NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

CANADA – Les cheminots du Canadien Pacifique votent à une écrasante majorité en faveur de la grève

Tom Hall

Plus de 3.000 cheminots du Canadien Pacifique ont voté à 96,7% en faveur de la grève, a annoncé le syndicat canadien des Teamsters le 28 février. La grève, qui pourrait commencer dès le 16 mars, serait la quatrième au chemin de fer en une décennie, après celles de 2012, 2015 et 2018.

La locomotive numéro 2303 du chemin de fer Canadien Pacifique, à Medicine Hat, Alberta, Canada, cette année (Crédit : utilisateur de Wikimedia J73364)

Les salaires, les pensions et les avantages sociaux sont en jeu pour les travailleurs, qui comprennent des mécaniciens de locomotive, des chefs de train, des agents de train et des agents de triage. Le Canadien Pacifique (CP), qui opère principalement dans l’Ouest canadien et le Midwest américain, est l’un des sept chemins de fer de classe I aux États-Unis.

Le vote de grève est la plus récente indication d’un climat croissant d’opposition et de militantisme parmi les travailleurs des chemins de fer en Amérique du Nord. En janvier, 17.000 chefs de train et ingénieurs de la BNSF ont voté en faveur d’une action de grève contre l’imposition unilatérale par la direction d’une nouvelle politique d’assiduité «Hi-Viz», qui menace d’éliminer le peu de temps personnel dont disposent encore les travailleurs et d’exposer ceux qui ont une grande ancienneté au licenciement. Toutefois, la grève a été bloquée par une injonction de la cour fédérale, qui a été confirmée à plusieurs reprises dans des jugements ultérieurs.

La Brotherhood of Locomotive Engineers and Trainmen (BLET) est une division du syndicat des Teamsters. Cependant, la BLET n’a pas mentionné le vote de grève au CP sur son site Internet ou sur ses pages de médias sociaux, et les Teamsters au Canada n’ont pas non plus mentionné la lutte des travailleurs de BNSF aux États-Unis, ce qui démontre la façon dont les syndicats propatronaux cherchent à isoler et à saboter les luttes des travailleurs en les divisant sur des lignes sectionnelles et nationales.

Au lieu de cela, le BLET a concentré toute son attention à mettre en œuvre l’injonction antigrève et à menacer et intimider les travailleurs qui cherchent à s’y opposer, ou même à parler à la presse. Alors que le vote était toujours en cours au Canada, le BLET réagissait furieusement contre la décision courageuse des travailleurs de fonder le comité des travailleurs de la base de la BNSF [article en anglais].

Dans sa déclaration fondatrice, le comité a déclaré que son objectif était «d’organiser nous-mêmes les travailleurs des chemins de fer comme une source alternative de pouvoir contre la direction, les bureaucrates syndicaux bien nantis et le ‘gouvernement par injonction’». Le comité a déclaré qu’il «ferait appel à nos alliés les plus puissants, la classe ouvrière internationale, pour obtenir un soutien», y compris «les travailleurs des autres transporteurs de classe I qui sont confrontés à des politiques de présence similaires».

Aux États-Unis, la loi antidémocratique Railway Labor Act, promulguée pour la première fois en 1926, vise à rendre les grèves dans les chemins de fer pratiquement illégales. Selon les termes du juge qui a émis l’injonction, la loi établit «un processus obligatoire et ‘pratiquement sans fin’ de ‘négociation, médiation, arbitrage volontaire et conciliation’». En effet, les travailleurs de BNSF ont été maintenus au travail sans contrat pendant deux ans.

Le droit du travail au Canada n’est pas aussi sévère qu’au «pays de la liberté», mais le gouvernement intervient encore régulièrement contre les grèves, en particulier dans le secteur ferroviaire. C’est une pratique courante depuis longtemps, par exemple, que le parlement fédéral adopte une loi spéciale pour interdire une grève particulière et ordonner aux cheminots de reprendre le travail.

Sous l’actuel gouvernement du Parti libéral de Justin Trudeau, la méthode préférée a été de faire appel au service des syndicats pour prévenir ou faire cesser les grèves. C’est l’équivalent canadien de l’administration Biden, qui s’est autoproclamée «la plus prosyndicale de l’histoire américaine», dans laquelle la Maison Blanche utilise la bureaucratie syndicale pour placer les travailleurs de facto sous une forme de tutelle de l’État. Cette stratégie est de plus en plus évidente tant chez BNSF que dans l’industrie pétrolière, où le syndicat United Steelworkers s’apprêteà faire accepter un contrat de capitulation à 30.000 travailleurs de raffineries après plusieurs réunions avec Biden et d’autres responsables gouvernementaux.

Trudeau a pu compter sur les Teamsters pour liquider les grèves du Canadien Pacifique en 2018 [article en anglais] et du Canadien National en 2019 avec des contrats qui renonçaient à toutes les principales revendications des travailleurs. Ces grèves portaient sur les coupes dans les soins de santé, le projet des chemins de fer de passer à des équipes d’une seule personne sur chaque train, et des horaires de travail pénibles – exactement les mêmes problèmes auxquels les travailleurs ferroviaires américains sont confrontés.

Cependant, alors que les Teamsters ont loué avec enthousiasme la position soi-disant plus «modérée» de Trudeau, Ottawa a gardé en réserve la possibilité d’une intervention directe du gouvernement pour criminaliser les grèves. En même temps, le président du syndicat des Teamsters au Canada, François Laporte, s’est engagé à soutenir la rentabilité du CN, déclarant: «Je comprends que nous [le syndicat] devons atteindre les objectifs de rentabilité [de l’entreprise], mais de notre côté, nous devons protéger notre personnel.»

