NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

ESPAGNE, PODEMOS : Yolanda Díaz et son « projet pays » : Une plate-forme social-démocrate, aux antipodes de la gauche dont nous avons besoin !

Lors des élections législatives de 2015, les forces politiques situées à gauche du PSOE ont dépassé les 6,3 millions de voix, dépassant de loin les 5 millions de voix du PP et touchant presque les résultats du PSOE. Mais pour Yolanda Díaz, dirigeante d’Unidas Podemos et candidate probable à la présidence du gouvernement, ce flux impressionnant d’électeurs ne mérite qu’un commentaire désobligeant. Selon elle, ils ne sont qu’un « petit coin marginal », et la blague suprême de déclarer que « ce coin que je donne au PSOE » est autorisée.

Selon la deuxième vice-présidente, le projet qu’elle veut mener est « transversal », mettant en vedette « la société espagnole » et dans lequel « tout le monde s’intègre », car « ce n’est pas de droite ou de gauche, c’est de la citoyenneté espagnole ».

Bien sûr, un mouvement aussi « large » et « inclusif » n’a pas non plus besoin de partis politiques. Yolanda Díaz affirme que « les partis sont perçus comme un obstacle par les citoyens » et, par conséquent, annonce que son projet « va bien au-delà des partis ». Bref, et traduit en langage clair, sa plateforme tourne autour d’un seul axe : sa personne. « Ne me faites pas pression, car s’ils me font beaucoup pression, je partirai », prévient Diaz, mettant en évidence un narcissisme populiste maladif.

Comment est né le caudillismo de Yolanda Díaz ?

Yolanda Díaz peut se voir attribuer beaucoup de choses, mais en aucun cas de l’originalité. Rien de ce qu’il a soulevé dans les différents événements et interviews dans lesquels il a annoncé sa nouvelle initiative n’a un atome de nouveauté. Les projets soi-disant sans idéologie, sans un programme qui est plus qu’une accumulation de truismes et de platitudes, sans une organisation qui permet la participation active de ses bases, ne sont pas nouveaux. De plus, les appels à « tous les Espagnols » et aux initiatives qui ne sont « ni de gauche ni de droite » montrent une vocation interclassiste et populiste aux antipodes de la gauche combative que la situation politique exige.

Mais malgré sa rhétorique, Yolanda Díaz ne peut ignorer que sa base de soutien, qui lui a permis d’atteindre la position qu’elle occupe au gouvernement, se trouve précisément sur cette gauche qu’elle nie. Podemos a été construit et renforcé comme une alternative de gauche aux politiques capitalistes du PSOE qui, après la crise de 2008, ont été considérées par de larges secteurs de la classe ouvrière et de la jeunesse comme une copie siamoise de celles du PP.

Suite à l’énorme rébellion sociale des années 2011 à 2015, les grèves générales, les marées vertes et blanches, les marches de la dignité… Podemos a brisé le conseil bipartite et a réussi à rassembler des millions de personnes qui se battaient pour des changements radicaux dans l’État espagnol et a commencé une brillante ascension électorale. Les deux premières assemblées de Vistalegre ont déclaré une rupture avec le régime de 78, en particulier la seconde, dans laquelle, avec un discours à gauche, Pablo Iglesias a massivement rejeté la proposition sociale-démocrate d’Íñigo Errejón.

Dans le sillage de l’énorme rébellion sociale des années 2011 à 2015, Podemos a brisé le conseil bipartite et a réussi à rassembler des millions de personnes qui se battaient pour des changements radicaux.

Mais Pablo Iglesias a systématiquement manqué aux résolutions des assemblées et au mandat des bases. Sous sa direction, Podemos a entamé une voie de démobilisation et chacun de ses virages vers la modération, cherchant un cadre dans les structures du système, l’imitant avec la social-démocratie et lui faisant perdre son soutien social.

