NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Signalement des événements graves en milieu scolaire: les amalgames de l’Education nationale dans le Loiret

Capture d’écran 2015-12-03 à 20.20.31Nous reprenons ici un communiqué de presse de SUD Éducation, suivi d’un lien vers un article de Libération sur le même sujet. Le NPA 45 soutient la lutte des syndicats qui s’engagent ou s’engageront pour la suspension de cette fiche.

Orléans, le 1er décembre 2015

Le 18 novembre, l’ensemble des Chefs d’établissements et des directrices et directeurs d’écoles du Loiret ont reçu une note relative au signalement des faits de violence et événements graves en milieu scolaire de la part de la Direction des services départementaux de l’Education nationale (DSDEN). Cette note est accompagnée d’une fiche de signalement dont une partie du contenu, ramené à son intitulé (des «violences» et des «événements graves») et dans le contexte de l’état d’urgence, est propice aux amalgames et constituent à nos yeux une atteinte grave à nos libertés démocratiques et syndicales.

 

Stigmatisation des usagers du service public d’éducation

Pour prendre un exemple, il est demandé, dans la section « Atteintes aux valeurs de la République / phénomène de radicalisation», de signaler «le port de signes ou de tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse »… par les parents ! S’agit-il de surveiller l’accoutrement des parents d’élèves à la porte de nos écoles ? Et en quoi cela représente-t-il un phénomène de radicalisation ? Nous refusons de stigmatiser des personnes en raison de leur pratique religieuse, nous refusons de véhiculer ces amalgames et d’entrer dans une démarche de délation généralisée ! SUD éducation appelle au contraire à travailler, comme professionnels de l’éducation, en dialoguant avec nos élèves, avec leurs familles, à déconstruire toutes les idéologies racistes et tous les fanatismes.

Faut-il ficher les grévistes ?

Mais la fiche de signalement de la DSDEN concerne aussi les personnels au même titre que les familles et les élèves : un palier est franchi en appelant ainsi des personnels à surveiller d’autres personnels de l’éducation nationale.

Plus grave, dans la section « Atteinte à la sécurité / au climat de l’établissement » il est demandé de signaler (toujours en les considérant comme des faits de violence et événements graves) les « grèves, blocages, manifestations, rassemblements ». La fiche prend même la peine de distinguer les «mouvements internes au département sans rayonnement national ou revendication nationale» et les «mouvements avec revendications nationales [ou ayant] un impact médiatique ou une forte connotation politique». Là encore l’amalgame est lourd de sens assimilant le mouvement social et la défense des droits à des «violences et événements graves». L’Éducation nationale demande-t-elle de ficher les grévistes, les syndicalistes ? C’est une atteinte inadmissible aux libertés syndicales.

SUD éducation Loiret demande au Rectorat de l’académie d’Orléans-Tours de suspendre immédiatement l’utilisation de cette fiche de signalement et de recevoir en urgence les organisations syndicales des personnels. Nous invitons toutes les organisations syndicales de l’Éducation nationale, les associations de parents d’élèves et les syndicats lycéens à s’associer à cette demande.

Article de Libération: http://www.liberation.fr/france/2015/12/01/dans-le-loiret-l-education-nationale-reve-d-un-fichage-policier_1417561

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 décembre 2015 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, local, services publics, syndicats.