NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Grande Bretagne : des dizaines de milliers de soignants du National Health Service en grève pour la première fois !

Des dizaines de milliers de soignants ont entamé deux jours de grève lundi. C’est la première grève de masse des soignants en Grande-Bretagne depuis plus d’un siècle et la toute première au NHS (National Health Service – Service national de santé).

Les soignants ont débrayé dans 76  hôpitaux et centres de soins pendant 12  heures, de 8h à 20h, dans l’ensemble du NHS en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord. La deuxième grève aura lieu le 20  décembre. Soignants et sympathisants sont allés en masse aux piquets de grève dans de nombreuses régions du pays. À la Royal Victoria Infirmary de Newcastle, le piquet de grève comptait plus de 100  personnes.

Légende: Les soignants du NHS ont entamé une action de grève jeudi dans tout le Royaume-Uni. Ils feront grève encore le 20  décembre. Ils revendiquent une augmentation de salaire de 19 pour cent. Les journalistes du WSWS ont parlé avec certains aux piquets de grève sur les enjeux du conflit.

Les membres du syndicat RCN (Royal College of Nursing) réclament une augmentation de salaire de près de 20  pour cent, l’inflation – basée sur la mesure actuelle de l’IPR (14,2 pour cent) – plus 5  pour cent. Le gouvernement a accordé à un million de salariés du NHS, employés dans le cadre de son « Agenda pour le changement » un montant uniforme de 1.400  livres rétroactif à partir d’avril dernier, 4  pour cent en moyenne seulement pour les travailleurs de la santé. Les soignants britanniques sont moins payés que dans la plupart des pays de l’Union européenne, aux États-Unis ou en Australie.

La grève des soignants est la plus importante sur le plan politique d’une vague de grèves des secteurs public et privé, qui a débuté cet été.

La grève a été provoquée par le gouvernement conservateur, qui veut une défaite des soignants pour faire avancer ses plans de destruction d’une grande partie du NHS et de transfert des segments les plus rentables au secteur privé, privant ainsi des millions de travailleurs de services vitaux construits sur 70  ans. Son plan pour infliger une défaite aux travailleurs du NHS, qui sont numériquement la plus grande section de la classe ouvrière et jouissent d’un soutien populaire massif, prévoit la mobilisation de centaines de soldats pour diriger les services d’ambulance.

Des années de sous-financement systématique (400  milliards de livres sont nécessaires juste pour combler les coupes de la dernière décennie) ont entraîné au NHS un manque chronique de ressources et de personnel. La politique gouvernementale du «laisser sévir» le COVID, responsable de la mort de plus de 212.000  personnes, a aussi causé la mort de plus de 1.500  travailleurs sociaux et de la santé.

  • Chaque semaine, des personnes continuent de mourir du COVID, les infections de la semaine du 21  novembre ayant à nouveau dépassé le million. Cette situation menace, avec l’augmentation des cas de grippe, de COVID et de virus VRS, d’entraîner une «triple pandémie» cet hiver alors que le nombre de décès d’enfants dû à la bactérie «Strep A» est en nette augmentation.
  • Les listes d’attente du NHS sont passées d’environ 5  millions au début de la pandémie à plus de 7,2  millions aujourd’hui.
  • Selon une étude du Guardian, les postes vacants au sein du NHS uniquement en Angleterre «ont atteint un nouveau record, avec plus de 133.000  postes équivalents temps plein (ETP) non pourvus».
  • La grève a commencé après que le secrétaire à la Santé du gouvernement conservateur, Steve Barclay, a refusé de discuter des revendications salariales aux discussions de lundi avec le chef du RCN, Pat Cullen. Cullen a fait valoir que les grèves n’étaient pas nécessaires, après avoir indiqué que le RCN accepterait un accord salarial inférieur à l’inflation. Hier, le gouvernement a même rejeté les appels pour que l’organisme de révision des salaires du NHS mette à jour sa recommandation pour les soignants, vu l’inflation galopante depuis février.
  • Les travailleurs des secteurs public et privé sont déjà engagés dans une lutte déterminée contre le gouvernement et le patronat, à travers des grèves nationales du rail, des postes et des universités. Des centaines de milliers d’autres sont en train de voter pour la grève. Le soutien populaire massif aux soignants signifie que leur action a le potentiel de galvaniser et d’unir les nombreuses luttes disparates des travailleurs qui sont isolées par une bureaucratie syndicale faisant tout pour mettre fin à la vague de grève.

