NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

France Rentrée scolaire : IL MANQUE 4.000 ENSEIGNANT-E-S ! Les AED 6 ans de chantage !

Pour assurer un nombre d’enseignants suffisant pour la rentrée, jeudi 1er septembre, des cellules sont activées ce lundi 22 août dans

C’est le branle-bas de combat à moins de deux semaines de la rentrée scolaire. Des cellules sont activées ce lundi 22 août dans tous les rectorats, rapporte France Bleu, dimanche 21 août. Ces dernières doivent notamment s’assurer qu’il y aura suffisamment d’enseignants le 1er septembre, jour de la rentrée scolaire. Dès le printemps dernier, plusieurs académies avaient tiré la sonnette d’alarme sur le manque d’enseignants à la rentrée de septembre.

En juillet, 4.000 postes demeuraient vacants à l’issue des différents concours enseignants, sur un total de 27.332 ouverts par l’Éducation nationale dans le public et le privé. Le ministre de l’Éducation nationale Pap Ndiaye avait alors promis qu’ils seraient pourvus, notamment en ayant recours à des professeurs contractuels. « Des cellules de rentrée » sont activées ce lundi dans chaque rectorat pour s’assurer que les 12,2 millions d’élèves français auront bien un professeur à la rentrée. « On est quasiment dans un état d’urgence dans l’Éducation nationale », alertait en juin le Snes-FSU.

Grande concertation sur l’école

Pap Ndiaye a annoncé, le 14 juin, que la grande concertation autour de l’école promise par Emmanuel Macron durant la campagne se ferait « dès le mois de septembre » et qu’elle durera jusqu’à fin 2022. « Il s’agira vraiment d’un débat, d’échanges décentralisés, dans l’ensemble des établissements scolaires, de manière à ce que les professeurs, les parents d’élèves, les personnels administratifs et de direction et d’autres acteurs de la vie locale puissent réfléchir sur leur école », a-t-il affirmé, soulignant une réforme qui se fera « dans la durée ».

En outre, « la poursuite de la revalorisation des professeurs, engagée sur la seconde partie du précédent quinquennat, et la revalorisation à venir dans le cadre du pacte avec les enseignants feront l’objet d’une concertation », a indiqué Pap Ndiaye. Le ministre de l’Éducation nationale entend ainsi « renforcer l’attractivité des métiers de l’enseignement et mieux reconnaître l’engagement de chacune et chacun des professeurs, mais aussi repenser les dynamiques et les évolutions de carrière ».

Éducation nationale : après six ans de CDD, les assistants d’éducation pourront avoir un CDI….Sauf…

Les AED se verront désormais proposer un CDI à l’issue de six années de contrat au sein des collèges ou des lycées. Un chantage à la « bonne conduite » et à l’acceptation de tous les ordres des chefs d’Etablissements !

Bonne nouvelle pour les assistants d’éducation : ils pourront obtenir un CDI après six ans d’exercice au sein de l’Éducation nationale, a déclaré le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, sur Twitter ce jeudi 11 août. « Le travail et l’engagement des assistants d’éducation sont désormais sécurisés », a ajouté le ministre, expliquant que le décret d’application correspondant avait bien été publié ce jeudi, la mesure entrant en vigueur dès le 1er septembre. Les AED, employés pour surveiller les collégiens et lycéens, pourront être désormais engagés pour des contrats d’une durée maximale de trois ans, renouvelables une fois. Tout nouveau contrat intervenant à la fin de ces six ans devra être un CDI, détaille le décret.

Les AED ayant exercé à temps partiel pendant plusieurs années sont-ils concernés ? La réponse est positive, d’après le décret. « Les services accomplis à temps incomplet et à temps partiel sont assimilés à des services à temps complet », répond le décret. Le projet avait été présenté au début du mois de juillet par le ministère de l’Éducation nationale au comité technique ministériel (CTM). En 2020, 63.000 assistants d’éducation étaient répertoriés dans l’Hexagone, avec 25% d’étudiants. Le passage du CDD au CDI ne sera toutefois pas automatique pour tous ceux qui ont été pendant au moins six ans « pions » : les établissements concernés auront le droit de refuser le renouvellement du contrat en CDI sur justification.

Le décret publié est issu d’un texte qui prévoyait une CDIsation immédiate pour les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) et les AED, ainsi que la mise en place d’une prime pour ceux qui exercent dans des établissements prioritaires, rapporte 20 Minutes le jeudi 11 août. Les députés avaient finalement voté pour un CDI après six années d’exercice pour les AED et trois pour les AESH.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :