NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

La ministre réussit l’unité étudiante contre elle !


Au Canada, la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, invite officiellement les fédérations étudiantes collégiale et universitaire, la FECQ et la FEUQ, à une rencontre. Jamais sans la CLASSE, répond la FEUQ.
Après avoir dit qu’elle accepte l’invitation de Mme Beauchamp, la FECQ a réévalué sa position. Elle ne participera pas à la rencontre en raison de la décision de la FEUQ.
Line Beauchamp a décidé d’écarter la CLASSE parce qu’elle a opposé une fin de non-recevoir à son ultimatum. La ministre demandait aux étudiants de condamner les gestes de violence.
Line Beauchamp est prête à discuter de la gestion des universités et du programme des prêts et bourses. «Les associations qui viendront à la rencontre, je sais qu’elles vont vouloir parler du niveau des droits de scolarité. Je ne peux pas empêcher que la question soit soulevée. Moi, je veux juste réitérer que le gouvernement est ferme sur cette question de la hausse des droits de scolarité», a-t-elle insisté.
La FEUQ décline l’invitation de la ministre. «J’ai un mandat très clair d’exiger que la CLASSE soit présente. La ministre doit s’asseoir avec tout le monde», a affirmé sa présidente, Martine Desjardins.
La FECQ a accepté l’invitation de Mme Beauchamp. A réévalué et  précisé en fait sa position sur le sujet. Comme la FEUQ exige la présence de la CLASSE, elle n’ira pas tout seul à une rencontre.
La FEUQ a appelé la ministre à dénoncer aussi l’intimidation commise à l’égard de professeurs et d’étudiants. Mme Beauchamp l’a fait cet avant-midi. «Nous condamnons l’utilisation de toute forme de violence ou de brutalité excessive. Il faut condamner le recours à l’intimidation», a-t-elle dit.
Elle condamne aussi les menaces reçues par le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois. Ce dernier a porté plainte à la police.
La ministre est mise en échec dans sa volonté de diviser le front syndical étudiants, malgré cela elle reste ferme sur la position du gouvernement de hausse des droits de scolarité. Le mouvement étudiant doit dans l’unité lui imposer un recul sur sa politique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 avril 2012 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, international.
%d blogueurs aiment cette page :