NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

Tours: un collectif de sages-femmes réclame des embauches devant la justice

La Santé malade du capital ! Marisol Touraine, les ARS et les patrons de Cliniques continuent la course aux profits !

Le collectif de sages-femmes de Chambray-lès-Tours estime que leur « employeur n’offre pas aux femmes d’accoucher sur un plateau technique sécurisé et de qualité » et affirme que « le burn-out guette beaucoup de collègues ».
Un collectif de 18 sages-femmes a assigné mardi le pôle de santé Léonard-de-Vinci de Chambray-lès-Tours (Indre-et-Loire) devant le juge des référés du TGI de Tours pour réclamer la création urgente de trois postes en invoquant « un danger immédiat et permanent ».

Nous constatons que les hémorragies de la délivrance ont quasiment doublé car nous n’assurons pas la surveillance comme nous devrions le faire (A. Plazanet)
« Il y a un danger immédiat et permanent. Dans les statistiques de l’année 2016, nous constatons que les hémorragies de la délivrance ont quasiment doublé car nous n’assurons pas la surveillance comme nous devrions le faire », a déclaré à l’audience Armelle Plazanet, qui représente les sages-femmes.

Souffrances au travail

« Notre employeur n’offre pas aux femmes d’accoucher sur un plateau technique sécurisé et de qualité », a-t-elle insisté, assurant qu’il y a aussi « de grosses souffrances au travail » et que le « burn-out guette beaucoup de collègues ». « On ne pourra pas dire que nous n’avons pas prévenu », a-t-elle conclu.

« Nous sommes devant un vrai problème de sécurité. Au sein de la clinique Léonard de Vinci, il n’y a pas suffisamment de sages-femmes et ces femmes n’en peuvent plus« , a déclaré leur avocat, Me Philippe Baron.

« La haute autorité de la santé détermine par décret le nombre de sages-femmes en fonction du nombre d’accouchements. Au pôle santé Léonard de Vinci, elles ont réalisé, sur les trois dernières années, plus de 2.700 accouchements. Selon la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), elles devraient être 16 équivalents temps plein. Or, elles sont entre 11 et 12 », a fait valoir Me Baron devant la présidente du TGI.

Jugement le 21 février

Toujours selon l’avocat, l’Agence régionale de Santé (ARS) s’est trompée dans ses calculs : « L’ARS explique qu’une sage-femme de jour doit être présente de 8H00 à 20H00, sept jours sur sept. Et que cela représente un équivalent temps plein. Je ne connais personne qui travaille 84 heures par semaine… L’ARS prétend donc qu’il ne faut que 13 postes et ne veut pas reconnaître s’être trompée », a-t-il argumenté.

Me Yvan Martin, l’avocat du pôle de santé Léonard de Vinci, a demandé au juge des référés de se déclarer incompétent : « l’autorité de tutelle, c’est l’ARS. Elle a donné sa position. Elle est susceptible de recours devant le tribunal administratif mais pas devant le juge des référés », a-t-il dit. Le jugement sera rendu le 21 février.

Naïf ? Comme si les patientEs ne savaient pas encore l’état de délabrement, voulu, de la santé dans notre pays ! Toutes les mesures gouvernementales du quinquennat d’Hollande n’ont été prises que pour faciliter la concentration des soins dans pôles départementaux, voire régionaux, afin de diminuer les coûts et par la les prestations fournies aux patientEs ! La voix est tracée pour un éventuel Fillon au pouvoir qui veut aller encore plus loin et dérembouser un certain nombre de « petits » soins !

La Rotative

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 février 2017 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, santé, SOCIETE.