NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Inessa Armand : Une révolutionnaire oubliée !

par Sarah Frazer

Les femmes qui entourent Lénine sont souvent diminuées et dépeintes comme des personnages serviles, dont les actions politiques individuelles sont mises de côté pour devenir insignifiantes par les écrivains occidentaux. Inessa Armand n’a pas été traitée différemment, sa relation avec Lénine étant au centre de la plupart des écrits, tandis que ses activités politiques indépendantes et son rôle d’organisatrice du socialisme à travers l’Europe sont presque oubliés. Elle était un élément clé de la direction des bolcheviks, même incluse dans le parti des 18 dirigeants exilés qui se sont rendus en Russie en train scellé au plus fort de la guerre pour participer à la révolution.

Née en 1879 à Paris, Armand s’est d’abord penchée sur les questions féminines grâce à ses premiers travaux caritatifs auprès des femmes en pauvreté. Après avoir étudié le féminisme sous la direction d’Ellen Key en Suède en 1904, la base de la politique d’Armand est née. Comme d’autres, Armand a été poussée vers le socialisme à travers « Que faut-il faire? » de Tchernychevski, et par son deuxième mari, avec qui elle a été initiée au marxisme.

En 1904, Armand rejoint le Parti socialiste Français et, la même année, à son retour à Moscou, Armand devient membre du Parti social-démocrate russe. La même année, la Société moscovite pour l’amélioration de la situation des femmes élit Armand à la présidence de sa commission sur l’éducation. Armand se rendit en Russie en 1905 dans le cadre d’une mission d’organisation bolchevique, mais fut arrêtée à son arrivée. Elle a ensuite été arrêtée une deuxième fois en 1907 et a été exilée. C’est là qu’Armand a rencontré Lénine pour la première fois. Lénine a été impressionné par son organisation au sein du parti, son analyse théorique et sa capacité à parler quatre langues. Sa foi en Armand a été démontrée lorsqu’elle a été choisie pour représenter les bolcheviks et parler en son nom au Bureau socialiste international à Bruxelles en 1914. C’est ici qu’Armand a parlé aux côtés de Kautsky, Luxemburg, Plekhanov, Trotsky et Martov.

Armand considérait l’avancement des femmes comme un élément clé de la lutte révolutionnaire contre le capitalisme, que le progrès vers une société socialiste était le seul moyen d’atteindre la liberté pour les femmes. Cela la distinguait du mouvement féministe contemporain en Europe, qui s’intéressait principalement à l’égalité formelle ou juridique, au suffrage et à la philanthropie plutôt qu’à l’émancipation des travailleuses. De même, Armand a critiqué une grande partie de la gauche pour sa négligence des questions féminines, et cela s’est vu dans son organisation après la Révolution russe.

Il est souvent exagéré que la révolution russe a conduit à l’avancement immédiat des femmes, cependant, le travail post-révolution d’Armand et d’autres remet en question ce récit. Après la Révolution d’Octobre en 1917, les bolcheviks ont introduit une série de changements progressistes dans la loi, tels que l’introduction du divorce, mais en 1918, Armand, Alexandra Kollontai et d’autres femmes révolutionnaires ont créé un congrès des femmes pour discuter du placement des femmes dans la société socialiste. Ces changements dans la loi, en eux-mêmes, n’ont pas suffi à faire progresser la position des femmes dans la société. Ils étaient catégoriques sur le fait qu’une société sans égalité pour les femmes ne serait pas socialiste.

En 1919, ce congrès avait reçu le soutien formel de la direction bolchevique et avait été officialisé sous le nom de Zhenotdel (le département du travail parmi les travailleuses). La direction du Zhenotdel était composée de femmes qui avaient été actives dans ce domaine pendant les années pré-révolutionnaires cruciales, y compris Armand. Ils croyaient que l’émancipation des femmes était l’une des tâches auxquelles la révolution était confrontée. Ils estimaient qu’il fallait commencer maintenant, sinon la « question des femmes » serait perdue. Le Zhenotdel a entrepris d’établir un système de cantines publiques pour collectiviser le travail domestique, libérer les femmes pour l’éducation et travailler en dehors de la maison.

Il y avait un certain malaise parmi la direction bolchevique concernant la création d’une section féminine permanente au sein du Parti. Armand était d’accord avec ce sentiment; cependant, elle était désireuse de s’assurer que la question des femmes n’était pas omise de la planification socialiste, et elle a défié de nombreux hommes de la direction sur ce point.

Après la révolution, l’importance d’Armand pour le mouvement socialiste n’a pas diminué. Elle a continué à travailler avec Français communistes et sympathisants en Russie, a été élue première présidente du Conseil économique de la province de Moscou, a été rédactrice en chef de la section des femmes de la Pravda et a poursuivi son travail de traduction pour le Komintern. Notamment, Armand a joué un rôle déterminant dans la mise en place de la revue théorique bolchevique, The Woman Worker, visant à apporter une compréhension des racines de leur oppression aux femmes.

Qu’Armand soit réduit à la simple maîtresse de Lénine est une grande injustice. Elle était une ardente bolchevique, n’ayant pas peur de parler parmi ses adversaires, ouvertement en désaccord et défiant Lénine, et dévouée à l’amélioration des femmes. En fin de compte, c’est son dévouement à la révolution et son travail qui ont amené Armand à négliger sa santé, ce qui a conduit à sa mort en 1920, à l’âge de 46 ans.
Sources:

Wolfe, B. D. (1963) « Lénine et Inessa Armand », Slavic Review 22(1), pp. 96-114.

Tariq, A. (2017) Les dilemmes de Lénine: terrorisme, guerre, empire, amour, révolution. Verso.

Pearson, M. (2001) « Le lieutenant de Lénine », The Guardian.

Elwood, R.C. (1992) Inessa Armand: Révolutionnaire et féministe. Cambridge University Press.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 décembre 2021 par dans DEVOIR DE MEMOIRE, DOCUMENTS POUR L'HISTOIRE, URSS.
%d blogueurs aiment cette page :