NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Masculinité martiale et populisme autoritaire

isabell lorey sur la montée du populisme autoritaire en Europe et au-delà.

Trente-trois ans après la chute du mur de Berlin, la pensée de bloc est de retour. L’« Ouest » démocratique contre l’« Est » autoritaire. Les alliances autoritaires en « Occident » reculent en toile de fond, la critique des ombres chroniques de la démocratie libérale se tait. Les États récemment accusés de menacer la démocratie et l’État de droit sont adoptés. Ils appartiennent une fois de plus au « Nous » démocratique. Avec la guerre en Ukraine, l’autoritarisme en « Occident » est extériorisé au régime de Poutine. Mais le populisme autoritaire se développe en Europe depuis longtemps au milieu de la démocratie libérale, dans des États qui prétendent être illibéraux, mais pas seulement là-bas. La pandémie a intensifié cette transformation néolibérale-autoritaire. Lorsque les incertitudes augmentent et entraînent la contrainte de contrôler, toutes les parties ont recours à l’identitarisme, comme s’il n’y avait jamais eu de critique à ce sujet.

La guerre est une période de renationalisation, une période où l’unité est appelée par toutes les parties. Mais la pandémie a déjà ramené les frontières intérieures de l’Europe et la gestion des chiffres dans des cadres nationaux. Dans la lutte contre la pandémie, une re-familiarisation était observable au sens hétéronormatif traditionnel. [1] Contrairement à l’argument selon lequel la société est divisée en un groupe de raisonnables, observateurs des règlements pandémiques, et un groupe de ceux qui refusent la vaccination et font appel à la liberté, ce que l’on peut voir ici est plutôt deux lignes d’autorisation croissante de la société néolibérale, intégrées dans un nouveau Biedermeier. [2] Bien sûr, un tournant autoritaire dans la partie libérale-démocratique de l’Europe doit être retracé au moins aux politiques d’austérité de l’Union européenne à la suite de la crise financière et économique de 2007/08, et au-delà au démantèlement néolibéral et à la transformation de l’État-providence qui a eu lieu au cours des deux dernières décennies au moins, et ses interpellations individualisantes de responsabilité personnelle. Sans vouloir interpréter une quelconque linéarité du développement autoritaire, je tiens à souligner l’exactitude et la perspicacité profonde de la pensée de Stuart Hall au début de la gouvernance néolibérale (c’est-à-dire à la fin des années 1970 dans le contexte du gouvernement Thatcher) lorsqu’il a introduit le terme « populisme autoritaire » et l’a décrit comme un aspect de la forme libérale-représentative de la démocratie. [3]

Les forces autoritaires-populistes et illibérales s’appuient sur les inégalités constitutives et les modèles de domination de la démocratie libérale moderne. L’une des principales apories de la démocratie libérale est que les processus de démocratisation peuvent se produire sans changer cette forme de démocratie dans sa forme masculine, bourgeoise et exclusive de base. Stuart Hall a précisé que le « populisme autoritaire » n’émerge pas de rien. Elle a de longues continuités et se renouvelle de l’intérieur du centre bourgeois de l’ordre social. Les moyens récurrents de mobilisation autoritaire-populiste sont les « paniques morales », alimentées par des questions comme la sécurité, la migration et la libéralisation sexuelle. Le populisme autoritaire cible directement les formes plus libres de régimes de genre et de sexualité.[4]

La dualité de la masculinité martiale

Dans sa déclaration télévisée contre « l’Occident » le 24 février 2022, jour de l’invasion de l’Ukraine, Vladimir Poutine annonçait, entre autres : « À proprement parler, les tentatives de nous utiliser dans leur propre intérêt n’ont cessé que tout récemment : ils ont cherché à détruire nos valeurs traditionnelles et à nous imposer leurs fausses valeurs qui nous éroderaient, notre peuple, de l’intérieur, les attitudes qu’il a agressivement imposées à ses pays, des attitudes qui conduisent directement à la dégradation et à la dégénérescence, parce qu’elles sont contraires à la nature humaine. Les « fausses valeurs » en jeu ici, qui « érodent » et « dégénèrent » les « valeurs traditionnelles », sont des formes de vie lesbiennes, gays et queer. Depuis des années, Poutine maudit tout ce qui remettrait en question les « valeurs traditionnelles » du dualisme sexuel biologique et de l’hétéronormativité patriarcale. Avec les forces orthodoxes russes, le régime de Poutine s’est de plus en plus battu contre l’homosexualité, les personnes trans et le mouvement LGBTIQ. La crainte que des formes de vie non hétéronormatives puissent affaiblir la société, l’État et la religion a continué de croître parmi les conservateurs russes. [6] Mais l’utilisation par Poutine de raisonnements transphobes et homophobes pour justifier l’attaque contre l’Ukraine signale une toute nouvelle dimension. L’antilibéralisme, le populisme autoritaire et le culte de l’homme fort et hétérosexuel se fondent ici pour légitimer la guerre.[5][7]

Un autre élément réactionnaire de cette guerre est qu’elle se constitue en termes d’identités biologistes, binaires et de politique identitaire réactionnaire du populisme autoritaire des côtés russe et ukrainien. Les revendications d’un peuple homogène, d’une patrie, d’une nation exigent nécessairement le caractère sans ambiguïté de deux genres : une masculinité qui se bat à mort pour la patrie d’une part et des femmes responsables de la reproduction de la nation d’autre part. En Ukraine, les femmes sont les seules autorisées à fuir avec les enfants et les personnes âgées. Pour tous ceux qui n’ont pas la citoyenneté ukrainienne et pour tous ceux qui ne semblent pas européens, l’évasion et l’accès au soutien sont rendus difficiles à tout le moins. Le racisme des politiques de réfugiés et de migration le long des frontières européennes est à nouveau évident. Tous les hommes ukrainiens âgés de 18 à 60 ans doivent, selon la logique de la masculinité patriarcale réactionnaire, rester dans le pays et se battre, pour la patrie, pour la patrie. Ils sont brutalement restreints, empêchés de traverser la frontière nationale, de quitter la guerre, de déserter, d’échapper à la guerre sur le territoire national. Les personnes trans et non binaires qui ont (encore) une entrée de genre masculin dans leur passeport sont forcées par cette mobilisation de tous les « hommes » de survivre dans cette masculinité binaire et brutalement réactionnaire. Même si des milieux queer animés existaient à Kiev et dans d’autres endroits avant l’attaque russe, il est très difficile en Ukraine de changer de sexe officiel, le processus restant lié à des rapports psychologiques et manquant de sensibilité. De nombreuses transitions ont donc lieu « en privé » et sans accompagnement médical. [8] En temps de guerre, cette vie privée devient encore plus précaire, sujette à la violence sexuelle croissante de la masculinité qui lutte activement et qui est à peine vivable. Et pourtant, il a été possible d’organiser des espaces sûrs pour les personnes queer et trans en fuite dans plusieurs endroits en Ukraine. [9]

La figure du leader masculiniste autoritaire incarné par Vladimir Poutine n’est que la pointe de cet identitarisme martial-masculiniste interprété et réalisé au nom d’un « peuple » national prétendument unifié. Volodymyr Zelensky est stylisé comme la figure opposée, assumant le rôle voulu de « héros tragique »: le comédien élu président de l’Ukraine était tenu par la guerre d’agression de la Russie de faire de « la violence un mal nécessaire ». La représentation de la masculinité par Zelensky le dépeint comme héroïque, humble, vulnérable et exigeant. Poutine, d’autre part, est le monstre froid ou fou. David contre Goliath – la dualité de la masculinité martiale. La masculinité célébrée autour de Zelensky n’est pas moins largement caractérisée par le militarisme, précisément dans la mesure où ce dernier exige à plusieurs reprises non seulement la livraison d’armes, mais aussi une intervention de l’OTAN lors de ses nombreuses apparitions en direct dans les parlements nationaux et à l’assemblée de l’ONU. Ce faisant, il fait consciemment progresser la militarisation dans l’UE et, en même temps, il risque constamment – au moins rhétoriquement – une autre guerre mondiale. Comprendre ce retour de la masculinité martiale héroïque comme un symptôme apparent de l’échec de la politique de sécurité mondiale, dans la mesure où « l’Occident » n’intervient pas militairement et où les hommes ukrainiens sont laissés seuls pour défendre leur pays[11], c’est sous-estimer de manière spectaculaire l’expansion multidimensionnelle du populisme autoritaire, capable d’affirmer à nouveau la masculinité patriarcale, violente et hétéronormative comme la « nouvelle normalité » d’une nation apte à la guerre.[10]