Comme il renonçait au programme qu’il avait défendu, Iglesias a été contraint de se passer du moindre semblant de démocratie interne et de participation populaire. Les cercles, qui ont été ceux qui ont donné la grande impulsion initiale à Podemos, ont été plongés dans l’insignifiance et peu à peu ils ont été vidés. Iglesias a réussi à construire une formation qui dépendait d’une figure charismatique, mais a éliminé le contenu anticapitaliste du parti en ouvrant la voie du crétinisme parlementaire. Devenir la jambe gauche de la social-démocratie traditionnelle n’était qu’une question de temps.

Après la victoire écrasante de la droite aux élections de la Communauté de Madrid, tous les sondages prédisaient que l’hémorragie des voix d’Unidas Podemos n’était pas terminée. Mais loin de procéder à une analyse critique de la trajectoire qui avait conduit à ce scénario, loin de donner la parole aux bases qui, par son effort, avaient élevé Podemos, Iglesias a décidé d’abandonner et de blâmer ses résultats médiocres sur la faible conscience de la classe ouvrière. Les politiciens petits-bourgeois sont fidèles à une maxime : toujours présents, mais jamais responsables.

Avant d’abandonner la politique active à la recherche d’une vie plus appropriée à ses aspirations personnelles dans l’ombre du groupe Prisa et d’autres médias, il a pris soin de laisser le destin d’Unidas Podemos entre des mains qui garantissaient qu’il n’y aurait pas de virage à gauche: les mains de Yolanda Díaz. Le mode de nomination, au doigt et sans débat, était à la hauteur du candidat.

C’est donc précisément la crise de Podemos qui a permis à Yolanda Díaz d’être catapultée, avec le soutien flagrant de la presse bourgeoise, au premier plan d’aujourd’hui. Conscient de la faiblesse de sa position, Díaz pousse le caudillismo d’Iglesias à l’extrême. Il détient la clé du sort de la formation violette, mais il n’est même pas un militant de l’organisation. Il ne ressent aucune loyauté envers ceux qui font encore partie de Podemos.

C’est précisément la crise de Podemos qui a permis à Yolanda Díaz d’être catapultée, avec le soutien flagrant de la presse bourgeoise, au premier plan d’aujourd’hui.

Diaz l’a dit très clairement. Podemos est déjà amorti. Maintenant, il s’agit de tisser une alliance électorale avec Más País, Compromis… et mettre en première ligne d’autres personnalités qui sont à l’écoute de leurs objectifs. Une politique gimmicky, populiste, très proche du style des démocrates américains où tout est façade mais le contenu est le même que toujours : gérer le système dans le respect des règles imposées par les grandes puissances économiques.

Yolanda Díaz, ministre du Travail : beaucoup de fumée et peu de résultats

L’extrême personnalisme de Diaz et le flou de sa rhétorique ne doivent pas cacher le fait que son projet a un objectif politique très clair et défini. Sa performance à la tête du ministère du Travail est la meilleure exposition du programme qu’il défend vraiment.

Depuis la constitution du gouvernement de coalition, l’objectif auquel Yolanda Díaz s’est consacrée corps et âme a été de renforcer à tout prix la politique de paix sociale et les accords avec les hommes d’affaires. Les engagements électoraux qui l’ont directement affecté, en particulier l’abrogation de la réforme du travail du PP, ont été acculés dès le premier jour.

Le déclenchement de la pandémie a fourni à Díaz une excellente occasion pour les employeurs d’apprécier à quel point il valait la peine pour eux de l’avoir au ministère du Travail. La réglementation des ERT pour Covid, que la propagande d’UP a présentée comme une initiative pionnière dans le domaine de la protection des travailleurs, s’est avérée être le contraire, un grand cadeau pour les employeurs. La réduction à quelques jours du temps de négociation avec les représentants du personnel et le pouvoir accordé à la direction syndicale de pouvoir signer des ERT même contre l’opinion exprimée lors du vote par les travailleurs, ont favorisé toutes sortes d’abus, d’impositions et d’irrégularités.