Des postiers en grève du Wolverhampton Mail Centre (West Midlands) protestent lors du rassemblement national de cette semaine à Londres [Photo: WSWS]. [Photo: WSWS]

Dans cette lutte, les travailleurs n’ont pas juste contre eux le gouvernement conservateur, mais toutes les institutions de l’État capitaliste. Et ils affrontent des ennemis tout aussi acharnés sur les bancs de l’opposition travailliste. Cette semaine, le leader travailliste Sir Keir Starmer, qui a maintes fois dénoncé les grèves et interdit à ses députés d’aller sur les piquets de grève, a attaqué la revendication salariale des soignants comme «inabordable». Le ministre fantôme de la Santé, Wes Streeting, a déclaré au Sunday Telegraph, un journal pro-conservateur, que les travaillistes, une fois au pouvoir, lutteraient contre la « culture de la prestation pour rien au NHS ».

Le lendemain, Streeting s’est adressé au Parlement, il a pris acte de l’offre du RCN et du syndicat Unison d’«annuler les grèves cette semaine» si le gouvernement était «disposé à négocier sérieusement avec eux sur les salaires». Il a demandé «à quoi diable joue-t-il [le gouvernement]»?

La bureaucratie syndicale cherche désespérément à pousser les travailleurs dans l’impasse du soutien au Parti travailliste «fier d’être pro-business» de Starmer. Cette semaine, le journal Daily Mirror, qui soutient les travaillistes, a accueilli une réunion de sept dirigeants syndicaux impliqués dans des conflits, dont Cullen. Il a rapporté que «le sommet… avait demandé au leader travailliste Sir Keir Starmer d’être “plus virulent” en ce qui concernait les grèves».

C’est là une fraude transparente. Le Parti travailliste, qualifié par Starmer de «parti de l’OTAN», est d’accord avec le Parti conservateur: le rôle majeur de la Grande-Bretagne dans la guerre contre la Russie en Ukraine et les plans d’affrontement avec la Chine signifient que l’élite dirigeante ne peut plus tolérer qu’on dépense des centaines de milliards de livres à des soins de santé, une éducation, un logement et des prestations sociales publics. Il y a quelques mois, le groupe de réflexion RUSI (Royal United Services Institute) avait déclaré au sujet de la promesse des conservateurs de dépenser 150  milliards de livres de plus en huit ans pour l’armée, que cela marquerait «la fin des dividendes de la paix».

Il s’est plaint de ce que «depuis le milieu des années 1950, le Royaume-Uni a pu financer la part croissante de son revenu national consacrée au NHS et aux pensions de l’État en réduisant la part du PIB consacrée à la défense». Et cela n’était plus possible.

Le même programme de pillage des dépenses publiques est mis en œuvre dans tous les grands pays capitalistes, alimentant une escalade de la lutte des classes.

L’entrée des travailleurs du NHS dans une vague de grève montante exige l’adoption d’une perspective socialiste basée sur la lutte pour garantir des soins de santé gratuits et de haute qualité pour tous et la fin de leur privatisation accélérée. Cela ne peut se faire que par la mobilisation d’un mouvement unifié des millions de travailleurs en Grande-Bretagne et dans le monde qui entrent maintenant en lutte contre une austérité qui s’intensifie, et par le développement d’un mouvement de masse contre la guerre et le militarisme.

wsws

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 19 décembre 2022 par dans GRANDE BRETAGNE, SOIGNANT.E.S.
%d blogueurs aiment cette page :