L’UE et le soi-disant « Occident » se constituent à nouveau sur le modèle d’un identitaire homogénéisant, que la représentation de l’unité et de l’accord au sein de l’UE et avec les États-Unis est censée établir. Des positions illibérales s’intègrent, appartenant une fois de plus à « l’Occident » libéral qui prétend une fois de plus défendre ses « valeurs » identitaires dans l’unité. Gouverner ce « tournant de l’histoire » militarisé (ou Zeitenwende, le terme utilisé par le gouvernement fédéral allemand) est le diktat d’unité de la souverainisation collective, à établir et à sécuriser notamment par l’indépendance vis-à-vis de la chaîne d’énergie et d’approvisionnement du gaz russe. Le désir « occidental » d’autonomie et d’indépendance (au printemps 2022, le gaz est toujours livré à l’Allemagne depuis la Russie) n’est pas simplement nationaliste ; c’est l’expression d’une pensée de bloc protectionniste.

Ancrée dans des contextes populistes autoritaires, une souverainisation martiale du bloc de « l’Occident » se fera au prix d’une multiplicité de toutes sortes, même dans des endroits qui se considèrent comme libéraux, et elle créera des points de connexion avec les constructions identitaires réactionnaires et exclusives qui rejettent non seulement la parité des sexes, mais aussi l’égalité sociale en général. [12] La transformation écologique est également laissée sans place en temps de guerre. L’élimination progressive du charbon est reportée, l’énergie atomique est écoblanchi. L’augmentation extrême des coûts d’armement et des dettes budgétaires qu’ils entraînent entraînera également des coupes et des reculs supplémentaires dans la protection sociale et les soins de santé et exacerbera encore les inégalités et la précarisation. [13]

Depuis un certain temps, un argument clé du populisme autoritaire « occidental » est que l’antiracisme, la critique du colonialisme et l’ouverture multiple des normes binaires patriarcales de genre affaiblissent et vident la démocratie libérale et érodent l’estime de soi patriarcale-masculiniste. La « politique identitaire » de gauche a été accusée d’avoir donné à Poutine des raisons pour une guerre d’agression. Que la guerre entraîne la renaissance d’une masculinisation patriarcale brutale est accueilli dans l’espoir que la supériorité dominante puisse à nouveau être démontrée vis-à-vis des non-civilisés et des monstres. La critique de la démocratie libérale et la revendication de l’égalité et de la liberté pour de multiples modes de vie sont des positions considérées, au mieux, comme appropriées pour les temps de paix.[14]

L’identité du « peuple » et des « valeurs occidentales »

C’est là qu’il devient fondamentalement évident que la montée des discours autoritaires-populistes et de la politique illibérale n’est pas une négation ou un Autre de la démocratie libérale, mais une intensification renouvelée des inégalités constitutives, en particulier l’inégalité des sexes et le sexisme, de cette forme de démocratie dans les sociétés capitalistes. [15] Le genre et la sexualité ne sont pas seulement des sujets ou des contenus qui alimentent la mobilisation de la droite. La propagation d’une différence de genre « naturelle » va de pair dans le discours autoritaire-populiste avec une (re)traditionalisation des relations patriarcales-hétéronormatives entre les sexes. Dans le même temps, la notion de genre naturalisée par des biologistes enracine davantage les inégalités sociales dans la société dominante sur lesquelles repose la stabilisation d’une masculinité hégémonique reformulée. [16] Ce type de masculinité basée sur la supériorité est inséparable de la refiguration nationaliste de la blancheur, qui, dans la reformulation d’un racisme biopolitique issu du XIXe siècle, facilite l’interpellation d’un « peuple sain », « pur », « blanc » via des questions de « genre », de « famille », d’« identité ».[17]

Ce « peuple » identitaire et ethnicisé est naturalisé comme pré-politique. Basé sur l’antagonisme discursif entre « eux » et « nous », ou « les élites » contre « le peuple », le populisme autoritaire prétend créer une identité avec le « vrai peuple ». Dans le bloc idéologique de « l’Occident », les « valeurs occidentales » identitaires se substituent aux peuples de la nation, tandis que la logique identitaire reste la même.

  1. Le tournant autoritaire néolibéral est soutenu principalement par des discours identitaires et authentiques, et donc la représentation culmine idéalement dans la figure d’un leader masculiniste. Les stratégies discursives sur l’identité du « peuple » maintiennent la forme représentative de la démocratie et suggèrent des solutions à sa crise. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, ces idées de pureté identitaire ont été unifiées avec des fantasmes tenus par beaucoup d’un corps indemne et non contaminé, de liberté individualisée et d’autodétermination, et en tant que tels, ils ont trouvé une large résonance parmi les mouvements « Querdenker*innen » et anti-vaxxer.

