NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

MADAGASCAR : Il y a 75 ans Soulèvement contre le régime colonial français !

Malagasy rebel

Le 29 mars 1947, les Malgaches, le peuple indigène de Madagascar, ont lancé une rébellion contre la domination coloniale française sur cette île située au large de la côte sud-est de l’Afrique. La France a réagi au soulèvement, soutenu par des centaines de milliers de personnes, par des années de répression brutale.

La France s’était emparée de Madagascar à la fin du XIXe siècle, renversant le royaume indigène de l’Imerina. Au cours des décennies suivantes, l’opposition à la domination coloniale s’est manifestée à de nombreuses reprises.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’île, comme la France métropolitaine, est passée sous le contrôle du régime de Vichy, qui a collaboré avec l’Allemagne nazie. Son emprise sur l’île africaine a pris fin en 1942, avec une invasion britannique. À la fin de la guerre, avec la défaite de l’Allemagne nazie en 1945, les autorités françaises ont demandé à la Grande-Bretagne la restitution de l’île, qui leur a été accordée.

Dans la période suivant immédiatement la guerre, la bourgeoisie française discréditée, avec l’aide du Parti communiste stalinien, a cherché à stabiliser le régime capitaliste et à empêcher la révolution socialiste. Elle prétendait inaugurer une nouvelle période de démocratie et, avec les autres puissances impérialistes alliées, faisait des gestes en faveur de la décolonisation.

Dans les premiers mois de 1947, les représentants malgaches à l’Assemblée nationale française, Joseph Raseta et Joseph Ravoahangy déposèrent un projet de loi pour l’indépendance de l’île. Ils étaient issus de familles qui avaient occupées une place importante dans le royaume de l’Imerina. Avec Jacques Rabemananjara, ils avaient créé le Mouvement Démocratique de la Rénovation Malgache, un parti politique nationaliste, basé sur un programme pacifiste et bourgeois. La modeste demande d’indépendance a été accueillie avec une hostilité intense par le chef du Parti socialiste français, Paul Ramadier.

À Madagascar, des sociétés secrètes plus radicales ont commencé à préparer un soulèvement. Le 29 mars, elles lancèrent une série d’attaques surprises contre de grandes entreprises appartenant à des français, ainsi que contre les principaux sièges de l’administration coloniale. Les rebelles étaient en grande partie armés seulement de lances. Au cours des premières semaines d’avril, le soulèvement, qui avait commencé à l’est, s’est étendu au sud, aux hauts plateaux du centre et à la capitale, Antananarivo. On estime que près d’un million de personnes ont pris part aux combats.

L’administration Ramadier réagit en triplant la présence militaire française, qui est passée de 6.000 à 18.000 hommes. Les militaires ont entamé une brutale campagne de terreur qui a duré les deux années suivantes, avec des exécutions en masse, des tortures et la destruction de villages entiers. Le nombre de morts reste inconnu, avec des estimations allant de 11 000 à 100 000 ou plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 avril 2022 par dans COLONIALISME, ETAT POLICIER, FRANCE, INDEPENDANCE, MADAGASCAR.
%d blogueurs aiment cette page :