NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Hôpital public saboté : les pistes du Comité d’éthique pour repenser le système de soins

Dans un avis publié lundi 7 novembre, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a appelé à replacer la personne au centre du système de santé.

Face à la « crise sans précédent » du système de santé, notamment à l’hôpital public, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) appelle à repenser le système de soins « sur un fondement éthique » qui « placerait la personne au cœur de ses préoccupations », dans un avis publié lundi 7 novembre. Le CCNE a remis cet avis la semaine dernière au ministre de la Santé François Braun, un mois après le lancement du volet santé du Conseil national de la refondation (CNR).

Focalisé sur la situation tendue de l’hôpital public, « symptôme le plus saillant de la crise », et constatant les « faiblesses » révélées par la pandémie de Covid-19, le texte dénonce un décalage entre les pratiques des soignants « perçues comme déshumanisées » et les « valeurs éthiques », qui s’explique notamment par une approche de la santé focalisée sur « le traitement plutôt que sur le soin ». « La parole du malade est insuffisamment prise en compte, tout comme les temps d’échange entre les soignants. Ce n’est pas valorisé parce que c’est du temps humain qui ne fait pas l’objet d’une tarification », a exposé à l’AFP Régis Aubry, rapporteur de l’avis et médecin chef en soins palliatifs au CHU de Besançon.

Or, combinée à des « pratiques gestionnaires » et à une « technicisation croissante », cette approche « systémique » a conduit à « une dégradation de la relation de soin dans un système où le temps des soignants croise de moins en moins celui des malades », selon le CCNE. « C’est une des clés pour comprendre la désertion actuelle des soignants, a ajouté Régis Aubry. Ils ne comprennent plus pourquoi ils soignent et sont dans une souffrance éthique. » D’autant que les salaires restent « peu élevés au regard de l’engagement demandé », relève le CCNE.

Face à ce constat, les rapporteurs soulignent que l’éthique n’est « ni optionnelle, ni facultative » dans les politiques de santé, et appellent à une réforme du système de santé « qui placerait la personne au cœur de ses préoccupations ». Dans cette réforme, deux principes s’imposent: « Un accès égal pour tous au système de santé et de soins et le respect inconditionnel des personnes soignées et de ceux qui les soignent », selon le CCNE. « Puisque le ministre a considéré que ce que nous avons écrit doit servir de boussole, on sera vigilant aux propositions du CNR santé », a prévenu Régis Aubry.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26 novembre 2022 par dans ANTISOCIAL, CRISE SANITAIRE, CRISE SOCIALE, DROITS HUMAINS, ETAT POLICIER, FRANCE, HÔPITAL.
%d blogueurs aiment cette page :