NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

La Primaire populaire choisit Mélenchon : 29 soutiens se désolidarisent de la décision !

Que c’est beau ! Celles et ceux qui voulaient relancer une candidate de la gauche traditionnelle se sont heurté à la réalité politique du terrain. Incapables malgré leurs 500.000 voix d’aller chercher les parrainages leur initiative fini par un petit pet !

Leur décision majoritaire, semble-t-il de soutenir Mélenchon alors que ce dernier à dénoncé l’initiative initiale, montre bien la vanité de la démarche qui fit grand tapage dans les médias de salons parisiens !

Un fiasco dont les initiateurs auront du mal à s’en remettre ….nous l’espérons.

Quelque 29 soutiens actifs de la Primaire populaire annoncent dans une lettre aux membres de l’initiative qu’ils se désolidarisent de la décision du conseil d’administration de soutenir Jean-Luc Mélenchon pour l’élection…

Ils sont 29 soutiens actifs de la Primaire populaire à se désolidariser de la décision de l’initiative de soutenir in fine Jean-Luc Mélenchon pour l’élection présidentielle . Dans une lettre destinée aux autres membres, les signataires (dont les réalisateurs et écologistes Cyril Dion et Marie-Monique Robin, ou le leader du groupe Shaka Ponk, Frah) expliquent leur désaccord avec la méthode.  

La primaire populaire, initiative citoyenne qui avait soutenu Christiane Taubira à la présidentielle avant que celle-ci ne jette l’éponge faute de parrainages, a annoncé samedi « soutenir et faire campagne » pour « l’Union populaire » de Jean-Luc Mélenchon. Ce choix a été réalisé après un vote du conseil d’administration de l’initiative. Une décision qui a dérouté de nombreux soutiens puisque c’était l’écologiste Yannick Jadot qui était arrivé deuxième du scrutin de plus de 392.000 votants. 

Voici leur tribune :

Chères amies et chers amis de la Primaire populaire,

Lors du lancement de la Primaire populaire, nous avons été nombreux et nombreuses à rejoindre avec enthousiasme cette démarche visant à rechercher les moyens de parvenir à une victoire des forces écologistes et progressistes à l’élection présidentielle. La belle ambition de mettre fin aux multiples césarismes qui gangrènent la démocratie française a été largement partagée !

Ce qui a suscité notre enthousiasme et notre adhésion n’était pas que la promesse utilitaire d’un outil de conquête du pouvoir plus efficace, disruptif, c’était aussi l’engagement de promouvoir une autre manière de faire de la politique, d’incarner nos valeurs et de redonner aux citoyens la place qu’ils n’auraient jamais dû perdre dans nos processus politiques. Et c’était cette méthode et cette éthique qui semblaient à beaucoup de soutiens de cette initiative le gage de sa réussite.

Ce sont les collectifs que nous avons mobilisés qui ont contribué à l’émergence puis au succès de cette consultation citoyenne, mais aussi les efforts de l’ensemble des équipes opérationnelles et des bénévoles qui ont donné de leur temps sans compter alors que peu de personnes croyaient en ce processus. Qu’iels en soient toutes et tous remerciés.

En effet, l’association 2022 ou jamais, qui porte la Primaire populaire, mettait en avant à la fois un objectif et des modalités permettant d’éviter la reconduction d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, voire, pire encore, l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir.

Ses statuts étaient très clairs :

Cette association a pour objet l’organisation du processus de désignation citoyenne d’une candidature commune pour l’écologie et la justice sociale à la Présidentielle 2022.

Ce processus se décompose en trois phases :

  • l’écriture d’un socle programmatique commun,
  • un parrainage populaire où tout citoyen pourra nommer une personnalité qu’il souhaite voir concourir,
  • une désignation à un tour unique à jugement majoritaire où tout citoyen s’étant préalablement inscrit pour voter pourra donner une mention aux finalistes retenus.)

L’objet de l’association peut être modifié par référendum interne.

Nous avons participé sans hésiter à l’atteinte de ces objectifs, lors de l’élaboration du socle commun, lors des recherches de financement, pour populariser l’initiative, pour faire participer le maximum de personnes, etc…

Nous n’avons jamais hésité à nous impliquer, y compris dans les nombreuses réunions internes à la Primaire populaire.

Nous   avons   constaté   avec   plaisir    que   ces   efforts   collectifs   ont   permis   à   près    de 500 000 personnes de s’impliquer dans le processus.