L’expérience canadienne démasque les affirmations intéressées du BLET selon lesquelles l’injonction lui lie les mains. Au nord de la frontière, où les travailleurs se battent contre exactement les mêmes problèmes, le même syndicat sabote leurs luttes sans avoir besoin d’injonctions judiciaires. Cela montre que les syndicats ne sont rien d’autre que des auxiliaires de la haute direction des entreprises et du gouvernement contrôlés par de riches bureaucrates, pour qui les injonctions ne sont que des munitions supplémentaires contre l’opposition des travailleurs de la base.

Il ne fait aucun doute que Biden et Trudeau exerceront de fortes pressions pour empêcher une grève au Canadien Pacifique. Dans les milieux financiers et les grandes entreprises, on s’inquiète des conséquences non seulement économiques, mais aussi géopolitiques que cette grève pourrait avoir sur les chaînes d’approvisionnement. En effet, il s’agissait également de la considération dominante derrière l’injonction à BNSF, puisque le juge Mark Pittman a explicitement fait référence aux chaînes d’approvisionnement dans sa décision initiale et a cité Harry Truman, qui a utilisé des mesures de guerre contre les grévistes pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée.

Une grève au CP pourrait menacer l’approvisionnement en engrais des États-Unis à la veille de la saison des semis, a rapporté Bloomberg News, dans des conditions où les prix des denrées alimentaires sont déjà en hausse en raison de la guerre entre l’Ukraine et la Russie, deux des principaux exportateurs mondiaux de céréales.

Jeudi, le plus grand fournisseur mondial d’éléments nutritifs pour les cultures, Nutrien Ltd, a publié une déclaration appelant le gouvernement Trudeau à intervenir pour bloquer la grève, écrivant: «Nous serions très déçus de voir un conflit de travail avoir un impact aussi important sur les chaînes d’approvisionnement agricoles mondiales et, par conséquent, nous espérons que le gouvernement canadien envisagera d’intervenir pour éviter une autre crise du transport.»

Alors que Nutrien cite de façon cynique l’inquiétude pour les approvisionnements alimentaires mondiaux comme sa motivation, des intérêts matériels plus grossiers sont à l’œuvre. Une grève pourrait menacer la capacité de l’agro-industrie nord-américaine à tirer parti de la hausse des prix des denrées alimentaires et à engranger des superprofits à la suite du conflit en Ukraine, qui a été alimenté et encouragé par les États-Unis et l’OTAN.

Malgré les déclarations officielles sur l’inviolabilité des chaînes d’approvisionnement, le petit groupe de fonds spéculatifs et de riches investisseurs qui contrôle l’industrie ferroviaire a mis à mal la main-d’œuvre et l’infrastructure des chemins de fer dans leur volonté d’extraire le moindre centime de profit. BNSF appartient à Berkshire Hathaway, qui appartient à son tour à Warren Buffett, la huitième personne la plus riche du monde, avec une fortune de plus de 110 milliards de dollars. Bill Gates, la quatrième personne la plus riche, est le principal actionnaire du Canadien National (CN).

Le fonds spéculatif londonien grotesquement mal nommé The Children’s Investment Fund Management (TCI) est le principal actionnaire du CP, mais possède également une participation importante dans le CN, une société rivale. Dans les deux entreprises, TCI fait pression pour une plus grande consolidation et des coupes massives. Des décennies de consolidation dans le secteur ont réduit le nombre de chemins de fer de classe I aux États-Unis de plusieurs centaines à sept, et ce nombre sera bientôt réduit à six en raison de la fusion de 31 milliards de dollars entre le Canadien Pacifique et le Kansas City Southern (KCS) conclue à la fin de l’année dernière. La nouvelle société s’appellera Canadian Pacific Kansas City.

KCS, bien qu’il soit le plus petit et le plus faible des chemins de fer de classe I, contrôle néanmoins des liaisons ferroviaires vitales entre le Sud-Ouest américain et le Mexique. La fusion créerait «le premier chemin de fer transnational du monde», selon un commentateur de l’industrie, avec un réseau unique s’étendant des champs pétrolifères et des producteurs de cultures des provinces des Prairies du Canada aux grandes installations portuaires de La Nouvelle-Orléans et de Houston, jusqu’à l’État mexicain de Veracruz sur la côte du golfe du Mexique.

Pour montrer à quel point l’industrie est contrôlée et manipulée par une petite poignée d’aristocrates financiers, TCI a pris des mesures énergiques contre l’offre du CN pour Kansas City Southern afin d’empêcher une guerre d’enchères et de garantir le succès de l’offre du CP. Elle fait maintenant campagne pour que le CN réalise d’importantes économies, en invoquant la concurrence imminente due à la fusion de ses rivaux, qu’elle a elle-même largement contribué à négocier.

Les syndicats, même ceux qui opèrent dans plusieurs pays, cherchent à diviser les travailleurs selon leur nationalité et n’ont aucune réponse à l’assaut incessant contre le niveau de vie et les conditions de travail. La classe ouvrière doit opposer à la stratégie mondiale de consolidation et de réduction des coûts des capitalistes sa propre stratégie internationale, fondée sur l’unité des cheminots des États-Unis, du Canada, du Mexique et du monde entier. Cela implique l’organisation d’un réseau de comités de la base indépendants des syndicats, afin de mener une lutte unie contre les horaires brutaux, les réductions de salaires et d’avantages sociaux et la détérioration des infrastructures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 mars 2022 par dans Actualités des luttes, CANADA, CHEMINOTS.
%d blogueurs aiment cette page :