Le « peuple » constitué en termes identitaires s’oppose depuis longtemps non seulement aux « élites politiques » et aux migrants. Les soi-disant « genderistes » et féministes, les militants LGBTI* et des droits de l’homme sont marqués comme des « ennemis du peuple », parce qu’ils refusent la reproduction dans l’esprit de la fortification patriarcale-racialisée de la nation. Le mouvement politique mondial contre le mariage homosexuel, le droit à l’avortement et le « politiquement correct », lui-même totalement contradictoire, a été enflammé à plusieurs reprises par le Vatican, qui a inventé et diffusé avec succès la terminologie de « l’idéologie du genre ». Le discours anti-genre qui s’étend loin dans la bourgeoisie libérale permet simultanément de considérer que la violence à l’égard des femmes, des personnes queer et trans en public est une question de transgressions individuelles ou d’actes liés à des « problèmes relationnels » dans la sphère privée, et qu’elle extériorise structurellement cette violence en tant qu’effets d’un patriarcat non éclairé de « l’Autre ».[18][19]

Formes de vie contre l’intervalle du libéralisme et du populisme autoritaire

Après plusieurs décennies de sédimentation des conditions néolibérales individualistes et individualisantes, la question se pose de plus en plus de savoir comment les vulnérabilités et la précarité peuvent être problématisées au-delà des constructions identitaires, et comment elles peuvent être pensées et politisées au milieu de connexions et d’affections mutuelles non trompeuses. Que signifie s’accrocher à l’identité quand même une guerre identitaire masculiniste réactionnaire peut être menée contre des formes de vie queer sous ce drapeau ? En période de renationalisation, de conjoncture renouvelée de souveraineté populaire, d’affinités de blocs et de politiques migratoires profondément racistes fondées sur la citoyenneté, il ne peut y avoir de politique identitaire de gauche. Si nous voulons comprendre la démocratie d’une manière fondamentalement différente – sans la nation, sans le peuple, sans pensée de bloc – nous devons cesser d’approuver les constructions identitaires et – pour le dire dans les termes de Foucault – affirmer ce que nous pouvons devenir dans le présent sans attachements identitaires, comment nous pouvons devenir différents, comment nous pouvons nous subjectiviser[20]

Cela signifie continuer à prendre les luttes comme point de départ et à rafraîchir les façons dont cela se fait. Cela signifie le refus et la désertion, le rejet des impositions et des blessures des conditions de domination existantes et leur rupture durable et leur transformation. La politique identitaire et ses formes d’organisation correspondantes ne sont pas à la hauteur de cette tâche. Les pratiques d’évasion signifient partir stratégiquement, déserter non seulement la guerre, mais aussi les conditions néo-démocratiques / libérales dominantes, les pratiques d’improvisation et d’invention, pratiques qui peuvent être vues dans les luttes communes. Partir des luttes contre le racisme permet de saisir les (re)formations du racisme à travers la résistance définie par les migrants plutôt que par des positionnements produits par le racisme et confondus avec des identités. [21] Dans les luttes transnationales queer-féministes contre la violence infligée aux corps féminisés, ce qui est tenu en commun n’émerge pas à travers les identités mais à travers des expériences connectées et le « questionnement situé et transversal de la violence », comme Verónica Gago et d’autres l’ont clairement indiqué à propos du mouvement Ni Una Menos en Amérique latine. [22] Se concentrer sur les dépendances mutuelles et les relations de soins, c’est démanteler la figure patriarcale-masculiniste et colonisatrice du sujet autonome indépendant des autres qui exploite les soins dévalorisés et féminisés et le travail reproductif dans le modèle familial hétéronormatif. Prendre comme point de départ les relations non moralement connotées de soins endettés n’est pas nier les ambivalences de soins entre le pouvoir, le soutien et la violence. Ce type de perspective correspond à une inclusion radicale de toutes les pratiques de soins non binaires qui soulignent les dépendances mutuelles. Lorsque nous prenons comme point de départ les pratiques de soins endettés, nous vivons dans les sous-communes, incapables de souveraineté, dans des soins mutuels. « Le sous-commun est le refus de l’interpersonnel, et par extension de l’international, sur lequel la politique est construite. Être sous-commun, c’est vivre incomplet au service d’une inachèvement partagée, qui reconnaît et insiste sur la condition inopérante de l’individu et de la nation alors que ces fantasmes brutaux et insoutenables et tous les effets matériels qu’ils génèrent oscillent dans l’intervalle de plus en plus court entre le libéralisme et le fascisme. Au-delà de cet intervalle de populisme autoritaire, le fait d’être placé dans les soins rend possible la désujération, non pas comme une privation, mais comme de nouveaux modes de subjectivation qui émergent par l’affection des corps et des choses environnantes. Contre la militarisation, l’armement et les masculinités martiales, il est possible d’expérimenter une démocratie du soin qui affirme et étend au-delà de toutes les frontières l’hétérogénéité de la multitude. Ni le peuple, ni la souveraineté, ni la nation.[23] [24] 


