NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

NAO : Mouvement de grève, au sein des deux sites de Sanofi, à Amilly pour des augmentations de salaire !

La moitié des salariés en CDI des sites de production et de distribution du groupe pharmaceutique Sanofi, à Amilly, est mobilisée depuis l’ouverture des négociations annuelles obligatoires (NAO), le 15 novembre, comme dans douze autres villes de France. Le personnel réclame une hausse des salaires de 10 %.

« Le compte n’y est pas », tempête Georges Pereira, délégué syndical Sud chimie, qui travaille au sein du site de production de Sanofi, à Amilly.

Ce mardi 29 novembre, les employés de l’usine, tout comme ceux du site de distribution voisin, étaient en grève. « La moitié du personnel en CDI effectue des débrayages », estime le syndicaliste.

Une mobilisation nationale – quatorze sites sont concernés – qui ne s’essoufle pas. « L’ensemble des syndicats appellent à la grève. C’est inédit« , soulignent Georges Pereira et Tamer Gok, délégué syndical central CGT, oeuvrant au sein du site de distribution loirétain.

Les salariés confrontés à l’inflation

À la demande des salariés, la direction du groupe pharmaceutique français a avancé l’ouverture des négociations annuelles obligatoires au 15 novembre. Depuis, aucun accord n’a été trouvé.

Confrontés à l’inflation, ils réclament une hausse de leur rémunération de « 5 % pour 2022, avec effet rétroactif, et de 10 % pour 2023, avec une prime exceptionnelle de 10.000 euros », détaille Georges Pereira.

Ils considèrent leur demande légitime « au regard des bénéfices de Sanofi » : 

« En comptant l’ensemble des salariés du groupe, cela représenterait entre 200 et 300 millions d’euros, alors que 4 milliards d’euros sont reversés aux actionnaires ! »

De son côté, la direction de l’entreprise pharmaceutique indique fournir des efforts pour son personnel. « Sanofi propose aux partenaires sociaux une augmentation collective globale de 7,1% pour 2023« , explique-t-elle : 

« Ces propositions intègrent : une hausse collective des salaires de 3 % pour tous, qui s’applique sur la part de salaire de base allant jusqu‘à 80.000 euros bruts ; une prime de partage de la valeur de 2.000 euros par salarié, versée dès décembre 2022. »

Une activité qui tourne au ralenti

Elle met également en avant les augmentations individuelles : « Compte tenu des résultats 2021, les montants versés en avril 2022 au titre de la participation et de l’intéressement ont été de 188,7 millions d’euros, ce qui représente en moyenne un versement de 8.086 euros bruts pour les salariés présents toute l’année. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :