NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

BURKINA FASO et MALI dehors la France-Afrique

Coup d’État au Burkina Faso : la junte reçoit des représentants des partis politiques

La junte a rétabli et amendé la Constitution qu’elle avait suspendue le 24 janvier. Ce lundi 31 janvier 2022, alors que des émissaires de l’ONU et de la Cédéao étaient à Ouagadougou, le MPSR a mis en place un acte fondamental destiné à assurer la continuité de l’État, en attendant l’adoption d’une charte de la transition. Et ce mardi, la junte a reçu les représentants des partis politiques.

Des représentants des partis toutes tendances confondues ont été reçus au palais de Kosyam, dans le cadre des concertations initiées par la junte, depuis plusieurs jours. Le président du MPSR, Paul-Henri Dambia, les a invités à faire preuve de responsabilité et de retenue, et à accompagner la junte dans ce processus ; à accompagner et à apporter leur contribution, si nécessaire.

Ils veulent être dans l’apolitisme jusqu’à la fin du processus, et feront appel aux individus qu’ils jugeront utiles d’appeler, commentait Achille Tapsoba, leader d’une branche du CDP, le parti de Blaise Camporé, à la sortie de cette réunion. En clair, le président du MPSR met les partis politiques sur la touche, au moins temporairement, il leur fait comprendre qu’ils ne sont plus au centre du fonctionnement politique, mais qu’ils doivent soutenir le processus en cours, au nom du patriotisme de l’unité nationale.

À la question de savoir si ces partis politiques se tenaient disponibles pour participer à un éventuel gouvernement de transition : « Ce n’est pas d’actualité », a répondu un participant à la mi-journée, à la sortie du rendez-vous.

Expulsion de l’ambassadeur français au Mali: le pic des tensions a-t-il été atteint?

L’ambassadeur de France au Mali a trois jours pour quitter le Mali. Décision annoncée lundi 31 janvier en début d’après-midi par les autorités maliennes de transition, à l’issue d’une convocation de Joël Meyer au ministère des Affaires étrangères. C’est l’ultime épisode de plusieurs mois d’échanges tendus entre les autorités des deux pays et qui laisse planer d’immenses doutes sur la suite des relations entre la France et le Mali.

L’expulsion du diplomate français fait suite « aux propos hostiles et outrageux » tenus ces derniers jours par Jean-Yves le Drian. Le ministre français des Affaires étrangères avait, entre autres, qualifié d’« illégitimes » les autorités de transition. L’incompréhension et l’animosité qu’ont en partage les autorités maliennes et françaises n’étaient jamais allées si loin. Mais le pic a-t-il été atteint ?

On a pris acte de cette décision et immédiatement on a rappelé notre ambassadeur. On ne va pas attendre qu’il soit expulsé pour le faire revenir en France. C’est une étape supplémentaire dans l’isolement dont fait preuve cette junte.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français

RFI

Bamako souhaite « maintenir le dialogue et poursuivre la coopération avec l’ensemble de ses partenaires internationaux, y compris la France ». Une invitation difficilement conciliable avec la manière forte qui a été choisie et qui a surpris bien des observateurs, y compris parmi les fins connaisseurs de la politique malienne. Le Mali cherche-t-il simplement une clarification de Paris sur la reconnaissance des autorités de transition, comme l’a demandé Abdoulaye Diop, ou s’agit-il d’une stratégie pour pousser, progressivement, les Français à la rupture ?

Le gouvernement a souhaité qu’il puisse quitter le territoire nationale pour des raison liées aux déclarations.

Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères

David Baché

De son côté, Paris « réitère son engagement en faveur de la stabilisation et du développement du Sahel », mais sans mentionner nommément le Mali.

Depuis l’expulsion du contingent danois de la force Takuba, la semaine dernière, la quinzaine de pays européens qui y contribuent ont initié une réflexion sur l’avenir de cette force, articulée autour de Barkhane. Dont la présence sur le territoire malien est de plus en plus contestée dans la rue. Bamako a d’ailleurs sollicité une série d’amendements aux accords militaires actuels, Paris n’a pas encore répondu.

Alors, les autorités maliennes n’ont pas demandé le retrait des soldats français, et ce n’était jusqu’ici pas un objectif de Paris. Mais ce scénario est de plus en plus envisageable, surtout qu’il faut aussi prendre en compte la pression qui pèse sur le candidat Macron, après ce qui est désigné par de nombreux responsables politiques français, de droite et d’extrême droite, comme une humiliation insupportable. Un observateur averti faisait récemment cette réflexion : maintenir Barkhane au Mali ne fera jamais gagner la présidentielle à Emmanuel Macron, mais cela pourrait la lui faire perdre. Et beaucoup se demandent si ce n’est pas, finalement, ce que cherchent les autorités maliennes de transition : pousser au départ de Barkhane sans en être à l’initiative.