C’était le ton suivi par le ministère du Travail avec le reste de ses mesures: beaucoup de battage médiatique, mais très peu de contenu réel. La prétendue « interdiction des licenciements » en temps de pandémie, la loi Rider ou la montée du SMI d’un misérable 15 euros ont été annoncées comme des événements extraordinaires, qui ont pratiquement changé le cours de l’histoire moderne. Mais lorsque la fumée des feux d’artifice s’est dissipée, on a pu constater que la précarité, la temporalité et toutes sortes d’abus de la part des employeurs qui se sont multipliés ces dernières années sont restés inchangés.

Les dernières nouvelles sur les discussions avec le CEOE, le CCOO et l’UGT sur la réforme du travail indiquent que la législation ne sera pas modifiée sans l’approbation des employeurs. Non seulement les aspects les plus néfastes de la réforme du travail de Rajoy ne seront pas abrogés, mais même des questions aussi sanglantes que l’abus et la fraude systématiques de la loi sur l’embauche temporaire ne seront pas abordées avec une approche favorable de la classe ouvrière. Le retrait devant l’employeur est total.

Pour tenter de dissimuler ces concessions, Yolanda Díaz a pris grand soin de tisser une alliance très étroite avec la bureaucratie syndicale du CCOO et de l’UGT. L’augmentation de 56 % des subventions aux syndicats cette année en est la preuve tangible. Il tente ainsi de renforcer le mur de soutènement contre la mobilisation ouvrière dont le PSOE a besoin à tout prix pour rester au gouvernement.

La lutte des classes éclipse la première triomphale de Yolanda Díaz

Yolanda Díaz n’a pas manqué de soutien de Podemos, malgré son mépris public pour la formation violette. L’un de ses fondateurs, Juan Carlos Monedero, a écrit il y a quelques jours dans le journal Público en faveur de Díaz, essayant de donner à son projet égocentrique une apparence de profondeur théorique qui manque totalement à Díaz. Monedero soutient avec enthousiasme le discours de « ni droite ni gauche », et soutient que nous devons aller au-delà de cette position « parce que ce qui a déterminé cet axe, ce sont les politiques de classe, les luttes ouvrières, le conflit capital-travail », et qui, selon le directeur de l’Institut 15M, est déjà surmonté.

Bien que ce ne soit pas son intention, Monedero frappe le clou sur la tête. L’essence du projet de Yolanda Díaz est le dépassement du « conflit capital-travail », c’est-à-dire de tout miser sur les politiques de conciliation de classe de la social-démocratie. Toute la modernité apparente du projet paysan de Yolanda Díaz ne contient que les vieilles recettes du réformisme, en faillite totale depuis que la crise capitaliste a rendu ses politiques non viables.

img

L’essence du projet de Yolanda Díaz est le dépassement du « conflit capital-travail », c’est-à-dire de tout miser sur les politiques de conciliation de classe de la social-démocratie.

Mais la meilleure réponse que le projet de Yolanda Díaz a pu recevoir est venue de Cadix. Là, le conflit capital-travail et les luttes ouvrières ont éclaté brusquement. Des années de pauvreté et de précarité croissantes ont ouvert la voie à une étincelle, la position intransigeante des employeurs face au renouvellement de l’accord provincial sur les métaux, pour mettre le feu à la baie de Cadix.

La lutte du métal de Cadix a placé Yolanda Díaz dans la position de démontrer le véritable contenu de sa proposition. Quel message les travailleurs de Cadix ont-ils reçu du ministère du Travail pendant les neuf jours de grève ? Aucun soutien et un silence complet face à la brutalité de la répression policière ordonnée par le gouvernement que Yolanda Diaz vice-président.

