À l’avenir, nous ne sortirons pas de la ligne tant que cela n’aura pas été fait, donc quoi que cela prenne, nous serons là. »

Glova Scott et ce travailleur-correspondant ont apporté 41 $ pour les grévistes et 15 signatures sur une carte de solidarité des travailleurs du Walmart où nous travaillons. Les grévistes sur la ligne de piquetage et à la salle syndicale ont apprécié le soutien. Envoyez des messages de solidarité à UAW Local 2069, P.O. Box 306, Dublin, VA 24084 ou UAWLocal2069@gmail.com.

Brisez l’isolement de la grève des travailleurs de Volvo Trucks à Dublin en Virginie!

Joseph Kishore

Le WSWS appelle les travailleurs de Volvo et tous les travailleurs de l’automobile à venir soutenir les près de 3.000 travailleurs de Volvo Trucks en grève à l’usine de New River Valley (NRV) à Dublin, en Virginie.

Travailleurs de Volvo Trucks le mois dernier [Photo: UAW 2069]

Les travailleurs de Volvo sont en grève depuis plus de 10 jours, après avoir rejeté à 91 pour cent un deuxième accord de principe présenté par le syndicat United Auto Workers (UAW). Les travailleurs exigent une augmentation significative des salaires pour compenser les concessions précédentes, une clause d’indexation sur le coût de la vie pour faire face à la flambée du coût des biens de consommation, la fin du système de salaires et d’avantages sociaux à plusieurs niveaux, le maintien de la journée de huit heures et des soins de santé complets pour les travailleurs actuels et les retraités.

Les travailleurs de Volvo à NRV sont confrontés à une guerre sur deux fronts. D’abord, ils mènent une bataille contre une multinationale dont le chiffre d’affaires annuel dépasse les 50 milliards de dollars et dont les bénéfices annuels s’élèvent à plus de 4 milliards de dollars. La direction de Volvo, avec le soutien de l’ensemble de l’État capitaliste, est déterminée à intensifier l’exploitation des travailleurs pour payer les milliards de dollars qu’elle distribue à ses principaux actionnaires.

Le directeur général de Volvo NRV, Franky Marchand, a publié jeudi une déclaration selon laquelle l’entreprise ne retournera pas à la table des négociations tant que «le processus du nouveau cycle de négociations ne sera pas clair pour tous»: c’est-à-dire tant qu’elle n’aura pas reçu l’assurance de l’UAW qu’un nouvel accord sera ratifié sans échec.

Marchand a ajouté que ce qu’il trouvait «le plus troublant, c’est le stress que le processus crée entre nous tous, ce qui n’est pas caractéristique de notre communauté». Ce qui est vraiment «troublant» pour Volvo, c’est le fait qu’elle soit obligée de tenir compte de la volonté des travailleurs. Lorsque le deuxième contrat a été rejeté au début du mois, Marchand a publié une déclaration disant qu’«il est difficile de comprendre cette action», car l’accord avait été approuvé par «les dirigeants internationaux, régionaux et locaux de l’UAW.»

Ce que Marchand trouve «difficile à comprendre», c’est que le «processus» traditionnel de ratification des contrats – où l’entreprise dit à l’UAW ce qu’elle veut et où l’UAW l’impose par des mensonges et des menaces – a échoué, en raison de l’intervention des travailleurs eux-mêmes.

Jeudi, en fin de l’après-midi, Volvo a annoncé qu’elle avait convenu avec l’UAW de reprendre les négociations le 23 juin, c’est-à-dire pas avant une semaine. Cela montre clairement que la direction est déterminée à écraser la grève alors que les travailleurs sont stressés sur les piquets de grève. L’entreprise a déjà annulé les soins de santé pour les travailleurs en grève et elle utilise la police d’État déployée par le gouverneur démocrate de Virginie pour faire appel à des briseurs de grève afin de poursuivre les opérations. …/…

En réponse à Marchand, le président de la section locale 2069 de l’UAW, Matt Blondino, a publié une déclaration contenant de vagues promesses selon lesquelles l’UAW «s’efforce de combler les lacunes des accords de principe précédents que les membres souhaitent à juste titre que la société corrige». Le plus poliment du monde, Blondino supplie l’entreprise de reprendre les négociations tout en se plaignant qu’«ils veulent tester notre courage sur le piquet de grève».

Blondino n’a cependant rien dit sur ce que l’UAW propose réellement de différent des «lacunes» de deux contrats qui ont été massivement rejetés par les travailleurs de Volvo. Il ne s’est pas non plus soucié d’expliquer pourquoi l’UAW et Blondino ont fait une campagne aussi agressive pour ces contrats si les travailleurs pensaient «à juste titre» qu’ils ne répondaient pas à leurs besoins. Plus important encore, Blondino n’a pas laissé entendre que l’UAW ferait quoi que ce soit pour gagner la grève. Au contraire, l’UAW fait tout pour saper le courage des travailleurs en les affamant sur les piquets de grève et les gardant isolés. …/…

C’est la classe ouvrière qui doit organiser le soutien aux travailleurs de Volvo NRV. Cela commence par les travailleurs de Volvo et Volvo-Mack dans le Maryland, la Pennsylvanie et la Virginie. L’UAW maintient 3.500 travailleurs sur la chaîne de production dans les usines Volvo-Mack, même si la société commence à procéder à des licenciements en raison d’une pénurie de fournitures causée par la grève de NRV.

Volvo est une entreprise internationale, présente en Europe, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique. Il est nécessaire d’attirer l’attention des travailleurs de Volvo dans tous les pays sur la lutte de leurs frères et sœurs à Dublin en Virginie.

Le soutien doit être étendu à tous les travailleurs de l’automobile, qui sont confrontés aux mêmes conditions. Lorsqu’ils sont informés de la grève chez Volvo, les ouvriers de l’automobile des trois principaux constructeurs nord-américains et des usines de pièces détachées expriment leur soutien total et leur désir de mener une lutte commune. La prise de position de NRV doit être largement diffusée afin de rompre le silence médiatique imposé par l’UAW et les médias.

En outre, la grève chez Volvo s’inscrit dans une série de luttes menées dans tous les États-Unis, qui reflètent un sentiment croissant de colère et de rébellion, notamment la grève des travailleurs de Warrior Met en Alabama, des infirmières de Worcester, dans le Massachusetts, et des métallurgistes d’ATI en Pennsylvanie et dans d’autres États. À Beaumont, au Texas, les travailleurs du pétrole chez ExxonMobil ont été mis en lock-out dans leur lutte pour préserver les emplois et défendre les conditions de sécurité. …/…

La réponse de la classe dirigeante à la pandémie, la croissance massive des inégalités sociales et la flambée des prix des produits de base alimentent la croissance de la lutte des classes dans le monde entier. Au Canada, les mineurs sont actuellement en grève contre Vale Inco après avoir rejeté un contrat présenté par les Métallos. En Inde, les travailleurs de l’automobile sont en grève afin d’arrêter la production dans le contexte de l’expansion de la pandémie de coronavirus. Dans toute l’Amérique latine, les mineurs ont lancé des grèves pour dénoncer des conditions dangereuses. …/…

L’isolement de la grève de Volvo doit être rompu!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 juillet 2021 par dans Actualités des luttes, AUTOMOBILE, USA.