notes

[1] Cf. Mike Laufenberg, Susanne Schultz, „The Pandemic State of Care: Care Familialism and Care Nationalism in the COVID-19-Crisis. The Case of Germany”, Historical Social Research 4 (2021), 72-99.

[2] Cf. Isabell Lorey, “„Corona Effects: After Prevention, Just In Time: Digitalization and Contact Phobias”, in Isabella Kohlhuber, Oliver Leistert (Eds.), Hamburg Maschine revisited: Artistic and Critical Investigations into Our Digital Condition, Hamburg: Adocs 2022.

[3] Stuart Hall, “Popular-Democratic vs Authoritarian Populism”, in Alan Hunt (ed.), Marxism and Democracy, London 1980, 157–180. For an actualization, see also Alex Demirović, “Autoritärer Populismus als neoliberale Krisenbewältigungsstrategie,” PROKLA. Zeitschrift für kritische Sozialwissenschaft 190, 48:1 (2018), 27–42.

[4] Stuart Hall, „Authoritarian Populism: A Reply to Jessop et al.,” New Left Review 151, 26:3 (1985), 115–124, here 116.

[5] Putin’s address cited in the German original of this text from Deniz Yücel, “Hass auf Homosexuelle. Die radikalen Putin-Sätze, die zu wenig Beachtung gefunden haben”, Die Welt, 28 February 2022, https://www.welt.de/kultur/plus237198075/Putin-und-die-Entartung-Kriegsgrund-Schwulenhass.html (An English translation of Putin’s address is available at: https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-02-24/full-transcript-vladimir-putin-s-televised-address-to-russia-on-ukraine-feb-24)

[6] An obvious symptom is the law against “homosexual propaganda” passed in 2013, which resulted in a rise in discrimination and hate crimes against LGTB persons. LBTB events and projects have since been banned under the pretext of child protection (and the accusation of “pedophilia”). (Cf. among others Razhana Buyantueva, “LGBT-Bewegung und Homophobie in Russland”, Bundeszentrale für politische Bildung, online 19 Februar 2018, https://www.bpb.de/themen/europa/russland-analysen/264904/analyse-lgbt-bewegung-und-homophobie-in-russland/; “Die Situation von LGBT in Russland”, Deutsches Institut für Sozialwirtschaft, 22 March 2021, https://echte-vielfalt.de/lebensbereiche/lsbtiq/die-situation-von-lgbt-in-russland/).

[7] On this amalgam, see also Yücel, “Hass auf Homosexuelle”.

[8] Cf. Muri Darida, “Trans Menschen in der Ukraine. Kein Mann und trotzdem zum Bleiben gezwungen”, Zeit-online /ze.tt, 15 March 2022, https://www.zeit.de/zett/queeres-leben/2022-03/trans-menschen-ukraine-militaer-mann.

[9] The human rights activist Maryna Shevtsova of the University of Ljubljana (https://marynashevtsova.com/) writes that these safe spaces are in urgent need of support: money, hormones, shampoo, tampons, which activists should bring to countries bordering the Ukraine such as Slovakia so that they may be transported to Ukrainian shelters (see also Darida, “Trans Menschen in der Ukraine”, https://www.zeit.de/zett/queeres-leben/2022-03/trans-menschen-ukraine-militaer-mann).

[10] Jagoda Marinić, “Männlich”, Süddeutsche Zeitung, 25 March 2022; see also Annalisa Merelli, “Man of the hour: The redefinition of masculinity is playing out in the fight between Zelensky and Putin”, Quartz, 8 March 2022, https://qz.com/2135829/why-the-world-likes-volodymyr-zelenskyy/.