Force est de constater que, tant sur les objectifs de départ que sur le fonctionnement interne, les évolutions récentes de la Primaire populaire l’ont, selon nous, éloignée fortement des buts originels de cette belle initiative.

Par le vote d’une instance de 30 personnes (le conseil d’administration), la Primaire populaire a choisi le 5 mars dernier de ne plus privilégier la recherche d’un rassemblement des forces progressistes mais de soutenir l’Union populaire dans une logique de vote utile.

Le conseil d’administration a considéré que les conditions n’étaient pas réunies pour consulter l’ensemble des adhérent·es sur ce changement radical d’objectif. Les principes de la démocratie participative que l’appellation Primaire populaire incarne ne permettent pas selon nous qu’une telle décision soit prise en dehors d’une consultation large, et potentiellement de l’ensemble des signataires de la charte de la Primaire, qui représentent aujourd’hui la légitimité de la démarche.

Nous ne pouvons cautionner ces changements tant ils sont loin de ce que nous attendions d’un renouvellement des pratiques politiques et démocratiques. Et nous souhaitons donc nous désolidariser de la nouvelle séquence.

Les réactions nombreuses et déçues qui circulent depuis la décision du conseil d’administration montrent que c’est l’incompréhension qui prédomine et risque de se traduire in fine par un rejet supplémentaire et durable des initiatives citoyennes dans le champ politique, dont l’impact risque d’être extrêmement négatif pour la nécessaire restructuration de nos organisations politiques, bien au-delà des échéances de 2022.

Nous précisons que notre désaccord ne porte pas sur la personne que le conseil d’administration a choisi de soutenir mais sur la méthode.

Dans ces conditions, nous avons la responsabilité de dire publiquement notre désaccord avec le choix effectué pour la suite du projet.

Nous demandons au conseil d’administration de revenir sur la décision adoptée lors de sa réunion du samedi 5 mars.

Les règles de gouvernance collective devront être revues avec l’ensemble des participants si on veut que ce processus puisse continuer en l’état.

Compte-tenu du nécessaire respect de la pluralité d’opinions nous demandons que notre point de vue soit communiqué à l’ensemble des destinataires du mail annonçant la décision du conseil d’administration.

Signataires

  1. Alphandéry Claude, soutien de la Primaire populaire
  2. Baki Youssoufou, délégué général de We Sign It
  3. Blandin Marie, ancienne sénatrice, soutien de la Primaire populaire
  4. Blondin Bernard, membre de l’archipel de l’écologie et des solidarités, coordonnateur local de la PP du département des Landes
  5. Buron Vincent, artiste et soutien de la Primaire populaire
  6. Catoire Agnès, membre de la Convention Citoyenne pour le Climat
  7. Colin Arthur, membre de We Sign It
  8. Contassot Yves, membre de la Convention pour une République écologique
  9. Coulombel Alain, membre du Bureau exécutif d’EELV
  10. De Rostolan Maxime, entrepreneur militant
  11. Dion Cyril, soutien de la Primaire populaire
  12. Duval Guillaume, soutien initial de la Primaire populaire
  13. Frah, Groupe Shaka Ponk
  14. Gèze François, soutien de la Primaire populaire
  15. Gouyon Pierre-Henri, soutien de la Primaire populaire
  16. Guenneau Denis, membre de l’Archipel de l’écologie et des solidarités
  17. Guys Reine, membre de la Convention pour une République écologique
  18. Lastenouse Henri, président de We sign it
  19. Legrain Olivier, soutien de la Primaire populaire
  20. Lenoir Daniel, éditorialiste à Témoignage Chrétien et soutien de la Primaire populaire
  21. Marchandise Charlotte, soutien de la primaire populaire et candidate
  22. Martin Bernard, membre de l’Archipel de l’écologie et des solidarités
  23. Méda Dominique, soutien de la Primaire populaire
  24. Mérieux Roland, membre de l’équipe d’animation nationale d’Ensemble
  25. Robin Marie-Monique, documentariste et écrivaine, soutien de la Primaire populaire
  26. Segers Philippe, membre de l’archipel de l’écologie et des solidarités, co-rédacteur du socle commun de la Primaire populaire
  27. Soulage Bernard, soutien de la Primaire populaire
  28. Toledano Noémie, Secrétaire générale de We sign it
  29. Viveret Patrick, membre de l’archipel citoyen des Jours heureux et de l’archipel de l’écologie et des solidarités, soutien de la Primaire populaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 mars 2022 par dans ELECTIONS, ETAT POLICIER, FRANCE, présidentielles.
%d blogueurs aiment cette page :