NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Centre-Val de Loire :  Égalité des femmes face au travail : il reste du boulot, en région !

Un quart des femmes actives de la région n’exercent que quatre métiers, selon une étude de l’Insee : agentes d’entretien, enseignantes, aides-soignantes et employées administratives de la fonction publique.

Les inégalités entre les femmes et les hommes face à l’emploi, si elles se sont beaucoup réduites en cinquante ans, demeurent, selon l’étude régionale de l’Insee, portant sur des chiffres de 2018.

De nombreuses femmes, de 25 à 54 ans, cessent de travailler à partir de leur troisième enfant ou optent (à 35 %) pour le temps partiel. Elles ne sont plus qu’à 62 % en emploi, contre 80 à 82 % avec moins de trois enfants. C’est le contraire pour les hommes : ils se font davantage embaucher à partir de deux enfants.
La parentalité explique aussi sans doute la localisation de l’entreprise, à moins de 5 kilomètres du domicile pour plus du tiers des salariées.


De plus, la majorité des actives exerce des métiers moins bien payés. Tout en étant plus diplômées ! En raison certainement d’un manque de confiance en soi et/ou parce que les métiers mieux payés (industrie, numérique…) font une place moins belle à la gent féminine.


Elles ne représentent ainsi que 35 % des cadres du privé. C’est flagrant dans le secteur de la banque et des assurances, qui emploie 64 % de femmes, mais dont les salaires sont de 27 % inférieurs à ceux des hommes !


L’étude montre qu’un quart des femmes sont en situation de déclassement professionnel (la moitié de leurs collègues ayant un diplôme inférieur au leur), contre 22 % des hommes. C’est particulièrement vrai pour les employées, les hôtesses de caisse et les agents hospitaliers.


La moitié des femmes n’exercent que treize professions. Elles représentent 90 % des effectifs, voire plus, des assistantes maternelles, aides à domiciles, aides ménagères, secrétaires, infirmières et aides-soignantes. Et un quart des travailleuses se tourne vers, seulement, quatre métiers : agentes d’entretien, enseignantes, aides-soignantes et employées administratives de la fonction publique.

Plus de 10 % d’écart de salaire

Ces choix influent sur le salaire médian (la moitié de la population gagne plus et l’autre moitié moins) : il est de 1.615 euros pour les femmes et de 1.810 euros pour les hommes. Un écart de 10,7 % qui se creuse avec l’âge.

Cette étude, réalisée en partenariat avec l’Insee et Nadia Bensrhayar, la directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité, doit déboucher sur de nouvelles actions. Notamment de sensibilisation : des couples, des employeurs, des jeunes filles, des femmes éloignées de l’emploi…

Il s’agit aussi, certainement, pour les entreprises désireuses de recruter des femmes, alors que les candidats se raréfient, de mieux s’adapter aux horaires des familles. Nadia Bensrhayar cite notamment le secteur du nettoyage, qui opère de plus en plus en horaires de journée. Ou de la coiffure, où le travail du samedi pose un problème.

Le milieu du transport, qui ne compte que 2,8 % des conductrices de camions de marchandises, essaie aussi d’accompagner les entreprises dans cette « révolution culturelle qui reste à achever », comme le dit la directrice régionale aux droits des femmes, tout en montrant qu’il n’est plus besoin de gros bras pour exercer ce métier.

Carole Tribout La République du Centre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 mars 2022 par dans EGALITE, ETAT POLICIER, FRANCE, LUTTES DES FEMMES, REGION CENTRE VAL DE LOIRE.
%d blogueurs aiment cette page :