NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

4ans déjà ! On n’oublie pas, On ne pardonne pas ! Justice pour Zineb Redouane et pour toutes les victimes de violences policières !

4 ans déjà que la police tuait Zineb Redouane, 80 ans, à la fenêtre de son appartement d’un tir de grenade au visage. 4 ans que la violence d’état a été la seule réponse donnée à celles et ceux refusant un système et des institutions qui méprisent et laissent mourir dans l’indifférence les plus précaires. 4 ans de déni de justice. On n’oublie pas. Commémoration vendredi 2 décembre à 18h devant l’immeuble de Zineb Redouane au 12 rue des Feuillants
On pardonne pas. Manifestation Vieux-Port Samedi 3 décembre à 14h

4 ans déjà ! 4 ans que la police tuait Zineb Redouane, 80 ans.
Samedi 1er décembre 2018, les manifestations contre le logement indigne, celle pour l’écologie et les gilets jaunes convergent dans le centre-ville de Marseille. L’atmosphère est tendue et les forces de l’ordre saturent l’air de gaz lacrymogène tout autour de Noailles. Zineb Redouane sort à sa fenêtre pour fermer ses volets. Elle est alors mise en joue par un CRS qui lui tire une grenade lacrymogène en pleine tête. Zineb crie « Il m’a visé ! Il m’a tiré dessus ».

Immédiatement après le tir qui a coûté la vie à Zineb, la machine institutionnelle se met en marche pour travestir les faits et ne pas reconnaître le meurtre policier.

Malgré l’autopsie, qui ne laissait aucun doute quant à la cause du décès de Zineb Redouane, le procureur général attribuera sa mort à un choc opératoire.
Une enquête préliminaire est ouverte le 4 décembre 2018 : aucun des policiers présents ne voudra identifier le tireur, le capitaine de la compagnie de CRS refusera de donner les armes utilisées à l’IGPN, qui à sont tour, annoncera que la caméra couvrant la zone était défectueuse.
Bien évidemment, le ministre de l’Intérieur affichera son soutien aux forces de l’ordre et niera leur responsabilité, orientant de fait l’enquête de l’IGPN.
Le 25 décembre le procureur d’Alger ouvre une autre enquête préliminaire sur ce décès. Une seconde autopsie réalisée en Algérie complètera la première et indiquera que le traumatisme dû au choc de la grenade est directement responsable de la mort de Zineb Redouane.

Devant l’inaction du parquet de Marseille, la famille de Zineb porte plainte pour violence entrainant la mort et demande le dépaysement de l’enquête. Depuis celle-ci n’avance quasiment plus et l’auteur du tir mortel identifié continue d’exercer chez les CRS.

Depuis 4 ans aujourd’hui, dès le 5 novembre, les rues de Marseille s’emplissent du recueillement et de la colère des Marseillais•ses venu•e•s de tous les quartiers de la ville, de Gilets Jaunes, de Marseille et de toute la région. Tou·te·s rassemblé·e·s contre un système et des institutions qui méprisent et laissent mourir dans l’indifférence les plus précaires, n’ayant pour seule réponse que la violence d’Etat.

Cette stratégie du déni qui implique toujours plus de violence policière, en s’appuyant sur une très forte répression judiciaire pour la légitimer est devenu systématique. Chaque fois que nous nous sommes levé.es pour dire non aux réformes antisociales mises en place par le gouvernement, nous avons été réprimé.e.s dans la violence.Pas moins de 3700 procès ont été recensés pendant les mobilisations contre la loi travail en 2016, 400 peines de prison ferme ont été prononcées pendant le mouvement des Gilets Jaunes. Durant la crise du Covid19, la police a tué pas moins de 12 personnes, en particulier dans les quartiers populaires où les violences racistes de l’Etat français sévissent depuis bien longtemps, et sous couvert d’Etat d’urgence. Et tout ceci continue : au mois de novembre cette année, on compte déjà 19 personnes tuées par les forces de l’ordre, dont 14 pour un « refus d’obtempérer ». Réprimer, mutiler, tuer, puis nier. Voilà la réponse de l’Etat et de son bras armé : la police. Zineb Redouane en a elle aussi été la victime.

Pour la vérité et la justice pour les victimes de la police et de l’Etat, nous continuons et continuerons le combat. Pour ne pas oublier celles et ceux dont la vie a été enlevée ou détruite par les forces de l’ordre nous continuons et continuerons à être là. Parce que nous ne voulons pas de la répression et de la police comme seule réponse dans nos quartiers, nos manif’ et nos vies, nous continuons et continuerons à nous mobiliser.

Mobilisés pour réclamer « Justice pour Zineb et Yanis »

Un hommage a été rendu, samedi, à l’octogénaire décédé il y a 4 ans d’un tir de grenade d’un CRS, rue des Feuillants. Amnesty veut sortir l’affaire de l’étouffoir.

C’est bien le secrétariat international de l’ONG basée à Londres qui a décidé de donner une portée mondiale à l’affaire Zineb Redouane en l’inscrivant dans son opération « 10 jours pour signer ». Amnesty veut mobiliser les opinions publiques « pour que justice soit rendue » à l’occasion de son plus important événement de défense des droits humains.

Des militants des sections locales d’Amnesty International étaient mobilisés samedi sous l’ombrière pour affirmer leur soutien à Zineb, cette Marseillaise de 80 ans décédée le 2 décembre 2018 en marge des manifestations de Gilets jaunes et contre le mal-logement après le drame de la rue d’Aubagne qu’elle regardait de sa fenêtre rue des Feuillants à deux pas de la Canebière. Environ 200 grenades avaient été tirées ce soir-là. La vieille dame a été touchée en plein visage par une grenade lacrymogène tirée par un CRS. Quatre ans plus tard, l’information judiciaire qui a été depuis transférée à deux juges d’instruction du tribunal judiciaire de Lyon est en rade.

« L’affaire Zibeb Redouane est emblématique des violences policières en France et de la difficulté pour les victimes d’avoir accès à la justice pour des violences policières. Cette campagne est destinée à avoir de la visibilité en France et partout dans le monde », déclare Quitterie Berchon pour Amnesty. La pétition où figure Zineb Redouane a été diffusée dans 14 pays comme le Maroc, la Slovaquie, la Côte d’Ivoire, le Japon, la Thaïlande, les États-Unis, le Royaume-Uni, la Turquie, etc. « Des ateliers sur les droits humains y sont organisés pour parler du cas de Zineb avec les 9 autres aussi. » La pétition est ouverte jusqu’au 13 décembre. Elle a déjà été signée par 15 657 personnes.

D’autres militants sous l’ombrière ont joint le cas de Zineb à celui de Yanis, un garçonnet de 8 ans fauché le 5 février 2022 sur un passage piéton par une automobiliste près de Perpignan. « Justice pour Yanis et Zineb », clamaient-ils. La famille nourrit le soupçon de bienveillance à l’égard de la conductrice qui a deux fils gendarmes. Leur avocat s’est vu refuser un supplément d’information au procès qui s’est tenu fin septembre où le parquet a requis 5 ans de prison avec sursis et 18 mois de suspension de permis. Le délibéré est fixé au 14 décembre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 décembre 2022 par dans BAVURE POLICIERE, ETAT POLICIER, FRANCE, MARSEILLE, VIOLENCES POLICIERES.
%d blogueurs aiment cette page :