NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Tabassage de Michel Zecler: les juges ont ordonné la mise en liberté des deux policiers écroués !

Les juges d’instruction ont ordonné mardi la mise en liberté des deux policiers placés en détention depuis le 30 novembre pour avoir roué de coups à Paris Michel Zecler, un producteur de musique noir, a-t-on appris de source judiciaire.

Ils seront soumis à un contrôle judiciaire qui prévoit une interdiction d’entrer en relation avec la victime et les autres mis en examen, de détenir une arme et d’exercer la profession de fonctionnaires de police, selon cette même source.

Ils n’ont par ailleurs pas le droit de paraître dans le XVIIe arrondissement de Paris, où se situe le studio de musique du producteur, et devront en outre s’acquitter d’une caution de 5.000 euros.

A l’issue de leur interrogatoire au tribunal judiciaire de Paris vendredi et lundi, les deux policiers ont déposé une demande de mise en liberté auprès des magistrats instructeurs qui la leur ont accordée. 

Le parquet ne s’est pas opposé à leur demande sous réserve d’un placement sous contrôle judiciaire strict, a précisé la source judiciaire.

Contactés par l’AFP, les avocats des deux policiers n’avaient pas répondu en début de soirée.

« Avocat, j’ai toujours considéré que la détention provisoire devait être l’exception et la liberté la règle, qui hélas n’est pas toujours la pratique judiciaire habituelle », a pour sa part commenté Me Caroline Toby, qui défend Michel Zecler.

« Je m’étonne néanmoins que ces mises en liberté interviennent avant même qu’une confrontation n’ait eu lieu entre la victime et les policiers, alors même qu’ils continuent de contester certains faits malgré les évidences », a-t-elle ajouté.

Le 21 novembre, en fin de journée, Michel Zecler avait été roué de coups par des policiers dans l’entrée de son studio de musique, puis dans la rue. Les faits ont été révélés par des images de vidéosurveillance du studio de musique, dévoilées par le média en ligne Loopsider, qui contredisaient le procès-verbal initial de l’interpellation rédigé par les policiers.

Dans cette affaire, quatre policiers ont été mis en examen le 30 novembre: trois d’entre eux, soupçonnés d’avoir roué de coups M. Zecler, l’ont été pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique (PDAP) », avec plusieurs circonstances aggravantes dont celle de racisme, et pour « faux en écriture publique » par PDAP, un crime passible des assises.

Parmi eux, un brigadier de 31 ans et un gardien de la paix de 23 ans avaient été placés en détention provisoire, une décision « rarissime » pour des fonctionnaires de police selon plusieurs sources. 

Un quatrième policier, soupçonné d’avoir jeté une grenade lacrymogène dans le studio de musique, a été mis en examen principalement pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique » et placé sous contrôle judiciaire.

Pour l’avocat, les policiers qui ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire mardi, n’ont pas bénéficié de la clémence de la justice !

Le producteur de musique Michel Zecler a dénoncé “la bienveillance de l’Etat” alors que les policiers qui l’avaient roué de coups ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire mardi. 

Pour l’avocate de Michel Zecler, cette remise en liberté est allez trop vite, notamment parce que son client n’a pas été confronté aux trois policiers. Mais pour l’avocat Gilles-William Golnadel, l’Etat n’a pas été bienveillant avec ces hommes. En effet, il assure la décision d’incarcérer les policiers était exceptionnelle. 

“Ca a été motivé notamment par le fait qu’ils ne devaient pas se concerter les uns avec les autres, mais avec l’atteinte à l’ordre public aussi. Ils ont été entendus par le magistrat instructeur donc maintenant, ils ne peuvent plus se concerter utilement puisqu’ils ont déjà été entendus. Ils sortent, mais avec un contrôle judiciaire extrêmement strict donc le mot cajolerie ne me viendrait pas à l’esprit”, estime-t-il. 

Peu d’incarcération de policiers

Il affirme d’expérience que, par rapport à l’habitude de la justice française dans le cadre de l’incarcération préventive, ces policiers ont été traités avec une relative sévérité, car “si les faits sont très graves, il n’y a pas eu mort d’homme”, indique-t-il.

En plein débat sur les violences policières, cette affaire avait connu un retentissement considérable. Le président de la République Emmanuel Macron avait même exprimé sa « honte ». BEAUCOUP DE PAROLES…PEU D’ACTES !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 décembre 2020 par dans ANTISOCIAL, armée/police, ETAT POLICIER, FRANCE, POLICE, RACISME, VIOLENCES POLICIERES.