NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Espagne : La droite et l’extrême droite de Vox battues !

23 octobre 2020

La tribune du Congrès des députés a une fois de plus été le théâtre de l’énorme polarisation politique et sociale que traverse l’État espagnol. La mauvaise action de la motion de censure de Vox, son isolement et la tentative des pp et C de se démarquer face à leur discours ne sont que le reflet des énormes contraintes que l’extrême droite a actuellement pour élargir sa base. Sa démagogie populiste et franquiste a été laissée à nu, et ses prétentions à pénétrer la classe ouvrière, dans une période de grave crise sanitaire, sociale et économique, se sont écrasées dans une mémoire historique qui reste très vivante dans la conscience des masses. Le rejet des héritiers de la dictature entre les travailleurs et la jeunesse ne peut être plus retentissant.

Vox et PP, la même m…

Abascal n’a pas laissé tomber ses partisans. Les près de trois heures d’intervention de Vox furent une cascade de disqualifications fascistes, de amalgames délirants et de haine de classe. Il ne restait plus rien dans le puits d’encre. Sa veine raciste et sexiste, son hispanisme plus rassis, son ignorance prouvée, ses imitations grossières des majaderías d’autres fantoches (« c’est le « virus chinois »), les mèmes-beau-frère forum voitures, les tics homophobes et la défense du roi …. Tout cela et beaucoup plus brouillé les phrases d’un chef qui n’est pas allé au-delà de la vantardise pathétique typique de Núñez de Balboa.

Une fois que la nature ridicule de la performance d’Abascal est devenue claire, l’autre note importante de la motion a été le discours de Pablo Casado. Pour la plupart des médias capitalistes, il est devenu le grand gagnant du débat. « Le leader du PP rompt avec Vox », « C’est le fait que sa patience est venue », « Marié met le PP à la tête de l’opposition »… ces expressions et d’autres expressions similaires, certaines beaucoup plus bombastiques, se sont répandues dans les éditoriaux et les colonnes pour laver le visage d’un parti réactionnaire consommé et corrompu qui gouverne à Madrid, Andalousie, Murcie et des centaines de mairies grâce au soutien de l’extrême droite.

Pour la plupart des médias capitalistes Pablo Casado a été érigé comme le grand gagnant du débat. Un lavage pour un parti corrompu qui règne dans de nombreux endroits grâce à l’extrême droite.

L’enthousiasme pour ce virage tactique du PP a enflammé le cœur de beaucoup, qui pensent aux bons résultats qu’il apportera à la politique d’unité nationale.

Face à tant de bruit, il est nécessaire de récapituler et de corriger certains faits objectifs.

Première. L’extrême droite de Vox n’est pas quelque chose de nouveau, elle a toujours été présente comme une partie organique du Parti populaire. Son urgence publique est à voir avec les changements dans la lutte des classes depuis 2011. La rébellion sociale initiée avec le 15M, les grèves générales, les marches de la dignité, les marées sociales et, surtout, l’émergence de Podemos avec la crise révolutionnaire en Catalogne et le mouvement massif des femmes qui travaillent… mettre tellement de pression, qu’un secteur de la base sociale du PP s’est tourné vers des positions beaucoup plus extrêmes pour donner une bataille féroce à la gauche. Bref, les progrès de Vox sont l’expression du processus de polarisation sociale et politique qui est également observé dans d’autres pays (Etats-Unis, Brésil, France, Allemagne, Italie…).

Deuxième. Vox saisit l’instant et offrit un drapeau de combat à la petite bourgeoisie en colère et nostalgique du franquisme, à ces secteurs arriérés, exploitants et mesquins, fidèles de la patrie et du roi, défenseurs de la loi et de l’ordre qui ont été submergés et menacés par l’énorme force de mobilisation dans les rues. Mais sa poussée a été révélée beaucoup plus limitée que beaucoup le pensaient. Sa tentative de pénétrer dans les quartiers populaires a échoué, comme cela était évident  à la fin de l’enfermement, et sa capacité de mobilisation est encore loin de celle du fascisme dans les années 1930.

Troisième. L’arrogance d’Abascal l’a conduit à faire une erreur politique en présentant la motion de censure : elle l’a affaibli politiquement. Il a été un cadeau à Sanchez et le gouvernement, au point que la bourgeoisie a également profité de lui pour forcer Pablo Casado à marquer une ligne de différenciation avec Vox. Le capital financier et le CEOE ne veulent pas que la polarisation se poursuive, ils ont besoin de paix et de stabilité sociales, et que la stratégie d’unité nationale s’efforce d’éviter une nouvelle explosion de la lutte des classes.

Chambre. Tout le monde est très satisfait, mais les contradictions au sein du PP n’ont pas été résolues. La percée de Vox a mis beaucoup de pression dans les rangs à droite, et jusqu’à présent, il n’a pas réussi à élargir sa base sociale. Cela explique les mouvements erratiques de la direction du PP et de ses divisions internes, entre une aile qui tente de se tourner vers la « modération » et les pactes d’État, suivant les instructions de la grande capitale (Núñez Feijoo est l’un de ses représentants), et le secteur qui veut récupérer les voix que Vox leur a pris dans les bastions, comme c’est le cas à Madrid , pour lesquels ils sont obligés d’affronter le PSOE au maximum. L’appareil de tête, avec Marié à la barre, a tenté de concilier les deux positions: un jour il a proposé la démission de son porte-parole parlementaire, un autre a été impossible de distinguer son discours de celui d’Abascal.

Cinquième. Maintenant, ils semblent avoir pris un pas pour différencier la différence au moins sur le terrain parlementaire et occuper une position moins agressive. Mais la situation est très volatile pour tirer des conclusions définitives. Le PP a encore besoin de Vox pour gouverner l’autonomie et les mairies, et l’escalade de la lutte des classes ne les rendra pas plus modérés. C’est une question fondamentalement tactique.

Combattre l’extrême droite avec la mobilisation la plus forte et un programme révolutionnaire

Les dirigeants du PSOE et de l’UP ne cessent d’appeler à établir un cordon sanitaire autour de Vox et appellent au bon fonctionnement des institutions démocratiques. Mais c’est précisément la crise capitaliste et le discrédit de la démocratie bourgeoise qui avancent vers l’extrême droite. Le chapitre honteux de la conférence de presse de Sanchez avec Ayuso, juste un jour après le soulèvement des quartiers populaires contre l’enfermement classiste, est un bon exemple de la façon dont au lieu de combattre la réaction et l’extrême droite, il est traité avec un gant de soie pour l’attirer à l’unité nationale.

Le chapitre honteux de la conférence de presse de Sanchez avec Ayuso est un bon exemple de la façon dont au lieu de combattre la réaction et l’extrême droite, elle est traitée avec un gant de soie pour l’attirer à l’unité nationale.

Cette approche, qui montre une incompréhension totale des causes sociales, économiques et politiques de ces mouvements, n’empêchera pas l’extrême droite d’être maintenue et même d’aller de l’avant à l’avenir. L’unité nationale et la confiance dans l’État pour vaincre le fascisme est une erreur totale. L’insistance de Up à faire la différence entre un État « sale » et un état « propre » est également irréaliste. Il n’y a pas deux États. Il y a un seul État capitaliste, façonné par le développement de la lutte des classes des cent dernières années, et qui glisse maintenant autour du monde vers l’autoritarisme et le bonapartisme à un degré plus ou moins important. Dans le cas de l’Etat espagnol, c’est aussi un héritage direct de la dictature franquiste.

La polarisation que Vox stimule a été très dangereuse pour les intérêts des capitalistes parce qu’elle alimente l’indignation, la conscience de classe, ravive la mémoire historique et alimente la mobilisation sociale. Les représentants d’IBEX35 et de LA CEOE ne veulent pas d’une confrontation ouverte avec la classe ouvrière et la jeunesse, ils ne veulent pas parler des riches et des pauvres, ni de droite ni de gauche, ni des classes sociales. Ils veulent la paix sociale. Cela dépend fortement de leur capacité à mettre en œuvre leurs plans d’attaque sans que la situation ne s’écoule de leurs mains.

Le changement de Pablo Casado ne répond pas à une volonté personnelle, mais aux pressions du capital financier et de la grande bourgeoisie qui a longtemps marqué le chemin le plus sûr pour préserver ses intérêts, et l’a souligné avec insistance au parti bleu.

Les plus populaires ne sont pas les premiers à avoir pris cette mesure. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Inés Arrimadas se moquait d’Abascal, de son épopée, de sa pureté patriotique. Qui allait dis-le, après tout ce qu’ils ont partagé ! La rébellion du peuple catalan les a unis comme jamais auparavant, a fait apparaître que l’ADN de Franco que les trois formations partagent dans les profondeurs et aussi leur haine de classe, leur hispanisme, leur répression… C’est ainsi que le triumvirat est né, pour imposer des coupes, des privatisations, la destruction de l’éducation publique et de la santé.

Maintenant que Married et Arrimadas tentent de mettre des distances avec Vox, ils le font non seulement sous la pression de l’oligarchie financière, mais aussi en raison du rejet large généré par le parti d’Abascal. La stratégie de la concurrence pour voir qui était le plus célèbre a été un échec pour les deux PP et Cs, et a renforcé Vox. Maintenant, ils comprennent qu’il faut fixer des distances pour la plupart formelles et prendre un bain de crédibilité « démocratique » si vous voulez être un soulagement à l’avenir, lorsque le gouvernement de coalition épuise sa marge. Mais nous sommes si différents ! Dire. Ils veulent effacer ce qui s’est passé, oublions ça. Ils veulent que nous croyions que les deux tiers du Trio Columbus sont maintenant le « droit responsable » avec lequel vous pouvez raisonnablement parler, être d’accord, unir leurs forces. Tous ensemble contre la pandémie ! Tous ensemble contre la crise !

