NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Australie : Les syndicats doivent écraser le mouvement anti-vax

jeudi 23 septembre 2021 , par O’SHEA Louise

Des responsables du CFMEU tentent de garder le bureau du syndicat lors d’une attaque par des manifestants anti-vax (dont de nombreux membres du CFMEU) le lundi 20 septembre

Dans une démonstration de force effrayante, des foules fascistes en maraude ont envahi les rues de Melbourne pendant trois jours d’affilée. Ils ont détruit des bureaux syndicaux et occupé des artères majeures pendant des heures. C’est une évolution désastreuse.

Les manifestations ont attiré des milliers de personnes, principalement des hommes, en grande partie de la construction et d’autres industries de cols bleus. Les petits opérateurs de la construction, les travailleurs – certains syndiqués et d’autres non syndiqués – et les militants d’extrême droite se sont unis pour donner l’impression que leur mouvement est une recrudescence de la base des travailleurs contre l’autorité.

Mais en même temps, et dans certains cas à deux pas, des milliers de travailleurs dans les services hospitaliers, les supermarchés et les centres de distribution de la ville s’efforçaient de maintenir les gens en vie face à une pandémie mortelle. Des milliers d’autres restaient à la maison, renonçant à leurs revenus, pour protéger les autres du virus. Dans leur écrasante majorité, ces travailleurs et d’autres se sont conformés aux ordres sanitaires et ont fait la queue pour se faire vacciner, reconnaissant à juste titre qu’il s’agissait d’un acte fondamental de solidarité sociale.

Les manifestants ont du mépris pour cette solidarité et la classe ouvrière actuelle. Ils se moquent de ceux qui respectent les mesures sanitaires comme des « moutons ». Ils considèrent les mesures sanitaires qui sauvent des vies comme une atteinte insupportable à leur liberté personnelle. Lundi, ils ont détruit les bureaux de l’Union de la construction, de la foresterie, des mines et de l’énergie qu’ils blâment, avec le gouvernement de l’État, pour l’introduction d’un mandat de vaccination dans l’industrie de la construction. L’opposition à la vaccination, obligatoire ou non, a été le thème clé de leurs actions, mais elle ne se limite pas à cela. Ils sont hostiles à l’effort de contrôle de la COVID-19 en général, y voyant une manifestation d’un pouvoir gouvernemental tyrannique semblable au communisme.

Sur ce point, ils s’inspirent du courant dominant et de l’extrême droite. Le député libéral-démocrate David Limbrick, un libéral-démocrate du libre-marché qui pense que la COVID-19 devrait être traitée comme la grippe et décrit les efforts pour la garder hors de Victoria comme « absurdes ». Ces points de vue anti-humains sont partagés par des politiciens d’extrême droite comme Pauline Hanson et George Christenson, ainsi que par une grande partie du parti libéral traditionnel.

Alors que Morrison et ses alliés parlementaires et commerciaux sont heureux de défendre la vaccination comme leur ticket pour revenir à un statu quo sans entrave, d’autres sont incapables de rompre avec l’hostilité à l’éventreur à l’éventreur des mesures de santé publique de grande envergure qui a été l’instinct politique des gouvernements libéraux tout au long de la pandémie, même s’ils n’ont pas toujours été en mesure d’agir en conséquence. Le sens de la responsabilité collective et les mesures de santé de solidarité sociale dont dépendent leur succès est tout simplement trop pour ceux qui privilégient avant tout leurs libertés individuelles et les droits des propriétaires de petites entreprises.

Pour sa part, le mouvement d’extrême droite en dehors du parlement a reconnu une opportunité dans la crise du COVID-19, d’abord en s’opposant aux confinements et, plus récemment, en attisant la suspicion à l’égard des vaccins et des mandats vaccinaux. Ils ont tenté de relier la politique paranoïaque de style conspirationniste à l’anti-autoritarisme individualiste et à la méfiance envers les patrons et le gouvernement, avec un certain succès. Bien qu’ils aient attiré très peu de soutien du grand public – même la presse de Murdoch a gardé une distance depuis que le message anti-vax est apparu – les rassemblements de droite contre les mesures COVID-19 ont été bien suivis et déterminés. Le cycle actuel représente une sérieuse hausse de la mise et est un signe inquiétant pour l’avenir.

Dans la mesure où les travailleurs syndiqués sont impliqués et influencés par cette folie, une partie du blâme doit être dirigée vers la direction syndicale. Il a à la fois capitulé devant le sentiment anti-vax existant au sein du syndicat et a créé de la place pour qu’il s’installe là où il n’existait pas déjà. L’incapacité du syndicat à approuver le mandat de vaccination et sa tendance à s’excuser pour les refuseurs de vaccins ont contribué à ce que les travailleurs de la construction aient les taux d’hésitation à la vaccination les plus élevés du pays. L’enquête « Taking the Pulse of the Nation » de l’Institut de Melbourne de la deuxième semaine de septembre a révélé qu’un travailleur de la construction sur trois ne voulait pas ou n’était pas sûr de se faire vacciner – le plus haut niveau d’hésitation de toute industrie.