[11] Marinić, “Männlich”.

[12] Cf. Birgit Sauer, “Authoritarian Right-Wing Populism as Masculinist Identity Politics. The Role of Affects,” in Gabriele Dietze, Julia Roth (eds), Right-Wing Populism and gender. European Perspectives and Beyond, Bielefeld 2020, 25–44.

[13] Cf. “#Der Appell”: “Preserving Democracy and the Welfare State. No Armament in the Basic Law!”, which tens of thousands of people in Germany have signed in a very short time (https://derappell.de/en/).

[14] In this regard, see the perspective of the US-based conservative Italian journalist Federico Rampini, “Perché l’Occidente è arrivato impreparato all’invasione di Putin?“ (“Why was the West unprepared for Putin’s invasion?”), Corriere della sera, 9 March 2022, https://www.corriere.it/politica/22_marzo_09/putin-sottovalutato-democrazie-4f53849a-9f1a-11ec-937a-aba34929853f.shtml.

[15] Cf. Birgit Sauer, “Demokratie, Volk, Geschlecht. Radikaler Rechtspopulismus in Europa”, in Katharina Pühl, Birgit Sauer (eds.), Kapitalismuskritische Gesellschaftsanalyse. Queer-feministische Positionen, Münster 2018, 178-195.

[16] Cf. among others Agnieszka Graff, Ratna Kapur, Suzanna Danuta Walters, “Introduction. Gender and the Rise of the Global Right”, Signs. Journal of Women in Culture and Society 3 (2019), 541-560.

[17] Cf. Michel Foucault, Society Must be Defended: Lectures at the Collège de France 1975–1976, New York 2003.

[18] Already in 2001, Pope Johannes Paul II spoke of “specific ideologies of ‘gender’” (Elizabeth S. Corredor, “Unpacking ‘Gender Ideology’ and the Global Right’s Anti-Gender Countermovement”, Signs. Journal of Women in Culture and Society 44:3 (2019), 613–638, here 615; see also Mary Anne Case, “Trans Formations in the Vatican’s War on ‘Gender Ideology’”, ibid., 639–664). Pope Francis spoke firmly on a “Gender Ideology” in his Encyclical Letter. Laudato Si of the Holy Father Francis – On Care of for Common Home, May 24, 2015, para 155, vatican.va. – In his speech before Polish bishops in the context of World Youth Day in Krakow in 2016, he called for the rescue of humanity from gender ideology. In March 2019, the Vatican’s UN representative, Filipino Archbishop Bernardito Auza, further escalated the “danger” of “gender ideology” in his talk in New York, as a “threat for the future”, primarily, that of the children, and as a “step back for humanity” (see Salvatore Cernuzio, “The Holy See Against Gender Ideology: A Danger to Humanity. Sex is Not a Subjective Choice”, La Stampa, March 22, 2019). This campaign was taken up by many right-wing extreme politicians with and without connections to the Catholic church.

[19] On femicides in a European comparison in 2017, see europeandatajournalism.eu. – Deadly violence against trans*women does not appear in any police statistics. All of these femicides are political murders and not crimes in the private sphere.

[20] Cf. Michel Foucault, Remarks on Marx. Conversations with Duccio Trombadori, New York 1991, 46-47.

[21] Cf. Dimitris Papadopoulos, Niamh Stephenson, Vassilis Tsianos, Escape Routes. Control and Subversion in the 21st Century, London: Pluto Press 2008.

[22] Verónica Gago, Feminist International. How to Change Everything, London: Verso 2020.

[23] Cf. in detail Isabell Lorey, Democracy in the Political Present. A Queer-feminist Theory, London: Verso 2022.

[24] Stefano Harney, Fred Moten, All Incomplete, London: Minor Compositions 2021, p. 122.


Source > blog Verso

Lectures complémentaires > Isabell Lorey

Rejoignez le club de lecture Verso > ici


Le comité de rédaction de la Résistance anticapitaliste n’est peut-être pas toujours d’accord avec tout le contenu que nous republions, mais estime qu’il est important de donner aux voix de gauche et progressistes une plate-forme et de développer un espace de débat et de désaccord.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 avril 2022 par dans ANALYSE, MACHISME.
%d blogueurs aiment cette page :