NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Compagnie Aigle Azur : Expropriation des actionnaires sans indemnités !

En quête d’un repreneur, des milliers de passagerEs bloquéEs, 1200 salariéEs basardéEs !

En cessation d’activité et dans l’attente d’un repreneur, la compagnie Aigle Azur a cloué tous ses avions au sol. Des milliers de passagers se retrouvent bloqués. 1200 SalariéEs  dans la balance Le gouvernement français qui cherche à rapatrier les passagerEs  et s’active à  trouver un repreneur ne lévera pas le petit doigt pour faire payer les actionnaires ! Il est bien là dans son rôle au service des capitalistes !

Vendredi soir, c’était le désarroi à l’aéroport d’Alger pour les clients en quête d’une solution concernant les vols Aigle Azur annulés« Aigle Azur se contente de nous demander d’attendre », se lamente Fatia Saadoun, une Algérienne de 49 ans arrivée à l’aéroport à 3 h du matin. Assise sur ses bagages, elle ne peut contenir ses larmes.

Dans une situation financière critique, la compagnie ne pourra dédommager personne ni assurer le rapatriement de voyageurs dont le vol retour a été annulé. « Si vous effectuez un vol retour après le 6 septembre 2019, et ce quel que soit l’aéroport de départ, ce vol est annulé. Vous serez contraint d’acquérir un autre billet retour », a expliqué la compagnie dans un message à ses clients.

« Ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont bloquées aujourd’hui », notamment « en Algérie et au Mali », a reconnu vendredi le secrétaire d’État français aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. Plusieurs compagnies dont Air France, Vueling et Transavia proposent des tarifs spéciaux notamment sur des vols vers l’Algérie ou le Portugal pour les clients Aigle Azur sans solution.

Air France a par ailleurs précisé ajouter une dizaine de vols supplémentaires d’ici lundi à destination et au départ d’Alger, avec des avions de plus grande capacité, et augmenter la capacité de ses vols depuis et à destination de Bamako.

Qui sont les repreneurs potentiels ?

Dans une situation critique, Aigle Azur doit trouver un repreneur d’ici à lundi 9 septembre pour ne pas sombrer. Sa trésorerie en Algérie (15 millions d’euros) est notamment difficile à rapatrier, ce qui n’arrange pas ses affaires. Du côté du gouvernement français, on assure effectuer toutes les démarches possibles.

En déplacement à Strasbourg, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a évoqué vendredi « une offre principale » de reprise, sans toutefois dévoiler l’identité de ce repreneur potentiel. D’autres offres « sérieuses » sont « envisageables » et « sur la table », a-t-il affirmé. Quelques noms de repreneurs circulent, au premier rang desquels Air France.

Lionel Guérin et Philippe Micouleau, anciens dirigeants du groupe Air France, selon des sources syndicales, ou encore le nom du groupe Dubreuil, propriétaire d’Air Caraïbes, ont été évoqués.

« Nous poussons très fort une solution de reprise basée sur Air France, qui serait actionnaire minoritaire disposant d’une minorité de blocage, avec Lionel Guérin [ex-PDG de Hop, NdlR] qui prendrait les rênes et des investisseurs et les salariés qui entreraient au capital », explique Martin Surzur, président du syndicat de pilotes SNPL d’Aigle Azur. Lionel Guérin est « pour l’instant le seul repreneur qui a pour ambition de maintenir Aigle Azur dans son intégrité », a-t-il également affirmé ce samedi matin sur franceinfo.

La CFDT, premier syndicat au sein de la compagnie, plaide, elle, pour une reprise en main complète d’Aigle Azur par Air France. « Pour réussir à vendre des billets d’avion, il faut redonner confiance aux clients. Si la compagnie est reprise par Air France, les billets se vendront tout de suite », espère Raphaël Caccia, secrétaire général de la branche secteur aérien de la CFDT selon qui la compagnie française travaillerait à finaliser une offre.

11 avions, 1 200 salariés et 1,8 million de passagers transportés en 2018

La compagnie, créée en 2001 pour offrir des liaisons à bas coûts entre la France et le Maghreb, emploie quelque 1 200 personnes. Elle possède plusieurs atouts qui pourraient séduire un repreneur éventuel, selon ses salariés, et en particulier des droits de trafic vers l’Algérie qui en font un acteur incontournable vers cette destination.

Avec ses 11 avions, Aigle Azur a transporté 1,88 million de passagers en 2018, année pendant laquelle elle a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros.

Le PDG d’Aigle Azur démissionne en plein redressement judiciaire !

AVIATION La compagnie aérienne française est en proie à une bataille d’actionnaires depuis l’été

Le PDG d’Aigle Azur Frantz Yvelin a annoncé sa démission mercredi, deux jours après le placement en redressement judiciaire de la compagnie aérienne française, spécialiste des liaisons avec l’Algérie, et en proie à une bataille d’actionnaires. « A un moment, on ne peut pas se battre contre tout le monde », a-t-il notamment déclaré mercredi matin sur le plateau de BFM Business, se disant « fatigué » après avoir « traversé une zone de fortes turbulences depuis le début du mois d’août ».

L’entreprise, qui compte 1.150 employés, dont 350 en Algérie, s’est déclarée en cessation de paiement lundi et a été placée en redressement judiciaire le même jour. Le 26 août, Gérard Houa, actionnaire minoritaire (20 % du capital) avait tenté d’évincer Frantz Yvelin par un communiqué le présentant comme le nouveau patron, avec la volonté de mettre fin aux « errements stratégiques des deux dernières années », avant d’être démenti par David Neeleman (32 % du capital), l’accusant d’usurper ce titre.

« Un plan »

Deux jours plus tard, nouveau coup de théâtre : une administratrice provisoire, Hélène Bourbouloux, avait été désignée à la tête de l’entreprise et installée en présence des forces de l’ordre, tandis que Frantz Yvelin était rétabli dans ses fonctions. « La justice est saisie, il lui appartiendra de trancher », a dit Frantz Yvelin mercredi matin, au sujet du coup de force de Gérard Houa, en rappelant que ce dernier a « dit depuis des mois aux actionnaires, plus récemment aux salariés en parallèle avec un syndicat, le SNPNC-FO avec lequel il semble s’être allié : « J’ai 15 millions d’euros, j’ai un plan ». »

« Gérard, si tu m’écoutes, si tu as les 15 millions, mets les sur la table, si tu as un plan sérieux, présente-le au tribunal, l’avenir t’est ouvert », a expliqué le dirigeant de l’entreprise détenue par le groupe chinois HNA (48 %), l’homme d’affaires américain David Neeleman (32 %) et la compagnie Lu Azur (20 %), dont Gérard Houa est propriétaire.

Presque 2 millions de passagers en 2018

« Nous avions sur la table dès le début août, une solution qui permettait de pérenniser plus de 90 % des emplois de la société », a regretté Frantz Yvelin, dont le plan était « de revendre une partie de notre activité au groupe IAG, de basculer à peu près une moitié de notre activité sur Charles-De-Gaulle et de demander un effort de productivité à l’ensemble de nos personnels navigants en contrepartie d’une part dans le capital de la société ».

Les liaisons avec l’Algérie représentent 50 % à 60 % de l’activité d’Aigle Azur, fondée en 1946. La compagnie qui a transporté 1,88 million de passagers en 2018, a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en 2018 mais « perd de l’argent depuis 2012 », selon Frantz Yvelin.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 septembre 2019 par dans Actualités des luttes, AFFAIRES, anticapitalisme, AVIATION, FRANCE.