NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Communiqué du Gouvernement sahraoui

COMPTE TENU DU SOUTIEN DU GOUVERNEMENT ESPAGNOL AU PLAN D’AUTONOMIE MAROCAIN POUR LE SAHARA

Avec beaucoup d’étonnement, le gouvernement de la République sahraouie et le Front populaire de libération de Saguia El-Hamra et du Rio de Oro (Frente POLISARIO) ont été informés cet après-midi du contenu des deux déclarations de l’occupant marocain et du gouvernement de la puissance administrante espagnole, et veulent par conséquent exprimer ce qui suit:

1. La position exprimée par le gouvernement espagnol est absolument en contradiction avec la légitimité internationale. Les Nations Unies, l’Union africaine, l’Union européenne, la Cour internationale de Justice, la Cour européenne de Justice et toutes les organisations régionales et continentales ne reconnaissent pas toutes la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

C’est aussi l’Espagne, avec la France, le pays qui a tracé les frontières entre le Sahara Occidental et ses trois voisins, le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie, qui a plus de responsabilités juridiques et politiques que d’autres dans la défense des frontières internationales reconnues et la repousse de l’expansion marocaine en plus de ses responsabilités. vers le peuple sahraoui et l’ONU ensemble. Cette responsabilité ne s’éteint pas tant que le peuple sahraoui n’a pas été en mesure d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance.

La position émise dans les deux déclarations manque de crédibilité, de sérieux, de responsabilité et de réalisme, car elle est une déviation dangereuse, contredit la légitimité internationale, soutient l’occupation, encourage l’agression et la politique de fait accompli et de fuite en avant, et cherche à légitimer la répression, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le pillage des richesses que le Maroc continue d’employer contre le peuple sahraoui en violation des résolutions de la légitimité internationale.

Cela s’inscrit dans un contexte très grave que traverse le conflit au Sahara occidental après le déclenchement de la guerre en novembre 2020, et l’état de tension dans la région en raison de la persistance du Royaume du Maroc dans ses politiques expansionnistes et ses plans visant à perturber la sécurité et la stabilité de la région.

2. Cette transformation semble être le résultat de mois intenses de chantage marocain contre l’Espagne pour rétablir les relations diplomatiques avec leur ancien État. Malheureusement, au lieu que Madrid cherche à rétablir ses relations bilatérales avec son voisin du sud sur une base solide et solide, elle a choisi de se soumettre, une fois de plus, au chantage marocain.

3. La position exprimée contient des éléments très dangereux, tels que le fait de se référer à la proposition marocaine comme « la plus sérieuse, réaliste et objective … etc., pour résoudre le conflit au Sahara occidental », en soutenant clairement l’approche unilatérale, en contradiction avec la légitimité, le droit international et la libre pratique démocratique par le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance. La déclaration du gouvernement espagnol ne s’est pas arrêtée là, mais est allée plus loin, se référant à l’accord de « respect de l’intégrité territoriale des deux pays », qui, dans le contexte du conflit au Sahara occidental, n’est rien d’autre qu’une adoption claire de la thèse expansionniste marocaine.

4. Cette position, d’une manière très négative, affecte tout rôle possible de l’Espagne dans le règlement du conflit et dans la décolonisation du Sahara occidental, ainsi que les efforts actuels pour réactiver et revitaliser le processus de paix par les Nations Unies. Nous espérions que l’Espagne, par impartialité et par sens de ses responsabilités juridiques et historiques, accompagnerait les deux parties et le nouvel envoyé personnel pour revitaliser le processus politique. Il est regrettable que Madrid choisisse, une fois de plus, de se soumettre au chantage marocain et de dissiper les espoirs qui existaient, alimentant les tensions, l’escalade et poussant vers d’autres gaffes.

5. Malgré tout cela, l’Espagne ne peut se départir unilatéralement de ses responsabilités juridiques envers le Sahara occidental et son peuple, en tant que puissance administrante du territoire en attendant sa décolonisation. Elle ne peut pas non plus tourner le dos à ses responsabilités politiques, puisqu’elle est la première responsable des souffrances du peuple sahraoui, voire de tous les peuples de la région, qui jusqu’à présent n’ont pas pu jouir de la stabilité en raison de la blessure saignante laissée par l’Espagne en 1975, et qui continue d’empoisonner les relations des peuples et des pays de la région.

