NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Budget de crise à l’université d’Orléans : 46 postes gelés en 2017

Ary Bruand, président de l’université d’Orléans, a dû faire une coupe dans toutes les catégories de personnels, une coupe plus importante que ce qu’il escomptait.

Avec la découverte récente d’un déficit de 12 millions d’euros, il était évident que le budget 2017 de l’université d’Orléans ne serait pas facile à construire.

En sortant du conseil d’administration ce vendredi, le président de l’université, Ary Bruand, ne le cachait pas : « ce budget ne me satisfait pas ». Vice-présidente de la Région, membre du conseil d’administration, Anne Besnier résumait la situation : « Nous avons voté contre la mise sous tutelle ».

Pas 12 mais 46 postes gelés en 2017

Une première mouture du budget prévisionnel 2017 avait en effet été présentée quelques jours plus tôt. Il était proposé de geler (*) douze postes d’enseignants chercheurs. Insuffisant, jugeait le ministère, qui exigeait que des coupes soient effectuées dans toutes les catégories de personnels. La menace de tutelle apparaissait.

Comme le craignaient la cinquantaine de manifestants venus ce vendredi midi se montrer aux portes du château, la note sera donc plus douloureuse. Il a finalement été décidé de geler seize postes d’enseignant-chercheur, quinze d’enseignant et quinze emplois Biatss (bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniciens, de service et de santé) en 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 décembre 2016 par dans anticapitalisme, local, services publics.