NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

ÉLECTIONS RÉGIONALES SUR FOND DE CRISE DU CAPITALISME, LE NPA APPELLE A VOTER POUR LES LISTES PRÉSENTÉES PAR LUTTE OUVRIÈRE

Capture d’écran 2015-12-01 à 19.31.34

Nous sommes dans un système, le capitalisme, à bout de souffle. Dans ces conditions, l’idéologie officielle, qui promeut la fin des révolutions et l’heure du pragmatisme, a tout intérêt à déclarer morte la lutte des classes.
Les peuples auraient consenti à faire le choix de la souffrance et de l’austérité. Rien n’est plus faux. Les peuples ne veulent plus souffrir. Selon un recensement récent des luttes paru dans la note annuelle du club des DRH « Entreprises et personnels », nous sommes passés d’un climat de «résignation rageuse» à «un basculement progressif vers des mobilisations, certes indépendantes les unes des autres (…), mais nourries en arrière-plan par un cran de plus dans le rejet de la politique
du gouvernement socialiste».
UN MOUVEMENT POLITIQUE
Il faut comprendre en quoi ce mouvement est d’abord politique. La solidarité des classes populaires avec les salarié-e-s d’Air France ne s’est pas manifestée seulement autour des suppressions de postes, mais surtout contre le mépris manifesté par les dirigeants de l’entreprise, le gouvernement Hollande-Valls et les médias à l’égard de celles et ceux qui protestaient. C’est-à-dire contre un
mépris vécu quotidiennement de manière diversifiée mais qui a un caractère commun de classe.
– Mouvement politique contre un gouvernement qui n’a cessé, en 2015, d’annoncer des baisses d’impôts pour les plus modestes alors même que cette année nombre de retraité-e-s se sont retrouvé-e-s imposables ou ont eu une augmentation sensible de leurs impôts locaux. Hollande et Valls ont dû reculer devant les protestations.
– Mouvement politique aussi parce que c’est l’austérité, prônée par le patronat et ses laquais gouvernementaux, qui font mal à la Santé, à l’Education, à la Culture, aux services publics, aux collectivités locales.
– Mouvement politique encore parce que François Hollande a fait de «l’inversion de la courbe du chômage» le signe qui justifierait sa présence à la présidentielle. Or, en l’espace de trois ans, le nombre des chômeurs a augmenté de 1 185 500.
Notre pays en compte aujourd’hui près de six millions et la précarité explose.
C’est le patronat qui licencie, exploite et baisse les salaires, à grands coups de gain de productivité mais c’est le gouvernement qui maintient le cap : le Pacte de responsabilité, c’est 40 milliards d’€ de baisses d’impôts et de cotisations au profit des employeurs. Ce qui gonfle leurs profits mais pas les effectifs des entreprises.
– Mouvement politique enfin avec la loi Macron sur un nouveau code du travail allégé pour plus de flexibilité et de précarisation, plus d’exploitation. Et définitivement politique quand Hollande avec la COP21 propose un capitalisme vert quand nous sommes, avec d’autres, anticapitalistes.
NOS URGENCES SOCIALES SONT POLITIQUES
Aujourd’hui Hollande déclare : «Le pacte de sécurité l’emportera sur le pacte de stabilité » pour nous faire comprendre que la sécurité primera sur l’austérité qu’il nous impose depuis des années. L’argent public coule à flots mais pour faire la guerre avec l’approbation de l’Europe. La guerre pour défendre le capitalisme à bout de souffle. Le gouvernement, avec l’état d’urgence, surfe sur l’émotion pour nous museler, restreindre les libertés, interdire les manifestations. Rien n’est plus urgent que d’affirmer qu’un autre monde est possible, et qu’il faut le construire ensemble.
Le NPA ne peut être présent dans la bataille des régionales par manque de moyens financiers. Pourtant il faut, lors de ces élections, que s’exprime la colère contre le gouvernement PS-Medef, que soient défendues les revendications du monde du travail, et ceci en totale indépendance vis à vis du PS et de ses allié-e-s.
Il faut aussi dénoncer les politiques guerrières impérialistes dont celle du gouvernement français, l’Union nationale, le tout sécuritaire, et y opposer la solidarité entre les peuples et nos mobilisations.

Les seules listes qui se situent sur ces axes sont les listes présentées par Lutte Ouvrière : tête de liste régionale Farida MEGDOUD, tête de liste départementale Claude TREPKA en ce qui concerne notre région Centre Val de Loire.
C’EST POURQUOI, LE 6 DÉCEMBRE, VOTONS LUTTE OUVRIÈRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s