NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

USA : La Cour suprême des États-Unis lance un assaut frontal contre le droit à l’avortement !

Les plaidoiries de mercredi 1er Décembre 2021 sur l’avortement devant la Cour suprême ont montré à quel point la Cour est proche de supprimer ce droit démocratique fondamental, ce qui aurait des conséquences politiques colossales.

Deux générations d’Américains n’ont pas connu le monde d’avant «Roe contre Wade», au cours duquel l’obtention d’un avortement était faite en secret, souvent criminalisé, qui se terminait parfois par une mutilation physique, voire la mort, et le droit des femmes à prendre de telles décisions était subordonné aux interventions réactionnaires de la police, des prêtres et des politiciens. Elles réagiront avec une fureur justifiée à cette tentative de retour en arrière.

L’audience a mis en évidence le rôle d’une faction clérico-réactionnaire au sein de l’élite dirigeante américaine, étroitement alliée aux forces fascistes dirigées par l’ex-président Donald Trump. La proéminence des catholiques de droite au sein de la haute cour – Samuel Alito, Clarence Thomas, Brett Kavanaugh, Amy Coney Barrett et le juge en chef John Roberts – revêt une importance particulière sur la question de l’avortement, car ils imposent un dogme religieux en violation flagrante de la séparation de l’Église et de l’État.

Le bâtiment de la Cour suprême à Washington, le dimanche 3 mai 2020. (AP Photo/Patrick Semansky)

Ces cinq juges, plus Neil Gorsuch, nommé par Trump, ont clairement décidé de maintenir la loi du Mississippi qui interdit l’avortement après 15 semaines de grossesse. Les six juges ont posé peu de questions et ont semblé largement indifférents aux arguments avancés. Leur principale préoccupation était de savoir si l’affaire devait être utilisée pour une abrogation immédiate de la décision historique de 1973, ou si elle devait confirmer la loi du Mississippi sur des bases plus étroites, sans pour autant abroger officiellement Roe.

Cela permettrait d’atteindre le même objectif un peu plus lentement, puisqu’il s’agirait d’abolir la norme établie par Roe et la décision de suivi de 1992 dans l’affaire Planned Parenthood contre Casey qui a confirmé le droit à l’avortement jusqu’à ce que le fœtus soit viable en dehors de l’utérus, à environ 23 semaines.

Si la viabilité du fœtus n’est plus la norme, il n’y a aucune raison juridique pour que la limite de 15 semaines fixée par le Mississippi ne puisse pas être encore abaissée, à 12 semaines, huit semaines ou même six semaines, avant même que la plupart des femmes sachent qu’elles sont enceintes. Une «limite» de six semaines équivaudrait essentiellement à une interdiction pure et simple.

Une grande partie de l’audience a été consacrée à l’expression par les trois membres libéraux modérés restants de leur inquiétude de voir la Cour se discréditer aux yeux du peuple américain, qui soutient massivement le droit à l’avortement. (Les sondages d’opinion effectués la veille de l’audience ont révélé d’énormes majorités opposées à l’abrogation de «Roe contre Wade», allant jusqu’à 75 pour cent dans un sondage ABC/Washington Post).

Stephen Breyer, Elena Kagan et Sonia Sotomayor ont tous prévenu que la Cour prenait des mesures sans précédent en menaçant un droit démocratique sur lequel des millions de personnes se sont appuyées au cours des 50 dernières années, uniquement parce que la composition de la Cour a changé, et non en raison d’un quelconque changement dans la nature de la question ou dans le sentiment du public.

La critique la plus acerbe est venue de Sotomayor, qui a cité les déclarations des législateurs de l’État du Mississippi. Elle a déclaré ouvertement qu’ils avaient adopté la loi sur les 15 semaines «parce que nous avons de nouveaux juges». Elle a demandé: «Cette institution survivra-t-elle à l’odeur nauséabonde que cela crée dans la perception publique que la Constitution et sa lecture ne sont que des actes politiques? Je ne vois pas comment c’est possible».

Le droit à l’avortement dans les divers États si Roe vs Wade était annulé: en bleu, les avortements resteraient légaux; en rouge, les avortements deviendraient illégaux ou sévèrement restreints; en gris, la légalité des avortements serait incertaine

La composition de la cour est elle-même une manifestation de la corruption de la démocratie américaine, portée au bord de l’effondrement le 6 janvier dernier lorsque Trump a tenté de renverser l’élection de 2020 et de se maintenir au pouvoir.

Trump a lui-même nommé trois des six membres de la majorité ultraconservatrice. La toute dernière juge, Amy Coney Barrett, a été installée quelques jours seulement avant l’élection, alors que Trump déclarait ouvertement qu’il ne respecterait pas les résultats et comptait sur Barrett pour juger une contestation de l’élection de Biden dans la Cour suprême.

