NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

À la centrale de Belleville, le feuilleton de la piscine fait toujours des vagues

La centrale nucléaire EDF de Belleville-sur-Loire est décidément un endroit où il se passe toujours quelque chose. Depuis de nombreux mois elle est souvent en période de haute surveillance de sécurité et, depuis cette année, c’est l’installation possible d’une piscine pour stoker des déchets qui est dans l’air du temps des bords de Loire. Manif, référé, reprise d’activité se sont succédé depuis le début de l’été.

la-marche-des-cobayes-a-fait-une-620x438

La Marche des cobayes a fait une halte près des cheminées de la centrale de Belleville.

Les premiers jours d’été ont été marqués par un regain d’activité tant sur le site bellevillois que dans les arcanes de l’administration. C’est tout d’abord le 18 juin dernier que la centrale est revenue sur le devant de la scène. Là, la Marche “Vérité et Justice pour la santé environnementale”, partie au début mai de Fos-sur-Mer, a fait étape près du site de Belleville-sur-Loire avant de rejoindre Paris le week-end dernier. Cette initiative avait été lancée par EELV (Europe écologie les Verts) et des associations de défense de l’environnement pour « exiger le droit fondamental à un air sain, une alimentation saine ». Le passage au pied des coteaux de Sancerre entrait dans cette logique écologique au moment où la centrale nucléaire était maintenue en surveillance renforcée et alors qu’ « un hypothétique projet de méga-piscine de stockage de matières radioactives » était en discussion. Une journée sur le thème “nucléaire et santé, tous concernés, tous menacés” était d’ailleurs organisée à cette occasion !

L’association Vivre notre Loire déboutée

Dans les jours qui ont suivi cette visite des marcheurs, le fournisseur d’énergie a pu annoncer que « L’unité de production n°2 a été reconnectée au réseau électrique national samedi 23 juin à 23h et a désormais atteint sa pleine puissance. Elle avait été découplée tôt dans la matinée du 23 juin pour réaliser une opération de maintenance suite à la détection d’un dysfonctionnement sur une pompe située dans la partie nucléaire de l’installation. Le niveau d’huile de cette pompe, servant à faire circuler l’eau dans le circuit primaire, ne correspondait pas au niveau requis d’exploitation optimal du matériel. Le niveau d’huile a été ajusté, les contrôles réalisés ont confirmé la conformité du niveau d’huile. Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement… ».

Et, dans la foulée, la requête de l’association Vivre notre Loire demandant à suspendre l’exécution autorisant la société EDF à créer provisoirement une aire d’entreposage de déchets potentiellement pathogènes sur le site de Belleville-sur-Loire a été rejetée par le juge des référés.
L’association basée à Sancerre et qui se déclare ne pas s’inscrire dans un combat pour ou contre le nucléaire mais contre tout projet inadapté à l’environnement explique dans un courrier que « la raison avancée de cette décision est que dans l’état de l’instruction, les arguments avancés par Vivre notre Loire ne sont pas “propres à créer un doute sérieux sur la légalité de la décision du 20 mars”. Dont acte, ce d’autant que cette ordonnance n’a démenti en rien, sur le fond, les arguments avancés par Vivre notre Loire. »

L’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage au service de l’association

L’utilité publique aurait pris le pas sur le bien fondé des demandes de l’association qui estime que « le fait consistant à ne pas entraver le fonctionnement, bon ou mauvais, d’une centrale déjà sous surveillance renforcée, l’ait emporté sur toute autre considération. » D’un point de vue juridique le fournisseur d’électricité a donc remporté la manche technique. Par contre, la juge a considéré que les prétentions d’EDF de mettre à la charge de Vivre notre Loire les frais de l’instance, soit 4.000 euros selon l’évaluation d’EDF, n’étaient pas justifiés et sont de ce fait rejetés. Pour faire bonne mesure, la juge a transmis ladite ordonnance au Ministre de la Transition Écologique et Solidaire qui appréciera.

Déboutée l’association qui avait confié ses intérêts à l”ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage, est cependant satisfaite. Elle a été en mesure, en un temps record, de déposer ce référé auprès du Conseil d’État et surtout démontré sa capacité de réaction, même pour un motif considéré parfois comme accessoire. « Nul doute qu’après cette première action, si par aventure EDF concrétisait le projet d’implantation d’une piscine de déchets hautement radioactifs (MOX) à Belleville-sur-Loire, notre association serait présente, cette fois-ci pour défendre un projet manifestement contraire à l’intérêt général et dangereux pour les populations des régions Centre Loire et Bourgogne et au-delà… », ajoute le collectif.

Du côté d’EDF, ont assure que la demande de création d’une aire de stockage temporaire des déchets potentiellement pathogènes, a fait l’objet d’une autorisation par l’ASN (agence de sécurité nucléaire) pour la période allant du 20 mars au 31 décembre 2018, et « n’est en aucun cas liée au projet EDF de conception d’une piscine d’entreposage de combustible usé ».

Pour l’heure aucune information quant au lieu d’’implantation de la piscine n’a été effectuée. Sur ce sujet, même Nicolas Hulot, le ministre actuel chargé des problèmes liés à l’écologie, a botté en touche au printemps dernier. Il faut aussi rappeler que la période de surveillance renforcée débutée en septembre 2017 a été maintenue, depuis la fin mai, jusqu’à nouvel ordre après treize inspections réalisées lors du premier trimestre de cette année.

Peut-être que de nouvelles informations filtreront à l’occasion de la sortie, en fin de semaine, du rapport sur la sûreté des centrales nucléaires conduit par Barbara Pompili, députée de la Somme et présidente de la commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire ?

Fabrice Simoes

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 19 juillet 2018 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, nucléaire.