NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

ECOSSE : Les victimes des chasses aux sorcières entre le XVIe et le XVIIIe siècle bientôt officiellement innocentées en Ecosse

Près de 4 000 personnes ont été jugées pour sorcellerie en Ecosse. Un texte visant à blanchir leur mémoire a été déposé au Parlement écossais, et devrait être voté d’ici à l’été 2022.

Neuf
              femmes sont brûlées pour sorcellerie sur une berge de
              Dumfries, en Ecosse (13 avril 1659).Neuf femmes sont brûlées pour sorcellerie sur une berge de Dumfries, en Ecosse (13 avril 1659). MARY EVANS PICTURE LIBRARY / PHOTONONSTOP

Elles furent accusées de gâcher les récoltes, de se changer en animaux pour commettre leurs méfaits, voire de danser avec le diable. En Europe, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, des milliers de femmes et, plus rarement, d’hommes ont été jugés pour sorcellerie. De façon quasi systématique, ces procès aboutissaient à une condamnation à mort. Les historiens parlent de 200 000 procès en sorcellerie et de 50 000 à 100 000 femmes brûlées.

En Ecosse, la chasse aux sorcières a été particulièrement virulente. Selon un article de CityLab, publié en octobre 2019, le nombre de personnes accusées de sorcellerie y est « quatre à cinq fois supérieur à la moyenne européenne ». Aujourd’hui, près de trois siècles après l’abrogation du Witchcraft Act (loi sur la sorcellerie), en 1736, des militants sont sur le point d’obtenir des excuses officielles au nom des quelque 3 837 personnes – dont 84 % des femmes – jugées pour sorcellerie. On estime qu’environ deux tiers d’entre elles ont péri sur le bûcher.

Aveux obtenus sous la torture

Le Sunday Times rapporte qu’après une campagne de deux ans menée par le groupe des Sorcières d’Ecosse, un projet de loi visant à innocenter les accusés a été déposé au Parlement écossais et a obtenu le soutien du gouvernement dirigé par la première ministre Nicola Sturgeon. « Il est juste que ce tort soit réparé, que ces personnes qui ont été criminalisées, pour la plupart des femmes, soient pardonnées », a commenté la députée Natalie Don, à l’origine de ce texte, qui devrait être voté d’ici l’été 2022.

En 2001, une initiative similaire a permis à la Chambre des représentants du Massachusetts, aux Etats-Unis, de proclamer l’innocence des victimes des procès des sorcières de Salem. Entre 1692 et 1693, cette série de procès a entraîné l’arrestation d’une centaine de personnes ainsi que l’exécution de quatorze femmes et de six hommes.

En Ecosse, les procès de sorcellerie commencèrent après le vote du Witchcraft Act, en 1563. Avant cette date, quelques jugements sont attestés, mais ils sont rares. La première chasse aux sorcières débuta en 1590. Le roi d’Ecosse Jacques VI, qui deviendra par la suite Jacques Ierd’Angleterre, se rendit en bateau à Copenhague pour rencontrer sa future épouse, la princesse Anne, la sœur du roi du Danemark. Au retour, le navire fut pris dans une tempête. On accusa différentes personnes d’avoir tenté de faire sombrer le navire du roi. Finalement, plus d’une centaine de supposées sorcières furent arrêtées à North Berwick, une ville portuaire du nord-est de l’Ecosse. Beaucoup avouèrent sous la torture avoir rencontré le diable et cherché à tuer le roi. Environ 70 personnes furent jugées.

Jacques VI s’est particulièrement intéressé à la question. Il a même rédigé un traité, Daemonologie, en 1597, dans lequel il encourage la chasse aux sorcières :

« L’inquiétante abondance, dans notre pays, à notre époque, de ces détestables esclaves du diable, les sorcières et les enchanteurs, m’incite à vous écrire cette note (…) pour éliminer le doute (…) que de telles attaques de Satan sont assurément pratiquées, et que ses instruments méritent la punition la plus sévère. »

Au fil du temps, l’intérêt du roi pour le sujet s’est étiolé. Malgré tout, plusieurs grandes séries de procès se sont déroulées pendant le reste de son règne et bien après.

Le Guardian cite d’autres cas bien connus de procès en sorcellerie. Celui de Lilias Adie, par exemple, accusée notamment d’avoir jeté un sort à un voisin pour lui provoquer la gueule de bois. Condamnée à mort, elle succombe en prison en 1704. Issobell Young, elle, a été jugée, étranglée puis brûlée sur le bûcher en 1629. Un garçon d’écurie l’avait accusée de s’être transformée en hibou et d’avoir participé à des sabbats.

Le site des Sorcières d’Ecosse souligne que les attributs traditionnellement associés aux sorcières – balais, chaudrons, chats noirs et chapeaux noirs pointus – étaient également donnés aux alewives, le nom des femmes qui brassaient de la bière. Le balai servait à informer les consommateurs que de la bière était en vente, le chaudron à la fabriquer, le chat à éloigner les souris et le chapeau à les distinguer au marché.

ECOSSE : Prés de 3.000 personnes, en majorité des femmes, brulées pour sorcellerie !

En 1563, en Écosse, le Witchcraft Act a été promulgué et est resté en vigueur jusqu’en 1736. La grande majorité des accusés, environ 84 %, étaient des femmes. Pendant ce temps, la sorcellerie était un crime capital et les personnes reconnues coupables de sorcellerie étaient étranglées à mort puis brûlées sur le bûcher afin de ne laisser aucun corps à enterrer.