6. Le peuple sahraoui, son gouvernement et le Frente POLISARIO lancent un appel urgent aux forces politiques espagnoles et à tous les peuples d’Espagne pour qu’ils fassent pression sur le gouvernement espagnol afin qu’il corrige cette regrettable erreur et force Madrid à assumer ses responsabilités initiales, qu’ils ne prescrivent pas, dans l’éradication du colonialisme du Sahara occidental conformément à la Charte des Nations Unies, en particulier en ce qui concerne la jouissance du droit des peuples coloniaux à l’autodétermination et à l’indépendance.

Bir Lahlou 18 mars 2022.

NON à la proposition marocaine d’autonomie pour le Sahara. Rejetons la nouvelle trahison du gouvernement espagnol envers le peuple sahraoui

Versions

 21/03/2022

Communiqué d’Anticapitalistas

De la part d’Anticapitalistas, nous voulons montrer notre rejet le plus énergique de la décision du gouvernement espagnol de soutenir la proposition de l’autocratie marocaine d’un régime d’autonomie pour le Sahara. Par cette décision, le gouvernement espagnol modifie son équidistance publique traditionnelle de défense d’une « solution politique, juste, durable et mutuellement convenue dans le cadre des Nations Unies » pour soutenir la proposition de l’autocratie marocaine de perpétuer l’occupation du Sahara occidental. Une proposition, ne l’oublions pas, qui a longtemps été parrainée par l’ancien président socialiste Rodríguez Zapatero.

Comme il y a 46 ans avec les Accords de Madrid, qui cherchaient à légitimer et à légaliser l’occupation marocaine du Sahara, la proposition d’un régime d’autonomie est la énième tentative alaouite de tenter de défendre le territoire sahraoui marocain illégalement occupé. Mais peu importe à quel point ils essaient, ni le roi du Maroc ni le gouvernement d’Espagne ne peuvent arracher au peuple sahraoui sa souveraineté et son droit de décider.

Nous ne pouvons pas oublier que l’Espagne est encore aujourd’hui, selon les Nations Unies, la puissance colonisatrice et, par conséquent, le Sahara reste un territoire en attente de décolonisation. Cela transfère au gouvernement espagnol une responsabilité qui a été systématiquement ignorée au cours des 46 dernières années, au cours desquelles il a toujours été du côté marocain. Une occupation qui a empêché à plusieurs reprises le respect des résolutions de l’ONU sur la tenue d’un référendum sur l’autodétermination.

Pendant toutes ces années, l’Espagne et l’Union européenne ont ignoré les violations constantes des droits de l’homme et du droit international perpétrées quotidiennement par le régime marocain. En plus d’allouer des millions d’euros de ses budgets en subventions et en aide au Maroc en échange de l’autocratie marocaine étant une police des frontières fidèle contre la migration. Les entreprises européennes pillent illégalement les ressources du Sahara occupé depuis des décennies. L’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne indique très clairement que sans la complicité et le financement de l’UE et de ses entreprises, l’occupation marocaine du Sahara occidental ne serait pas possible. Ce fait fait de l’Espagne et de l’Union européenne un financier et un complice de ces situations illégales.

Le gouvernement de coalition a suscité l’espoir parmi de nombreux secteurs de la société espagnole en solidarité avec le Sahara d’assumer enfin sa responsabilité historique avec le peuple sahraoui qui aujourd’hui ne devrait jamais être négociable. Cependant, la constitution du gouvernement de coalition, soi-disant progressiste, n’a pas changé d’un iota la position espagnole complice de l’occupation marocaine, bien au contraire. Comme nous l’avons vu lors du récent soutien à la proposition d’autonomie pour le territoire occupé, il est clair que nous ne pouvons pas nous attendre à un changement favorable de la part du Conseil de ministres.

C’est pourquoi, de la part d’Anticapitalistas, nous appelons à nous mobiliser avec nos sœurs et frères sahraouis, en exigeant que le Gouvernement :

  • Non aux nouveaux accords de Madrid. Non à la proposition marocaine d’autonomie pour le Sahara.
  • Liberté pour les prisonniers politiques sahraouis.
  • Pour la reconnaissance par le gouvernement espagnol de la République arabe sahraouie démocratique.
  • Mettons fin au pillage des ressources naturelles du Sahara occidental.
  • Pour un référendum sur l’autodétermination qui garantisse la liberté et l’indépendance du Sahara Occidental.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 mars 2022 par dans DEMOCRATIE, DROITS DEMOCRATIQUES, ESPAGNE, MAROC, SAHARA.
%d blogueurs aiment cette page :