Neil Gorsuch a été nommé à un siège laissé vacant pendant neuf mois par le leader républicain du Sénat, Mitch McConnell, qui insistait sur le fait que Barack Obama n’avait pas le droit de pourvoir un poste vacant pendant une année d’élection présidentielle: un précédent que McConnell a cyniquement répudié afin de faire passer la nomination d’Amy Coney Barrett par Trump quatre ans plus tard.

Le Parti démocrate ne s’est pas sérieusement opposé aux nominations de Trump. Ils ont protesté de manière impuissante contre Gorsuch. Ils ont détourné les auditions de Brett Kavanaugh, le deuxième candidat de Trump, dans une affaire de type #MeToo, tout en évitant toute discussion sur ses opinions de droite et son rôle dans la conspiration d’impeachment contre Bill Clinton.

Ce processus a atteint son paroxysme avec Barrett, le professeur de droit affilié à une société secrète catholique réactionnaire, qui a remplacé Ruth Bader Ginsburg. Rien dans la politique identitaire ne permettait de s’opposer au remplacement d’une femme par une autre femme et les démocrates étaient occupés à couvrir la conspiration en cours de Trump pour renverser l’élection, donc ils sont simplement restés les bras croisés alors que la cour était déplacée nettement plus à droite.

Les démocrates ont passé les deux dernières décennies à s’accommoder et à s’adapter à l’attaque de la droite contre le droit à l’avortement. Le New York Times – une publication quasi officielle du parti démocrate – a marqué l’attaque imminente contre le droit à l’avortement en publiant et en mettant en évidence une diatribe de Ross Douthat, sous le titre «The Case Against Abortion» (Les arguments contre l’avortement).

Le droit à l’avortement est une question de classe. Malgré toutes les récriminations des démocrates, leur base sociale, la classe moyenne supérieure, ne s’inquiète pas outre mesure de la perspective de l’abrogation de «Roe contre Wade». Les femmes fortunées auront toujours accès à l’avortement si elles le souhaitent. Elles peuvent facilement se rendre en Californie ou dans le nord-est, où l’avortement sera toujours légal, ou même au Canada et en Europe.

La question est bien différente pour les femmes de la classe ouvrière du Sud, du Midwest et d’autres États où l’avortement deviendrait sévèrement limité ou carrément illégal en cas d’abrogation de Roe. Aujourd’hui encore, les femmes à faibles revenus de ces États ont beaucoup de mal à obtenir un avortement : dans le Mississippi, par exemple, il n’existe qu’une seule clinique pratiquant l’avortement dans tout l’État.

Au Texas, la nouvelle loi de l’État autorisant les actions civiles de justiciers autoproclamés contre tout avortement pratiqué après six semaines de grossesse a pratiquement fermé l’accès aux services d’avortement dans le deuxième plus grand État américain, obligeant les femmes à parcourir des centaines de kilomètres pour se rendre en Oklahoma, en Louisiane ou au Nouveau-Mexique, au risque de perdre leur emploi en raison de l’arrêt de travail et à grands frais.

Les chiffres présentés à la Cour suprême dans les mémoires d’amicus curiae et lors de la plaidoirie témoignent des difficultés rencontrées par les femmes qui travaillent. Une femme sur quatre aura recours à l’avortement au cours de sa vie. Parmi elles, 75 pour cent ont de faibles revenus, 59 pour cent ont déjà des enfants et 55 pour cent connaissent des événements perturbateurs dans leur vie, comme la perte d’un emploi ou d’un partenaire, qui constituent des facteurs dans leur choix d’interrompre une grossesse.

Les forces politiques d’extrême droite mobilisées pour détruire le droit à l’avortement sont les mêmes qui jouent un rôle de premier plan dans les manifestations qui exigent la fin de toutes les restrictions sur la pandémie de COVID-19 et qui ont failli instaurer une dictature fasciste le 6 janvier avec la tentative de coup d’État de Trump.

Les démocrates ont capitulé devant ces forces politiques à maintes reprises: ils ont totalement accepté les demandes de réouverture des écoles et l’abandon des autres restrictions liées à la pandémie. En outre, ils ont cherché à couvrir le rôle de leurs «collègues» républicains dans la tentative de coup d’État du 6 janvier.

La lutte pour la défense du droit des femmes à l’avortement ne peut être menée par les partis politiques qui représentent une fraction quelconque de l’oligarchie capitaliste ou de la classe moyenne supérieure aisée. Comme pour tous les droits démocratiques, elle nécessite la mobilisation de la classe ouvrière en tant que force politique indépendante en opposition à la classe dirigeante et au système capitaliste.

WSWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 décembre 2021 par dans AVORTEMENT-CONTRACEPTION, DROIT DES FEMMES, ETAT POLICIER, LUTTES DES FEMMES, USA.
%d blogueurs aiment cette page :