Les autorités maliennes de transition, qui ont également engagé un bras de fer avec la Cédéao, semblent déterminées à changer leurs relations avec leurs partenaires traditionnels, quitte à risquer l’isolement. En rappelant que d’autres puissances sont disponibles -la Russie, mais pas seulement- et tout en brandissant l’étendard de la souveraineté nationale.

L’aboutissement de mois de tension

Si les échanges sont difficiles depuis le renversement d’Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020, le ton est véritablement monté à compter du second coup de force des militaires, en mai 2021. Le 10 juin, Emmanuel Macron annonce une « transformation profonde » de la présence militaire française au Sahel. Le mois suivant, il précise notamment la fermeture des bases de Kidal, Tessalit et Tombouctou. Une stratégie que ne goûte pas le Premier ministre de transition Choguel Maïga, qui déplore un « abandon en plein vol », à la tribune de l’ONU le 25 septembre.

Réponse du président français : « le Premier ministre malien est l’enfant de deux coups d’État (…) la légitimité du gouvernement actuel est démocratiquement nulle ». C’est dans ce contexte, fin décembre, qu’Emmanuel Macron annule sa visite au Mali, officiellement en raison de la crise sanitaire.

En ce début d’année, c’est le retrait imposé du contingent danois de la force Takuba qui entraîne des échanges acrimonieux. La ministre française des Armées Florence Parly déclarait il y a une semaine que la junte multipliait « les provocations ».

Le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement, donne alors pour « conseil » à Florence Parly de se taire, accusé Paris de chercher à diviser les Maliens, « d’instrumentaliser » les organisations sous-régionales et de conserver ses « réflexes coloniaux ». Puis le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop,renchérissait sur l’antenne de RFI vendredi, contre des propos « empreints de mépris », prévenant que son pays n’excluait « rien » dans ses relations avec la France.

La présence de Wagner et la durée de la transition

Par ailleurs, Paris s’est vivement opposé à l’éventualité pour Bamako de nouer de nouveaux partenariats. En ligne de mire, la société paramilitaire russe Wagner. Jusque-là, les autorités maliennes de la transition insistent sur un point : aucun contrat n’a été signé avec ce groupe privé. Malgré ses démentis, le ton n’a cessé de monter. 

Mais les relations entre Paris et Bamako se sont également envenimées sur la question de la durée de la transition : fin octobre, les autorités maliennes annoncent le report des élections prévues le 27 février pour des raisons de sécurité, et depuis, des désaccords profonds éclatent au grand jour. Faute de consensus, la Cédéao a imposé des sanctions diplomatiques et économiques sévères contre le Mali. Invoquant le principe de souveraineté nationale, les autorités maliennes reprochent à la France d’instrumentaliser les organisations sous-régionales.

Ce mardi matin, à Bamako, tous s’accordent à dire que dans le cadre de relations diplomatiques, les tensions entre la France et le Mali n’auraient jamais dû mener à l’expulsion d’un ambassadeur. Mais vu de Bamako, les propos de Jean-Yves Le Drian qualifiant la junte

« d’illégitime et d’irresponsable », ont véritablement choqué l’opinion. Ces mots, qui peuvent passer, sont banals dans le cadre politique français, sont perçus ici comme des insultes et sont qualifiés d’infantilisants, notamment par un pays qui a été dominé par la France pendant la colonisation.

Dans ce contexte, un cadre politique rappelle que « plus le gouvernement français manquera de respect aux autorités maliennes, plus les Maliens resteront soudés autour de la défense de leur pays, en brandissant comme étendard la souveraineté du Mali. » Pour d’autres, une telle rupture est du jamais vu. Cette escalade est malvenue et met à mal la collaboration sur le plan sécuritaire, culturel et de développement entre les deux pays, qui peut se chiffrer à plus de milliards de francs CFA. Beaucoup espèrent donc que les divergences entre les gouvernements français et malien vont s’amoindrir.

Sur le terrain, les opérations militaires sont toujours en cours dans la lutte contre le terrorisme. Et même si les partisans d’un départ de la France sont nombreux, un retrait brutal de l’opération Barkhane inquiète une bonne partie de l’opinion. Dans la zone des trois frontières, entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, les combats, notamment contre le groupe État islamique au Grand Sahara se poursuivent et voient le soutien des populations dans cette zone de Gao, où l’armée française est basée et très présente.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 février 2022 par dans BURKINA FASO, COUP D'ETAT, FRANCE-AFRIQUE, MALI, MANIFESTATIONS.
%d blogueurs aiment cette page :