Il ne s’agit pas d’une évolution récente. Dès le début de la pandémie, la priorité du syndicat a été de maintenir l’industrie ouverte, ce qui a inévitablement favorisé une certaine hostilité aux mesures sanitaires. Dès mars 2020, quatre des plus hauts responsables du syndicat ont rencontré la Master Builders Association pour discuter de la façon dont l’industrie pourrait rester ouverte alors que d’autres activités non essentielles étaient réduites. Cette collaboration a donné lieu à une soumission conjointe au gouvernement de l’État décrivant un plan pour que l’industrie fonctionne pendant la pandémie.

In contrast to the union’s usual prioritisation of safety on the job, this involved risking the health of its own members, and the broader community, for the sake of the construction industry’s profits and its members weekly pay cheque. This stance encouraged an attitude in construction that COVID-19 measures were an unacceptable threat to livelihoods that should be treated with scepticism, an attitude which, in some quarters at least, has only hardened over time.

It has been the same story of class collaboration and anti-social recklessness in subsequent lockdowns. Talking to journalist Ben Schneiders, Master Builders Association CEO Rebecca Casson summed up the pandemic-era relationship: “Fair play to John [Setka, the construction union state secretary], it was the first time in history we’ve got that level of trust, and it enabled us to be agile and to do things that no other industry was able to”. That is, maintain operations at all costs. The message all this sent to construction workers: your pay comes first, not the collective good. It’s no wonder then that the far right, with its COVID-scepticism and hostility to public health measures it regards as an unacceptable incursion by the state on personal freedom, could get more of a hearing here than in other industries.

Cela reflète également l’érosion des traditions politiques de gauche dans l’un des syndicats les plus militants du pays. La véritable conscience de classe ne consiste pas avant tout à défendre une industrie ou des chèques de paie individuels. Il s’agit de défendre les intérêts de la classe dans son ensemble, ce qui nécessite une appréciation du contexte social plus large. Si cela signifie rester à la maison pour assurer la sécurité de tous, alors les mesures nécessaires pour faciliter cela, comme la rémunération complète des congés de pandémie, sont ce pour quoi les travailleurs devraient se battre. S’alliant avec le patron pour s’assurer que les profits continuent d’affluer n’est pas anti-autoritaire, c’est un sectionnalisme rétrograde et imprudent. Et c’est une insulte aux milliers d’agents de santé et d’autres travailleurs essentiels qui subissent le poids d’une telle imprudence.

Et tandis que le premier ministre victorien Daniel Andrews n’a pas retenu de condamner la foule fasciste, son gouvernement a également capitulé devant l’exceptionnalisme de l’industrie de la construction. Il était réticent à agir lorsque les patrons de la construction ont ouvertement défié les restrictions pendant le confinement actuel de Delta, faisant des chantiers de construction des sites importants de propagation de la COVID-19. Lors d’une récente campagne éclair, des agents autorisés de WorkSafe ont signalé avoir constaté que plus de 70 % des sites n’était pas conforme aux ordonnances sanitaires. Et c’était dans le contexte de restrictions plus faibles, qui étaient elles-mêmes le résultat de la réticence d’Andrews à résister à la colère anti-confinement des patrons, même face à une souche plus infectieuse du virus.

Tout cela signifie que le gouvernement fait maintenant face à une opposition concertée à son mandat de vaccination. Cette opposition doit être brisée et le mandat doit être maintenu. Que la foule fasciste établisse ses positions égoïstes et antisociales comme légitimes serait un désastre. La droite fasciste a fait preuve de force et a démontré sa capacité à utiliser la pandémie pour obtenir du soutien. Bien qu’il représente une infime minorité de la population totale, ainsi que des 300 000 travailleurs de la construction, les manifestants sont néanmoins une force qui doit être contrée.

Il est positif que d’autres syndicats, en particulier les travailleurs de la santé, aient condamné les manifestations et qu’il y ait eu une dérision généralisée à l’égard des participants. Lorsque cela est possible, ces sentiments doivent être transformés en action de toute urgence et le plein pouvoir du mouvement syndical doit être mobilisé pour défendre les principes de solidarité et de respect de la vie humaine.

Louise O’Shea

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 septembre 2021 par dans AUSTRALIE, COVID-19, CRISE POLITIQUE, CRISE SANITAIRE, CRISE SOCIALE, FASCISME.
%d blogueurs aiment cette page :