La classe ouvrière ressent une véritable aversion pour Abascal et son parti. La menace d’un gouvernement de droite, d’un pacte formel ou informel du PP, des Cs et Vox a mobilisé le vote de la gauche plus que tout autre slogan lors des dernières élections. La menace était bien réelle et malgré toutes les limites du gouvernement de coalition, il y a un sentiment généralisé de soulagement pour éviter cet autre scénario. Tout le monde sait que la tragédie de la pandémie aurait été encore pire avec un gouvernement de droite. La Communauté de Madrid dirigée par Ayuso en est une démonstration pratique.

La menace d’un gouvernement de droite, d’un pacte formel ou informel du PP, des Cs et Vox a mobilisé le vote de la gauche plus que tout autre slogan lors des dernières élections.

Sanchez s’est appuyé sur ce sentiment réel pour renforcer sa position. Bien qu’il n’ait pas pris de mesures pour inverser les réductions de la mort de dizaines de milliers de personnes dans cette pandémie, bien qu’ils n’aient pas injecté des dizaines de milliards dans l’IBEX et le CEOE, de couvrir les salaires de l’ERTE avec de l’argent public afin que les entrepreneurs ne mettent pas un seul euro , bien qu’ils n’aient pas pris le contrôle de la santé privée pour assurer la santé de la population ou n’aient pas bougé du doigt pour garantir le droit à l’éducation dans des conditions sûres pour les élèves et les enseignants… le bruit et la fureur de la droite et de l’extrême droite lui ont été bénéfiques.

Et c’est cette marge dont profite aujourd’hui Sánchez pour continuer à défendre, avec plus de confiance que jamais, la stratégie dictée par Botín, Garagendi et compagnie : celle de l’unité nationale et de la collaboration de classe.

Après avoir commencé le cours entouré de ces personnages et en mettant l’accent sur l’unité avec les oligarques pour vaincre le virus, il célèbre maintenant à tous que Casado a finalement entendu ses appels à modérer. Il n’y a pas de grandes surprises sur le PSOE. Mais l’enthousiasme partagé par Iglesias, qui a décrit le discours de Marié « brillant » même s’il était « en retard », si elle provoque la perplexité. Pourquoi célébrez-vous les paroles du leader populaire ? Le mariage est-il aujourd’hui moins réactionnaire qu’il y a quelques mois ? Pensez-vous que vous pouvez compter sur lui et son parti pour quelque chose qui profite à la classe ouvrière ?

Malheureusement, les paroles des Églises ne génèrent rien d’autre que de la confusion au mieux. Non, Marié n’est pas notre allié, pas plus qu’Arrimadas. Ils ne le seront jamais, et il n’y a pas de débat parlementaire ou de motion de censure qui puisse changer cela. Ils ne veulent pas dire clairement ce qu’ils sont et ce qu’ils représentent parce que la grande majorité de la classe ouvrière et des jeunes ont montré un fort rejet de ces positions. C’est ce qu’il faut célébrer ! Que nous sommes plus forts et plus forts! Pas les discours de Married !

Les compagnons de l’ONU Podemos ont tort s’ils pensent que la Constitution, la justice ou le parlement, nous protégera de la menace de l’extrême droite. Ces lois et institutions, subordonnées aux intérêts de l’oligarchie économique, ne donnent pas de justice sociale ou démocratique, n’imposent que les souhaits des puissants en s’appuyant sur un appareil d’État plein de Franquistes qui n’ont jamais été purgés après la chute du dictateur.

La réaction et l’extrême droite sont d’abord en soulignant et en démasquant ceux qui mettent en œuvre leur programme; deuxièmement, en défendant et en mettant en œuvre des politiques véritablement de gauche, face aux grandes puissances factuelles, en nationalisant les banques et les multinationales et en utilisant les ressources économiques générées par la classe ouvrière, pour résoudre les problèmes qui ne peuvent plus attendre, le droit au plafond, à la santé et à l’éducation publique, à la préservation de notre santé, à l’emploi sans précarité et avec des salaires décents , pour enlever la misère et la queue de la faim.

La véritable force de lutte contre le fascisme réside dans la mobilisation des travailleurs et des jeunes avec ce programme. Nous pouvons balayer les fascistes, nous sommes immensément plus forts qu’eux, nous avons la capacité de paralyser la production et d’occuper les rues pour contrecarrer leur avance. C’est pourquoi nous ne pouvons compter que sur nos forces et notre conscience de classe, et non sur des « cordons de santé » qui encouragent les pactes d’unité nationale et renforcent le régime de 1978.

Vox et les fascistes sont encore une force limitée mais enhardie, et la résistance à leurs idées pénétrantes est très grande. Mais cela ne signifie pas que nous devrions mépriser une menace qui est réelle. La dévastation sociale que la crise économique apportera servira à financer des secteurs ruinés et désespérés des couches moyennes et aussi de la classe ouvrière à tomber dans leur démagogie. La seule façon de les couper est de défendre un programme socialiste, de démontrer dans la pratique qu’il est possible et viable. Seule une alternative révolutionnaire peut nous défendre de l’avancement de la réaction ! C’est la voie que nous défendons  !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 octobre 2020 par dans ESPAGNE, EXTREME DROITE, FASCISME.