Lorsqu’ils étaient accusés de sorcellerie, les gens étaient enfermés dans l’attente de leur procès et torturés pour avouer. La torture en Écosse était généralement par privation de sommeil – gardant les gens éveillés jusqu’à ce qu’ils avouent.

Nous savons maintenant bien sûr que la privation de sommeil rend les gens confus et les fait halluciner, il n’est donc peut-être pas surprenant que ce soit une bonne méthode pour obtenir des « aveux » de personnes accusées de sorcellerie. D’autres méthodes de torture comprenaient la « piqûre » – la piqûre de la peau avec des aiguilles et des bodkins pour voir comment la personne réagissait au prélèvement de sang et si elle saignait – et le décapage et l’examen du corps pour voir si une « marque de sorcière » pouvait être trouvée sur eux. Souvent, ces méthodes de torture étaient pratiquées en public. La torture en écrasant et en arrachant les ongles a également été utilisée.

Les femmes n’étaient même pas en mesure d’être des témoins à part entière au procès parce que c’était :

« la loi et la pratique incontestées de la femme écossaise ne sont pas dans le civilibus et s’en sortent moins dans le criminibus sauf dans le caice de la trahison et quelques rares caïts exceptés et les crymes occultes qui sont particulièrement privilégiés et comme c’est la loi et la pratique incontestables. »

Tiré d’un débat en novembre 1674 tel qu’enregistré dans le Sourcebook of Scottish Witchcraft – voir la liste de lecture

Les signes associés aux sorcières (manche à balai, chaudrons, chats noirs, chapeaux pointus noirs) étaient en fait ceux des « alewives » – des femmes qui brassaient de la bière faible à l’époque médiévale, comme méthode de lutte contre la mauvaise qualité de l’eau à l’époque. Le panneau au-dessus de leur porte était un manche à balai pour faire savoir aux gens qu’ils pouvaient acheter de la bière, ils utilisaient de grands chaudrons pour brasser, les chats étaient gardés pour tenir les souris à distance et les chapeaux pointus noirs étaient utilisés pour se rendre facilement identifiables au marché. Le brassage était considéré comme un « travail de femmes », ce n’est que lorsque l’artisanat du brassage est devenu une entreprise rentable que les femmes ont été évincées de ce rôle. C’est peut-être le processus même de retrait des femmes de ce rôle en rendant les gens méfiants à l’égard de leurs « bières » qui a fait que le lien avec la sorcellerie et les symboles de la brasserie sont devenus ceux des sorcières.

Le roi Jacques VI d’Écosse (1566 – 1625) se considérait comme un expert en sorcellerie

et il assista aux procès des sorcières de North Berwick où l’une des plaintes était que la sorcellerie avait été utilisée pour créer des tempêtes provoquant une mauvaise traversée du navire de James à travers l’océan. Il était obsédé par la sorcellerie et a écrit le livre « Daemonologie » (1597), qui était un livre sur la sorcellerie et d’autres questions occultes. Son obsession a contribué à alimenter la « panique satanique » écossaise.


En 1736, il a été reconnu que l’exécution de personnes pour sorcellerie était mauvaise,

tout comme le crime lui-même; la loi a été changée en « prétendue sorcellerie » et la peine maximale sur déclaration de culpabilité était une peine d’emprisonnement d’un an.

On estime que 3837 personnes ont été accusées de sorcellerie

et, si l’on considère les cas connus comme un échantillon représentatif, les deux tiers d’entre eux ont été exécutés, soit quelque 2558 personnes. 84 % des accusés étaient des femmes et si les personnes condamnées étaient à peu près au même niveau, 2148 femmes ont été exécutées et 410 hommes. Il est clair que ces chiffres sont une estimation, mais ils donnent une idée du nombre de femmes et d’hommes qui ont subi cette terrible injustice et ont perdu la vie.

Il y a de petits mémoriaux dans certains endroits en Écosse qui se souviennent de ceux qui ont été condamnés pour sorcellerie, mais comme les sorcières à Édimbourg, ils se souviennent des sorcières, plutôt que de représenter des excuses pour ceux qui ont perdu la vie.

Les procès de sorcières de Salem sont mondialement connus : environ 200 personnes ont été accusées et un petit nombre, 30 ont été reconnues coupables – parmi les personnes condamnées, 14 femmes et 5 hommes ont été pendus. Un homme a été écrasé à mort pour avoir refusé de plaider et cinq personnes sont mortes en prison. Salem a, entre 1711 et 2001, « inversé la condamnation » de toutes les personnes tuées en tant que sorcières. En 1992, une résolution a été adoptée par la Chambre des représentants du Massachusetts en l’honneur de ceux qui étaient morts. En 1992, un parc commémoratif a été créé à Salem pour ceux qui étaient morts. Des sièges en pierre pour chacun de ceux qui ont été exécutés ont été installés dans le parc.

À ce jour, il n’y a pas eu d’excuses, pas de pardon et pas de mémorial à ceux qui ont perdu la vie enÉcosse.

La campagne de Witches of Scotland vise à apporter toute la justice posthume possible à ceux qui ont été si cruellement et injustement accusés et jugés comme sorcières.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 janvier 2022 par dans ECOSSE, SORCIERES.
%d blogueurs aiment cette page :