NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Les territoriaux d’Orléans reconduisent leur grève le mardi 28 mai : Le maire et son adjointe se moquent d’eux !

Suite à la mobilisation sociale de ce mardi 21 mai au matin, les représentants syndicaux ont pu rencontrer Olivier Carré, maire d’Orléans, et Muriel Sauvegrain, maire-adjointe aux ressources humaines et aux affaires administratives, afin de réclamer leur prime annuelle 2018 non versée.

Les négociations qui ont eu lieu ce mardi matin – à la suite du rassemblement devant la mairie – avec Olivier Carré, maire d’Orléans, n’ont pas convaincu les agents municipaux grévistes.

Ces derniers réclamaient leur prime annuelle 2018 que la municipalité promet de leur verser uniquement à leur départ de la collectivité ou à leur départ en retraite.

Insatisfactions suite aux négociations

« Le maire nous a dit que la prime de service ne pouvait pas être versée directement aux agents », explique Adeline Leguiset, porte-parole de la CGT. « Il nous a parlé, en revanche, d’une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, dont nous devons discuter les modalités lundi prochain ».

Une réponse qui est loin de convenir aux agents. Ils ont d’ailleurs acté la reconduction du mouvement social. Nouvelle mobilisation ce mardi 28 mai, à 10 heures, devant la mairie.

Les agents municipaux de catégorie C sont appelés à faire grève, ce mardi, par quatre syndicats de la Ville d’Orléans et Orléans Métropole. Ils protestent contre le potentiel non-versement d’une prime annuelle.

Mille cinq cents agents municipaux (*), de catégorie C, sont concernés par un appel à la grève, à compter du 21 mai et reconductible, lancé par quatre syndicats. Ils manifesteront ce mardi, à 10 heures, sur le parvis de la mairie d’Orléans.

Ils estiment que la municipalité orléanaise leur a purement et simplement supprimé leur prime de service annuelle 2018. Celle-ci oscillant, selon les fonctions (techniques, sociales, policiers municipaux, etc.) entre 576 et 1.560 euros par an.

Une année blanche pour les agents ?

« La transformation de cette prime en régime indemnitaire a eu pour conséquence de générer une “année blanche” pour les agents concernés, expliquent-ils. Ainsi, puisque cette prime, d’ordinaire versée au titre de l’année précédente est dorénavant versée au titre de l’année en cours, les agents ont donc perçu, en 2018, la prime de service au titre de 2017 et perçoivent aujourd’hui un régime indemnitaire au titre de l’année 2019. Or, quid de la somme de 2018 ? »

Muriel Sauvegrain (LR), première adjointe chargée du personnel, dément. « Ils peuvent reprendre leur fiche de paie. Chacun touchera le même montant de prime, mais mensualisé. Multiplié par 12, ça fait le même montant. La mensualisation était une obligation légale. Du reste, une “année blanche”, comme ils disent, ça se verrait dans les comptes de la Ville. 1,5 million, quand on fait 1.000 € multipliés par 1.500 agents ! »

Les salariéEs ne sauraient-ils/elles pas lire la fiche de paye ?

Alors quel est le problème ? Une simple méprise, une entourloupe de la Ville ou un coup de pression des syndicats ?

« La seule problématique que l’on a eue, c’est pour ceux qui partaient à la retraite en 2018. Il y avait un manque. On a renégocié les choses. L’agent parti à la retraite en février 2018 touche sa prime annuelle de 2018, entièrement, on s’y est engagé. Pour le reste, c’est le même principe que le prélèvement à la source. Il n’y a pas eu d’année blanche, tout le monde a payé des impôts… »

Pour l’élue, cette grève est un moyen d’obtenir « plus ». « Mais il y a plein d’agents de bonne foi qui n’ont pas compris. La fiche de paie a beaucoup changé en 2019. » (sic !)

Carré et Sauvegrain prennent syndicats et salariéEs pour des billes !

Les syndicats rétorquent que « les agents ne touchaient pas la prime l’année de leur entrée dans la collectivité. La loi stipule que cette mensualisation est effective sur l’année en cours soit 2019, de ce fait, les nouveaux embauchés la perçoivent immédiatement. 2018 n’est donc plus répertoriée ! Néanmoins, au moment du départ des agents présents sur 2018, la prime correspondante leur sera reversée. Soit une projection sur 30 ans parfois ! Un engagement intenable sur la période. »  De l’argent il y en a mais les gestionnaires de droite, en bons suppôts des capitalistes, préfèrent sûrement donner aux écoles religieuses qu’à leurs salariéEs  

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s