NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Arrestation de Carlos Ghosn qualifiée de « coup d’Etat » de Nissan par les adorateurs de Carlos !

Le PDG du groupe, à la tête de l’alliance entre le français Renault et le japonais Nissan depuis 1999, est soupçonné d’avoir dissimulé au fisc nippon la moitié de ses revenus pendant plusieurs années. Un scandale qui pourrait faire les affaires de Nissan selon les admirateurs du requin Ghosn !

Sortie de route pour le « sauveur » de Nissan. Le PDG du groupe Renault, qui avait repris l’entreprise japonaise au bord de la faillite en 1999, a été arrêté, lundi 19 novembre au Japon, pour des accusations de fraude fiscale. Carlos Ghosn est soupçonné d’avoir dissimulé au fisc japonais la moitié de ses revenus pendant plusieurs années.

Ces révélations tombent à point nommé, selon plusieurs experts pro-capitalistes du secteur, qui y voient un « coup d’Etat » orchestré par Nissan. Le fleuron de l’industrie nippone, qui pèse désormais plus lourd que son partenaire français, redoutait une intégration renforcée qui lui aurait fait perdre son indépendance. Tout est bon pour « innocenter » un patron !

Comment a été mise en place l’alliance entre Renault et Nissan ?

L’alliance entre les groupes français et japonais remonte à 1999. Nissan est alors au bord de la faillite. Plusieurs entreprises sont sur les rangs pour voler au secours d’un des fleurons de l’industrie nippone, mais seule Renault a les reins suffisamment solides, grâce à la participation de l’Etat français. L’homme de la situation se nomme Carlos Ghosn. Cet ancien de Michelin, surnommé « le tueur de coûts » (cost killer, en anglais), débarque chez Nissan avec une quinzaine de cadres français et procède sans états d’âme à un spectaculaire « redressement ». « C’est d’abord 21 000 salariés à la porte, Puis la fermeture d’un site industriel, et la rupture des relations avec les fournisseurs historiques par le jeu de la concurrence. » Cette alliance repose sur un montage particulier, avec une participation croisée des deux entreprises. Renault détient 43,4% du capital de Nissan, et le japonais 15% du Français Une belle magouille financière !.

« L’alliance n’est pas un mariage, plutôt un concubinage bâti sur le respect mutuel, avec deux grands principes fondateurs Nous sommes et restons deux entreprises indépendantes. Tout ce que nous entreprenons doit être au bénéfice des deux sociétés. » Pour gérer cette alliance, une société néerlandaise, détenue à égalité par les deux groupes, voit le jour en 2003 : Renault-Nissan. C’est elle qui dirige dans les faits le rapprochement entre les deux constructeurs, « C’est une acquisition sans fusion !

Carlos Ghosn incarnait cette alliance, elle reposait sur lui. Son successeur Boloré reste pour tous les salariéEs français ou japonais un enneml de classe et un grand dirigeant capitaliste !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 novembre 2018 par dans AFFAIRES, anticapitalisme, AUTOMOBILE, COMMERCE, MEDEF, PATRONAT.