NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa45@npa-mail.org

Un premier cas de coronavirus confirmé chez Amazon à Saran

Un salarié d’Amazon Saran, près d’Orléans, a été testé positif au Covid-19. Il travaille au service réception et ne s’est pas rendu sur le site depuis le 17 mars.

L’information est tombée mardi 24 mars au soir. Un salarié de la plateforme logistique Amazon, à Saran, a été testé positif au Covid-19. Il s’agit d’une personne travaillant au service d’accueil des camions. Les élus du comité social et économique (CSE) de l’entreprise ont reçu un mail de la direction des ressources humaines confirmant cette contamination.

Dans ce courriel, que nous avons pu consulter, il est mentionné que la personne contaminée ne s’est plus rendu sur le site « depuis le 17 mars ». « Nous avons déterminé avec qui cette personne était en contact étroit lorsqu’elle était sur le site. Ces personnes ont été contactées et bénéficieront d’un arrêt de travail indemnisé à hauteur de 100% pour une durée maximale de 14 jours », précise encore le courriel.

32 employés mis en quarantaine

D’après Grégory Lavainne, délégué syndical Unsa élu au CSE, et Jean-François Bérot, de Solidaires, 32 employés auraient été en contact direct avec le salarié porteur du virus. Ils ont été contactés par la direction et arrêtés jusqu’au 2 avril. « Sur ces 32 personnes, quatre font partie de l’équipe des docks (outbound) », précise Anissa Daïkh, également élue Unsa.

Visuel coronavirus travailleurs

 

Selon l’Unsa en tout cas, ce premier cas avéré de coronavirus dans les entrepôts loirétains n’aurait pas de lien avec la démission de la directrice du site, officialisée mardi

Les syndicats réclament toujours la fermeture du site

Le site d’Amazon continue de tourner malgré tout. Au grand dam des représentants du personnel qui réclament la fermeture de l’entreprise.

« Nous avons demandé une nouvelle réunion extraodinaire du CSE, signale Grégory Lavainne de l’Unsa. Nous réclamons toujours la fermeture du site. Mais la direction nous a bien fait comprendre que ce serait non. Nous avons proposé une alternative avec un mixte de chômage partiel et de salariés volontaires, pour réduire les équipes à 100 personnes sur le site. »

Même si des nouvelles mesures de prévention ont été prises : désinfections régulières des rampes d’escalier, des salles de pause, machines à café, fontaines à eau, postes de travail, Grégory Lavainne estime que « c’est loin de la perfection ».

« On va bientôt manquer de gel hydroalcoolique. À la place, on nous met de la mousse antibactérienne sans alcool. Mais ce virus n’est pas une bactérie ! »

« Tout cela arrive trop tard, juge pour sa part Jean-François Bérot. Ce matin, il y a encore 150 personnes qui sont descendues du même bus pour se rendre sur le site et près de 250 voitures sur le parking », s’insurge-t-il.

Quant à l’annonce de la direction de se recentrer sur les produits de premières nécessités, le sydicaliste n’en voit pas les effets sur le terrain. « C’est du baratin, on livre toujours la même chose ! »

Sollicitée, la direction d’Amazon nous a envoyé un long mail en réponse à nos questions :

« Nous vous confirmons que nous apportons notre soutien à un salarié du site de Saran actuellement en quarantaine. Depuis le début de cette crise sanitaire, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les autorités locales pour assurer la continuité de notre service aux clients, comme la sécurité et la protection de nos collaborateurs.

Dans ce cadre, nous respectons toutes les recommandations des autorités locales concernant le fonctionnement de nos bâtiments et avons mis en place des mesures de protection pour nos collaborateurs, en assurant notamment un renforcement du nettoyage de toutes les installations, en appliquant les mesures de distanciation sociale sur nos sites et en assurant une distance de sécurité entre livreurs et clients.

Les mesures mises en place comprennent le fait de:

  • intégrer des pratiques adaptées pour assurer la distanciation sociale au sein de nos bâtiments (2m actuellement dans nos sites vs 1m demandé par les autorités), avec notamment : pas de réunions debout pendant les shifts de travail (toutes les informations essentielles à l’entreprise seront partagées via des tableaux à proximité des zones principales et au travers d’échanges avec les managers ou les membres de l’équipe RH), déplacement des chaises et espacement des tables dans les salles de pause, les heures de début et de pause sont échelonnées, le filtrage de sortie est suspendu jusqu’à nouvel ordre pour assurer la fluidité des mouvements près des entrées principales, autorisation du téléphone portable temporaire pour ceux qui ont besoin d’être en contact avec leur famille ou les garderies et incitation des employés à ne pas utiliser les casiers.
  • Renforcer le nettoyage de toutes les installations dans nos sites, notamment la désinfection de toutes les poignées de porte, des rampes d’escalier, des boutons d’ascenseur, des casiers ou des écrans tactiles.
  • Rappeler l’obligation des salariés de désinfecter et de nettoyer leurs postes de travail et leurs véhicules au début et à la fin de chaque shift avec des lingettes désinfectantes/nettoyantes.
  • Rappeler aux employés que chacun doit se laver régulièrement les mains à l’eau et au pendant au moins 20 secondes, en particulier après être allé aux toilettes, avant de manger et après s’être mouché, avoir toussé ou éternué. Si l’eau et le savon ne sont pas facilement accessibles, utiliser un désinfectant pour les mains à base d’alcool (dont la teneur en alcool est d’au moins 60 %).

Par ailleurs, alors que la demande continue d’augmenter, nous nous efforçons de continuer à livrer aux clients les plus touchés, tout en assurant la sécurité de nos employés. Beaucoup de ces clients n’ont pas d’autre moyen d’obtenir des articles prioritaires et nous voulons être sûrs d’avoir les bonnes ressources en place pour répondre à leurs besoins. Nous priorisons actuellement la réception et l’expédition des articles dont nos clients ont le plus besoin : produits de base, produits d’hygiène et de santé et autres produits de première nécessité aux clients.

Nous rappelons que nous travaillons dans le stricte respect des recommandations émises par des autorités avec lesquelles nous sommes en contact (ministère du Travail, ministère du Numérique, autorités de santé locales, etc.), celles-ci ayant rappelé l’importance qu’il y a à ce que les entreprises de e-commerce poursuivent leur activité au service des Français.

Nous précisons également qu’il est important que nos salariés consultent un médecin s’ils sont malades ou si un membre de leur famille vivant à leurs côtés a eu de la fièvre dans les 24 dernières heures. Pour venir en aide à ces personnes pendant cette période nous avons renforcé la prise en charge des absences en cas de suspicion de coronavirus en maintenant le salaire des personnes en quarantaine et en facilitant la pose de congés. De plus, afin d’aider nos employés à se concentrer sur nos directives strictes en matière de santé et de sécurité relatives au Covid-19, nous interrompons temporairement notre processus de retour d’information sur les performances.

Nous sommes conscients de l’investissement et de la contribution de nos salariés qui jouent un rôle essentiel dans cette période difficile. Nous négocions actuellement avec les organisations syndicales une augmentation de salaire (2 euros supplémentaires par heure travaillée) et l’instauration d’un taux de rémunération double pour les heures supplémentaires. »

Marion Bonnet (La République du Centre)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s