NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

Le chômage fait grimper la pauvreté en France

La France ne parvient pas à réduire la pauvreté, qui s’est encore accrue en 2015. Un phénomène directement lié à la crise de l’emploi, et notamment au chômage de longue durée.

Le taux de pauvreté a à nouveau augmenté en France: selon les premières estimations de l’Insee publiées ce lundi, 14,3% de la population était pauvre en 2015, contre 14,1% en 2014. Plus de 8,8 millions de personnes étaient ainsi touchées. Les niveaux de pauvreté prévalant avant la crise de 2008 (13%) s’éloignent. La définition de la pauvreté selon l’Insee est précise: sont considérées dans ce cas les personnes qui vivent avec moins de 60% du revenu médian (revenu partageant la population en deux, la moitié gagnant moins et l’autre moitié gagnant plus), soit avec moins de 1008 euros par mois en 2014.

«Cette hausse du taux de pauvreté en 2015 proviendrait principalement de l’augmentation du nombre de chômeurs vivant en dessous du seuil de pauvreté, elle-même liée à celle du nombre de chômeurs de longue ou très longue durée», écrit l’Insee. De fait, la baisse du chômage n’a débuté qu’en fin d’année 2015, pour se poursuivre en 2016. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, B, C (sans activité ou en activité réduite) a continué de progresser l’an dernier, passant de 5,51 millions en décembre 2014 à 5,78 millions en décembre 2015. Et le chômage de longue durée (de plus d’un an, selon la définition officielle) a grimpé, pour frapper, à la fin 2015, 2,47 millions de personnes, rien qu’en métropole. Pis, 815.000 personnes étaient sans emploi depuis plus de trois ans!

En France, presque la moitié des chômeurs n’est pas indemnisée par l’assurance-chômage ou l’État.

L’indemnisation du chômage dépendant du nombre de jours travaillés auparavant et ne pouvant excéder deux ans, à peine 52% des demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A,B,C à Pôle emploi percevaient, fin 2015, une allocation chômage ou une allocation de l’État liée. On comprend dès lors que de nombreux chômeurs soient touchés par la pauvreté.

La France a cependant connu des taux de pauvreté plus élevés par le passé. En 2011, par contrecoup de la récession de 2009, il a culminé à 14,7%. Le taux de pauvreté était bien plus élevé en 1970: il atteignait 17,9%. À cette époque où le chômage était inexistant, la pauvreté frappait les personnes âgées. Actuellement, elle concerne bien plus les moins de 18 ans (taux de pauvreté de 19,8% en 2014) que les retraités (7,6%).

 La revalorisation des prestations sociales a limité la hausse des inégalités

Quant aux inégalités, elles ont légèrement augmenté en 2015 en France. Mais l’Insee souligne que les mesures prises par le gouvernement ont contribué à limiter cette hausse. Et de citer la revalorisation de certaines prestations – et notamment du RSA -, la modulation des allocations familiales au détriment des familles les plus aisées et la réduction d’impôt sur le revenu pour les plus modestes.

Comparé aux autres pays développés, la France affiche un assez faible taux de pauvreté – il dépasse les 16% au Royaume-Uni -, même si l’Hexagone est loin des niveaux nordiques (10% en Norvège). Les inégalités de revenus y sont également modérées, et du même niveau qu’outre-Rhin.

Pas de quoi se gargariser venant d’un pouvoir dit « socialiste » qui n’a fait que renforcer les lois anti-ouvrières pour le plus grand profit des banques et du MEDEF ! IL FAUT TOURNER LA PAGE DE CE SYSTEME EN VOTANT POUR Philippe POUTOU !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 décembre 2016 par dans anticapitalisme, économie, chômage/pauvreté/précarité, national.