Mais lorsque la bureaucratie syndicale, complètement dépassée par la lutte dans les rues, submergée par l’auto-organisation des piquets de grève, et terrifiée devant la grande manifestation qui a uni des milliers de travailleurs aux jeunes appelés par l’Union des étudiants, a décidé de mettre fin à la grève et a signé un accord régressif et insuffisant, Yolanda Díaz a été l’une des premières à annoncer ce nouveau « succès » du dialogue social. Diaz se soucie peu du fait que la signature de cet accord ait été un véritable coup de poignard dans le dos des travailleurs. Il lui est indifférent que la précarité, les listes noires, les heures supplémentaires forcées et le reste des abus des employeurs soient maintenus et aggravés. Il craint seulement que la paix sociale soit maintenue, et qu’il puisse la vendre à la bourgeoisie comme un succès de sa politique et une démonstration qu’il est lui-même le meilleur garant de la stabilité capitaliste en ces temps de polarisation.

Une gauche combative pour affronter la droite

Malheureusement pour Díaz, la lutte de Cadix n’a été qu’un avant-goût de ce qui est à venir. Des décennies de croissance imparable des inégalités, de détérioration des conditions de travail, d’extension de la précarité, bref, de privation d’un horizon d’amélioration réelle pour la grande majorité de la classe ouvrière ne disparaîtront pas avec les propositions de Yolanda Díaz.

La menace réelle d’un gouvernement PP et Vox avec ce type de manœuvre ne disparaîtra pas non plus. Le gouvernement de coalition PSOE-UP a été perçu avec d’énormes attentes par des millions de travailleurs et de jeunes, qui, avec leur vote, ont rendu cela possible. Mais la gauche au pouvoir n’a pas tenu ses promesses de changement.

Le cas de la communauté de Madrid est significatif. Renonçant à la mobilisation contre la droite et critiquant Isabel Díaz Ayuso avec une petite bouche, mais faisant une gestion étatique qui continue d’accepter les coupes dans la santé et l’éducation, la spéculation immobilière, les loyers abusifs et les expulsions, qui criminalise la protestation sociale et transforme ses ministères en bastions du régime de 78, le gouvernement de coalition perd sa crédibilité par sursauts tandis que l’extrême droite avance.

Le chant d’accuser les travailleurs et leur « faible conscience » de cette avancée, argument préféré de Pablo Iglesias dans ses derniers articles, ne peut cacher la responsabilité de ces dirigeants d’arriver à ce scénario. C’est précisément cette gauche en retrait permanent qui ouvre la voie à la pénétration de la démagogie réactionnaire. Celui qui ouvre la porte à cette façon individualiste de raisonner quand le chômage et la misère se compriment, celui qui nie avec les faits la réponse collective et organisée des opprimés, celui qui facilite le « sauver celui qui peut ».

Yolanda Díaz est très heureuse de pouvoir rendre visite au Saint-Père à Rome. Son sourire complaisant après son entretien avec le Pape était une déclaration de principes. Rien à voir avec son comportement envers les travailleurs de Cadix, ou les travailleurs du Service d’aide à domicile qui ont campé à Madrid pendant des semaines en lui demandant de les recevoir et de répondre à leurs justes revendications.

img

Malheureusement pour Díaz, la lutte de Cadix n’a été qu’un avant-goût de ce qui est à venir.

C’est de la haute politique qu’on nous dit. Tout comme poser dans des magazines de mode avec des costumes de tailleur élégants. C’est ainsi que le vote modéré, centriste, urbain et cosmopolite est capturé. Pas mal. Continuez. Sur ce chemin, le désastre est garanti, comme le montre l’expérience.

La lutte des classes ne va pas s’arrêter à cause du projet de pays de Yolanda Díaz. Il réapparaît avec force et ce qu’il réclame, c’est une organisation révolutionnaire capable de l’armer d’un programme qui mènera la classe ouvrière à la victoire dans les batailles qui l’attendent. Et apparemment, jusqu’à présent, dans ces batailles, Yolanda Díaz agitera le drapeau de « ni droite ni gauche », prônant la paix sociale et la concorde entre les classes. Nul doute que ses paroles seront célébrées avec enthousiasme sur la barricade d’en face.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 décembre 2021 par dans ESPAGNE, PODEMOS.
%d blogueurs aiment cette page :